Aller au contenu principal

Environnement
Premier bilan favorable pour le plan végétal

Plus de deux mille agriculteurs ont pu bénéficier d´une aide dans le cadre du plan végétal pour l´environnement. A partir de cette année, l´enveloppe allouée est de 36 millions d´euros.


Le plan végétal pour l´environnement a été mis en place, dans la précipitation, à la fin 2006. Cependant 2130 agriculteurs ont pu avoir accès à l´enveloppe mobilisée pour les deux derniers mois de 2006, soit un peu plus de 7 millions d´euros, grâce à un cofinancement État-UE. Le montant moyen de l´aide s´est élevé à 3 600 euros par agriculteur. Les régions ayant le plus grand nombre de bénéficiaires sont le Centre (307 agriculteurs), la région Champagne-Ardenne (187), le Poitou-Charentes (161), la Bretagne (144), Midi-Pyrénées (139), Picardie (131) et Aquitaine (128). Ainsi, les grandes cultures se sont fortement mobilisées. Parmi les quatre thématiques possibles, c´est la réduction de l´impact des produits phytosanitaires qui a rencontré le plus de succès (aménagement du site de l´exploitation, équipement du matériel de pulvérisation).
Les demandes d´aides ont surtout porté sur la réduction de l´impact des produits phytosanitaires, notamment l´aménagement de l´aire de remplissage. ©CCMSA / A. Caste

36 millions d´euros par an à partir de 2007
Pour la période 2007-2013, le plan végétal pour l´environnement va entrer dans le cadre du plan de développement rural hexagonal (deuxième pilier de la PAC). Selon le ministère de l´Agriculture, une enveloppe de 250 millions d´euros, tous financements confondus, sera affectée au plan végétal pour l´environnement, soit 36 millions d´euros. En effet, 20 millions d´euros proviendront de l´Etat et de l´UE, et le reste viendra d´autres financeurs, notamment les agences de l´eau et les collectivités territoriales.
Pour avoir accès à l´aide, quelques modalités du dossier vont être modifiées. Les critères économiques de l´exploitation, demandés par Bruxelles, vont être simplifiés. Par ailleurs, les Cuma deviendront éligibles, la mise en place de haies pourra être aidée, ainsi que les mesures spécifiques pour l´économie d´énergie dans les serres existantes. Il va donc falloir partager l´enveloppe avec un plus grand nombre de bénéficiaires potentiels !
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
chargement d'un bateau au port céréalier de Rouen
Blé tendre : les exportations françaises menacée par la Russie sur l'Algérie
Selon Thierry de Boussac, du Synacomex, le cahier des charges de l'office d'Etat algérien, en charge des importations de blé…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures