Aller au contenu principal

Plan pollinisateurs : que prévoit la version finale pour les traitements phytosanitaires ?

Le plan pollinisateurs, qui vise à enrayer le déclin des abeilles, va être publié « dans les tout prochains jours » selon le ministère de l’Agriculture, dans une version très proche de celle proposée à la consultation publique. En voici les points clés.

Avec le nouvel arrêté, fongicides et herbicides, et non les seuls insecticides, seront concernés par les restrictions d'utilisation en période de floraison : ces produits devront être évalués par l’Anses afin de déterminer s’ils peuvent être épandus à cette période, pendant des plages horaires encadrées.
Avec le nouvel arrêté, fongicides et herbicides, et non les seuls insecticides, seront concernés par les restrictions d'utilisation en période de floraison : ces produits devront être évalués par l’Anses afin de déterminer s’ils peuvent être épandus à cette période, pendant des plages horaires encadrées.
© C. Gloria

Une consultation publique qui a recueilli 17 000 contributions

La consultation publique a généré une participation massive, avec des contributions « très tranchées », selon des sources ministérielles. Mais les ministères de l’Agriculture et de la Transition écologique affirment que cela n’a débouché que sur de très petites modifications du texte par rapport à la version soumise au public. La synthèse de la consultation sera publiée en même temps que l’arrêté et le plan.

Une publication « dans les tout prochains jours »

Selon le ministère de l’Agriculture, l’arrêté et le plan pollinisateurs, ainsi que la liste des espèces concernées, vont être publiés simultanément dans les jours à venir. C’est la fin d’une longue gestation rythmée par les polémiques entre les partisans d’un durcissement important de la réglementation et ceux appelant à plus de souplesse.

Des restrictions étendues aux herbicides et fongicides, en plus des insecticides

Actuellement, seuls les insecticides sont concernés par la « mention abeilles », sésame nécessaire pour intervenir à floraison sur les cultures. Avec le nouvel arrêté, fongicides et herbicides seront également concernés : ces produits devront être évalués par l’Anses afin de déterminer s’ils peuvent être utilisés en période de floraison. Les firmes vont donc devoir déposer des dossiers à l’Anses pour obtenir la mention pour leurs produits.

Des horaires d’intervention, mais pas de prise en compte de la température

L’une des mesures phare du plan visant à protéger les pollinisateurs est la mise en place de plages horaires clairement définies pour l’épandage pendant la période de floraison, pour les produits disposant de la « mention abeilles » (les autres étant purement et simplement interdits d’épandage à ce stade). La fenêtre s’étend de 2 heures avant à 3 heures après le coucher du soleil. Les ministères de l’Agriculture et de la Transition écologique jugent cette mesure suffisamment protectrice.

« Les horaires d’épandage ont fait l’objet de nombreuses contributions, signale-t-on dans les ministères. Ces horaires s’appuient sur des études sur le comportement des abeilles. La présence de celles-ci diminue très fortement avant le coucher du soleil, puis elles disparaissent après. » La demande de prise en compte de la température par certaines associations d’apiculteurs n’a pas été retenue : elle n’a pas été jugée comme « un bon critère », tandis que l’heure est un critère « simple et prévisible ».

De même, la demande de traiter uniquement la nuit a été refusée « pour conserver un moment de travail acceptable pour les agriculteurs ».

Maintien de dérogations pour traiter en dehors des plages horaires

Le ministère de l’Agriculture confirme que des dérogations seront possibles pour traiter en dehors des horaires réglementaires pendant la floraison, notamment « en cas d’attaques de maladies nécessitant un traitement flash fongicide pour prévenir la destruction des cultures ». Respecter les heures légales peut en effet fortement retarder l’intervention en limitant la fenêtre de tir.

D’autres dérogations pourraient être rendues possibles : l’Anses étudie quelles mesures de protection permettraient de s’affranchir de la plage horaire avec un degré de protection équivalent pour les abeilles. Les conclusions, qui figureront dans l’annexe 2, sont attendues pour début 2022.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Prix du blé en surchauffe ? Si le rendu Rouen a battu son record exprimé en euros, ce n'est pas le cas des cours mondiaux exprimés en dollars, qui demeurent la référence sur le marché.
Prix du blé record à 300 euros : peut-il encore augmenter ?
Tiré à la hausse par de faibles stocks mondiaux, le coût de l’énergie et une forte demande, le prix du blé à Rouen de la récolte…
Renaud Bernadi, président de l'Unifa, et Florence Nys, déléguée générale de l'Unifa : « La filière est fortement mobilisée pour faire face à cette situation inédite ».
Engrais azotés : « Pas de pénurie d'ammonitrate », selon les fabricants français
Les industriels de la fertilisation assurent qu’ils ne baissent pas leur production d’ammonitrate, malgré des prix du gaz au…
Démineur. Julián Domínguez a été nommé ministre de l’Agriculture, dix ans après avoir quitté ce poste, pour traiter le dossier explosif du blé OGM.
250 000 tonnes de blé OGM récoltées en Argentine : quelles conséquences pour les marchés mondiaux ?
L’Argentine va récolter en décembre 250 000 tonnes de blé OGM tolérant à la sécheresse, faisant peser des risques énormes pour la…
Grâce à des rendements records, la production française de maïs pourrait se hisser à 15,5 millions de tonnes contre 13,5 Mt il y a un an, malgré le repli de 10 % des surfaces.
Récolte 2021 de maïs : rendements records en vue !
Le rendement moyen du maïs en France devrait avoisiner 11 tonnes à l’hectare, selon l’AGPM, établissant un nouveau record. La…
Les critiques se durcissent contre la HVE, jugée insuffisamment exigeante par les partisans du bio pour accomplir la transition agroécologique.
HVE : vrai progrès environnemental ou écoblanchiment ?
Futur sésame des éco-régimes de la PAC, au même titre que l’AB, la certification HVE cristallise les oppositions. Pas assez…
Aurélien Vadot, Gaec Les Agrons à Thurey en Saône-et-Loire.  "J’espère que ce drainage me permettra de pouvoir rentrer plus tard dans les parcelles pendant l’automne et plus tôt au printemps."
« J'espère gagner 10 à 15 q/ha sur blés et maïs grâce au drainage »
Pour Aurélien Vadot, agriculteur du Gaec Les Agrons à Thurey (Saône-et-Loire), le drainage doit permettre de pouvoir travailler…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures