Aller au contenu principal

Pois protéagineux/Maladie : l’outil Eva évalue le risque aphanomyces

Terres Inovia met en ligne un outil pour évaluer le risque aphanomyces sur sa parcelle. Utile avant de cultiver un pois.

L'aphanomyces touche le système racinaire du pois et peut provoquer une destruction totale de la plante. © Terres Inovia
L'aphanomyces touche le système racinaire du pois et peut provoquer une destruction totale de la plante.
© Terres Inovia

Dans nombre de parcelles, l’aphanomyces remet en cause la culture du pois. Pour évaluer le risque de cette maladie tellurique très dommageable, Terres Inovia a mis en ligne un outil appelé Eva. « Eva permet de classer sa parcelle dans un niveau de risque (faible ou élevé). Il vous guide dans vos choix afin de préserver le rendement en pois et l’état sanitaire de la parcelle », explique l’institut technique dans le descriptif de l’outil. Eva est disponible en ligne sur le site terresinovia.fr à condition d’avoir un compte (gratuit).

L’évaluation du risque tourne autour de quelques questions qui sont posées : historique de la parcelle en termes de culture de pois, type de sol, département et irrigation ou non. À partir de ces éléments, Eva prédit un niveau de risque qui permet d’orienter son choix vers la culture d’un pois ou non. Cet outil d’aide à la décision peut être utilisé dans les régions les plus concernées par la maladie mais pas en Occitanie, ni en Auvergne Rhône Alpes et Provence-Alpes-Côte d'Azur. Il a été élaboré à partir d’une base de données regroupant des informations de 780 parcelles réparties dans la moitié nord de la France.

Les plus lus

Le blé tendre d'hiver est sensible au froid à partir de - 8°C, de la levée à l’émission des talles. © C. Gloria
Vague de froid : y a-t-il un risque pour les céréales ?
L’alerte « grand froid » a été émise dans vingt-quatre départements. Cette vague de froid représente-t-elle une menace pour les…
Les pigeons s'attaquent au tournesol avec un impactsur le rendementquand ils enconsommentles tiges ou apex. © C. Watier
Maïs et tournesol : semer un couvert pour leurrer les oiseaux
Entre produits répulsifs et système d’effarouchements, il n’existe pas de solution miracle empêchant les pigeons et corvidés de s…
Baisse de la sole de colza, bouleversement du programme de désherbage maïs, recours aux trichogrammes : Stéphane, Marine et Alain (de gauche à droite) ont modifié en profondeur leurs pratiques pour décrocher la HVE. © G. Omnès
HVE : « Nous avons dû changer nos pratiques en grandes cultures »
Sur la ferme de Pré Levey, le passage à la HVE s’est imposé comme une suite logique à la démarche de baisse des intrants. La…
"Depuis 4-5 ans, il est impossible de mettre de l’argent de côté. "
Trésorerie en exploitation céréalière : « Je serre tous les boulons »
Cédric Benoist est producteur de grandes cultures à Jouy-en-Pithiverais, dans le Loiret. Après la récolte catastrophique de 2020…
En orge brassicole, la tendance est au fractionnement de la fertilisation azotée pour une meilleure efficience des apports. © J.-C. Gutner
Orge brassicole : adapter la fertilisation azotée pour sécuriser le taux de protéines
Depuis de nombreuses années, la filière brassicole s’interroge sur le pilotage de l’azote des orges d’hiver et de printemps. Elle…
Combiné à d'autres leviers, les techniques de travail du sol simplifié permettent aux producteurs de colza et de tournesol de bénéficier d'un bonus substantiel. © Orthman
Bas carbone : des efforts désormais valorisés en grandes cultures
Colza, tournesol, orge, maïs : les filières végétales se lancent sur le marché du carbone pour générer de la valeur ajoutée. Une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures