Aller au contenu principal

Abeilles
Plusieurs causes de mortalité selon l´Afssa

Selon le rapport 2006 de l´Afssa sur « l´enquête des troubles des abeilles » débutée en 2002, plusieurs causes expliquent les troubles de comportement des abeilles.


Le rapport de l´Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa) sur l´enquête des troubles des abeilles n´a pas encore été diffusé officiellement. Réalisée par l´équipe de Sophia-Antipolis sur 25 ruchers de 5 départements (Eure, Gard, Gers, Indre et Yonne), l´enquête met en évidence la présence de résidus de produits phytosanitaires à la fois d´origine agricole (imidaclopride, fipronil, endosulfan, deltaméthrine et parathion-méthyl entre autres) et apicole (coumaphos et fluvalinate). On les retrouve dans les différentes matrices : le miel, la cire et le pollen. « Ces résidus de pesticides pourraient avoir engendré des effets sublétaux », explique l´Afssa. Entre 2002 et 2005, un seul cas de mortalité aiguë a été observé. Les entomologistes ont alors montré la présence d´endosulfan et de fluvalinate dans les abeilles mortes. « Ni au cours de miellée de tournesol, ni à aucun autre moment de la saison apicole (à l´exception du cas décrit précédemment), nous n´avons constaté de mortalités ou de dépopulations massives de ruches », précise le rapport.
L´Afssa a suivi vingt-cinq ruchers de cinq départements entre 2002 et 2005. ©C. Gloria

Utilisation de produits interdits
L´Afssa souligne en revanche « plusieurs pratiques apicoles inadaptées », notamment dans le traitement du Varroa (acarien). Ainsi, à l´automne 2003, sur les 25 ruches suivies, un traitement correct a été constaté dans 13 exploitations, l´absence totale de traitement dans 5 et l´utilisation de produits non autorisés dans 7. « L´état sanitaire de l´ensemble des ruchers s´est amélioré au cours de l´enquête », précisent les auteurs. Ils souli-gnent aussi qu´ils ont constaté que les ruchers situés en zones de grandes cultures subissaient une période de disette entre les miellées de colza et de tournesol.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
chargement d'un bateau au port céréalier de Rouen
Blé tendre : les exportations françaises menacée par la Russie sur l'Algérie
Selon Thierry de Boussac, du Synacomex, le cahier des charges de l'office d'Etat algérien, en charge des importations de blé…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures