Aller au contenu principal

Produits phyto : bien assurer la protection de vos salariés agricoles

Mettre en œuvre toutes les mesures de prévention lorsque l’on utilise des produits phytosanitaires est impératif, et encore plus lorsque vos salariés manipulent ces produits dangereux.

Investir dans un local phyto aux normes limite les risques d'accident, contribuant à vous protéger vous et vos salariés.
Investir dans un local phyto aux normes limite les risques d'accident, contribuant à vous protéger vous et vos salariés.
© C. Baudart

Avec les phytos, il est indispensable de prendre toutes les précautions pour éviter les accidents, dont les conséquences peuvent être catastrophiques en termes de pollution, et donc de sanctions. Et si, malheureusement, un tel incident survient, il faut suivre une procédure stricte pour limiter l’ampleur des ennuis. Mais attention, le risque de litige ne provient pas uniquement de ce type de pollution accidentelle : vous pouvez également être mis en cause en cas de défaut de protection des salariés qui les utilisent.

Le point sur | Pollution accidentelle agricole : que devez-vous faire en cas d’accident avec des produits polluants ?

L’étape de la préparation de la bouillie appelle la plus grande vigilance. Elle est en effet est propice aux contaminations : le contenu du bidon n’est pas encore dilué et les risques de contact avec la peau et les yeux sont nombreux. Des accidents en attestent. Tout doit donc être mis en œuvre pour améliorer la prévention. Pour éviter un renversement de produit, il est par exemple utile d’organiser un poste de remplissage stable avec, à portée de main, les outils d’ouverture des bidons et de dosages.

Surtout, les salariés qui manipulent les phytos doivent porter des équipements de protection individuelle (EPI) en bon état : masque avec filtration, lunettes, gants en nitrile ou néoprène, tablier ou combinaison de protection (jetable), bottes en caoutchouc. Le Code du travail stipule qu’il appartient à l’employeur de faire porter ces équipements à ses salariés (R4412-19) et d’en assurer le renouvellement et l’entretien. Mais attention : mal employés, ces EPI peuvent donner une fausse impression de sécurité, aboutissant involontairement à des prises de risque. Il est donc important de bien former le salarié à une utilisation correcte de ces équipements. C’est également à l’employeur de faire respecter l’interdiction de fumer pendant les manipulations de produits, dans le local phyto ou dans la cabine du tracteur.

Même chose pour le local phyto : pour éviter une intoxication de l’utilisateur par inhalation, le local doit être aéré, avec une trappe d’aération en bas de la porte et une autre en haut de la porte. Un point d’eau doit exister à proximité pour pouvoir se laver les mains. Et, bien sûr, il est impératif de disposer d’un local phyto aux normes, règle indispensable pour améliorer la sécurité du lieu, et être dans les clous de la conditionnalité de la PAC.

Pour anticiper un problème et effectuer les bons gestes au cas où, les risques doivent être identifiés dans le Document unique, qui est un document obligatoire pour tout employeur.

Les plus lus

10,8 millions de tonnes d'engrais ont été livrées au cours de la campagne 2021-2022, soit une baisse de 5 % par rapport à la campagne précédente.
Engrais azotés : toujours du retard dans les achats des agriculteurs
La situation sur le marché des engrais reste tendue avec des prix très élevés, des agriculteurs attentistes et un risque d’…
Denis Bollengier a bénéficié d’une prise en charge financière totale pour implanter sa haie grâce au dispositif de paiement pour services environnementaux.
« J’ai financé ma haie grâce aux paiements pour services environnementaux »
Denis Bollengier, agriculteur dans le Nord, a financé l’implantation d’une haie en bénéficiant d’un paiement pour service…
Laurent Gasnier, agriculteur à Épieds-en-Beauce dans le Loiret.
Biodiversité : « Je reçois des aides pour des couverts et des jachères bénéfiques à la faune »
Agriculteur à Épieds-en-Beauce dans le Loiret, Laurent Gasnier a multiplié les aménagements parcellaires pour favoriser la…
Les besoins de trésorerie par hectare vont potentiellement doubler par rapport à 2020 pour la nouvelle campagne, atteignant 700 à 800 euros/hectare pour certaines cultures.
Hausse des besoins de trésorerie : planifier les dépenses pour sécuriser son exploitation
Dans cette période de grande incertitude, les bons résultats de la récolte 2022 imposent de planifier ses besoins de trésorerie…
Au départ de la Route du Rhum, un catamaran en fibres de lin
Roland Jourdain, double vainqueur de la Route du Rhum, naviguera cette année sur un bateau écoresponsable et innovant. Celui-ci…
La rémunération des PSE peut prendre plusieurs formes : financement d’infrastructures, rétribution en nature (matériel), intégration dans le prix d’achat à l’agriculteur...
Les PSE, des outils de financement encore en construction
Les paiements pour services environnementaux (PSE) se développent pour accompagner financièrement les changements de pratiques…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures