Aller au contenu principal

Résultats de l´enquête Onic
Produire du blé coûte 160 euros la tonne

L´évolution des récoltes par tiers et la modernisation du matériel ont permis une diminution de 26 % du temps de travail moyen par hectare de blé produit.


Un coût complet à l´hectare de 1185 euros soit, avec un rendement moyen de 75 quintaux par hectare, un coût à la tonne de 160 euros. Ces chiffres viennent d´être publiés par l´Onic. Réalisée depuis 1998 dans cinq départements du Bassin Parisien*, l´enquête concerne l´année 2003 et révèle une hausse du coût par tonne sur cinq ans. Elle montre une tendance de fond, la diminution du temps de travail par hectare. En 1999, le coût de production du blé de ces grandes régions productrices françaises atteignait 146 euros la tonne. En 2003, la hausse représente 4 % par rapport à 2002. Cette baisse de compétitivité résulte essentiellement de la sécheresse qui avait provoqué un repli marqué des rendements. En effet, les coûts de production par hectare ont reculé d´1 % par an en moyenne depuis 1999, baisse qui s´est accentuée surtout en 2002.
En 2003, les charges opérationnelles pèsent pour 40 % dans le coût de production complet contre 60 % pour les charges de structure.

Forte progression de la productivité du travail
Parmi les cinq départements enquêtés, ces dernières varient de 666 euros par hectare dans l´Yonne à 773 euros dans la Somme.
Travail non salarié, matériel et foncier regroupent entre 76 % et 81 % de l´ensemble des coûts fixes. Sur la période analysée, les charges de structure ont augmenté de 5,8 % entre 1999 et 2001 puis ont baissé de 9,8 % entre 2001 et 2003. Sur ces postes, les gains de productivité résultent pour l´essentiel d´un recul significatif du coût du travail. L´évolution du mode de récolte, de plus en plus effectuée par tiers (Cuma ou entreprise), et la modernisation du matériel ont permis une diminution de 26 % du temps de travail moyen par hectare. Ceci traduit une forte progression de la productivité du travail. Mais une très large part du travail est réalisée par les exploitants (203 euros/hectare contre 11 euros/hectare pour le travail salarié). Ces gains de productivité n´ont pas nécessairement généré une hausse de revenu si le travail global des exploitants ne s´est pas accru dans des activités supplémentaires rémunératrices.

Sur les charges opérationnelles, l´évolution sur cinq ans traduit également une hausse entre 1999 et 2001 (+10,2 %) suivie d´une baisse entre 2001 et 2003 (-13,4 %). Entre 2002 et 2003, les plus fortes économies ont porté sur l´entretien du matériel (-11 %). Le poste intrants à reculé de 3 %, celui de l´énergie de 4 %. En revanche, les travaux par tiers progressent de 19 %.
©Source : Onic

(1) La méthode retenue par l´Onic vise à mesurer le coût du travail non salarié, c´est-à-dire celui des exploitants, de la manière la plus conforme avec la réalité. Pour prendre en compte les périodes consacrées aux trajets, aux réparations, aux observations et à la réflexion sur la conduite des parcelles, il est ajouté un temps additionnel forfaitaire de 50 % au temps effectif consacré à la culture. En revanche, ont été retirés des temps morts concomitants à des périodes d´intempéries ou de morte saison. Le coût du travail des exploitants est chiffré sur la base de deux fois le Smic.

* Enquête directe réalisée auprès de cent agriculteurs d´Eure et Loir, de la Marne, de Seine et Marne, de la Somme et de l´Yonne.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
chargement d'un bateau au port céréalier de Rouen
Blé tendre : les exportations françaises menacée par la Russie sur l'Algérie
Selon Thierry de Boussac, du Synacomex, le cahier des charges de l'office d'Etat algérien, en charge des importations de blé…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures