Aller au contenu principal

Potentiel de rendement affecté : les cultures marquées par le travail de sape de la météo

Hiver trop pluvieux, printemps trop sec et retour des pluies tardif présagent de rendements inférieurs à la moyenne pour la plupart des cultures.

Régression de talles, nombre d'épis pénalisé... les séquences météo depuis l'automne ont dégradé le potentiel de rendement des céréales. © E. Hersand / Vienne rurale
Régression de talles, nombre d'épis pénalisé... les séquences météo depuis l'automne ont dégradé le potentiel de rendement des céréales.
© E. Hersand / Vienne rurale

Les pluies tant attendues sont finalement revenues sur l’Hexagone début mai pour mettre fin à une longue période de sec. Trop tard par endroits pour empêcher une dégradation du potentiel de rendement. En cultures de printemps, « le retour des pluies a été salutaire pour les levées en cours après des semis effectués dans de bonnes conditions, constate Jacky Reveillère, responsable agronomie de la coopérative Axéréal (Centre Val-de-Loire). Ces pluies permettront aussi de bonnes fertilités d’épis en céréales d’hiver, même si le nombre d’épis est assez limité à cause des conditions de l’automne et de l’hiver. »

Même constat dans le Grand Est, où « les semis tardifs combinés à l’excès d’eau durant l’hiver puis à la période de sec de quarante-cinq jours devraient déboucher sur un nombre d’épis en dessous des normales », indique Alexandre Marie, de la coopérative Vivescia. La compensation de la perte de potentiel dépendra des conditions de fertilité et de remplissage, ce qui nécessite du rayonnement et un temps plutôt sec pour la première puis des précipitations régulières pour les poids de mille grains. Alexandre Marie n’exclut pas un rendement sous la tendance en blé, mais aussi en orges de printemps, affectées par des régressions de talles.

La notation de l'état des cultures au plus bas

Le travail de sape de la météo se reflète dans les notations des cultures publiées dans le bulletin Céré'obs par FranceAgriMer. Au 4 mai, 57 % des surfaces de blé tendre seulement affichaient des conditions « bonnes à très bonnes » et 53 % pour l’orge d’hiver, des notations au plus bas depuis 2011.

Localement, le retour des pluies a fait plus de mal que de bien, notamment dans le Sud-Ouest. « On a relevé jusqu’à 250 mm en deux jours autour de Sore, dans les Landes. La plupart des exploitations ont reçu entre 95 et 100 mm en deux jours », indique Justine Sourisseau directrice du GRCETA-SFA à Belin-Beliet (Gironde), qui suit plus de 40 000 ha. De très nombreuses parcelles ont été inondées, les niveaux des nappes étant déjà élevés. Les semis de maïs ont parfois été totalement détruits, notamment dans des parcelles en maïs semences.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
chargement d'un bateau au port céréalier de Rouen
Blé tendre : les exportations françaises menacée par la Russie sur l'Algérie
Selon Thierry de Boussac, du Synacomex, le cahier des charges de l'office d'Etat algérien, en charge des importations de blé…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures