Aller au contenu principal

Photovoltaïque en agriculture : « Nous économisons 15 000 € à 20 000 € d’électricité par an »

Installer des panneaux photovoltaïques pour alimenter une unité de méthanisation : l’initiative permet à la SAS Méthathis, à Athis de l’Orne, de diminuer sa facture d’électricité et de gagner en autonomie. Explication d’Olivier Husnot, président de la SAS.

Olivier Husnot. "Notre centrale photovoltaïque alimente l'épurateur de notre méthaniseur en électricité."
Olivier Husnot. "Notre centrale photovoltaïque alimente l'épurateur de notre méthaniseur en électricité."
© C. Baudart

« Regroupant cinq éleveurs laitiers en SAS, notre unité de méthanisation est entrée en service le 1er juillet 2020 et produit 185 Nm3 de gaz, ce qui équivaut à la production de 5 000 litres de fioul par jour. Le méthaniseur est alimenté à hauteur de 100 tonnes par jour par 65% d'effluents de nos élevages, 30% de cultures intermédiaires (CIVE) et de déchets végétaux et 3 à 4% de cultures dédiées.

Dès le dépôt du permis de construire, en 2019, nous avions prévu de monter deux bâtiments pour stocker les déchets végétaux à l’abri et entreposer le matériel, l’un de 600 m2, l’autre de 300 m2, et tous deux équipés de panneaux photovoltaïques. Ces bâtiments n’étant pas essentiels pour commencer à faire fonctionner le méthaniseur, nous les avons montés récemment : les panneaux ont été mis en service le 1er janvier 2022. Le coût des panneaux, d’environ 130 000 euros, pèse peu dans l’investissement global du projet de 5,5 millions d’euros, mais cela contribue à notre autonomie en énergie.

L’intégralité de la production, soit 170 kWc, est autoconsommée : elle alimente l’épurateur, les pompes et les agitateurs, qui sont de gros consommateurs d’électricité. Cette production couvre la consommation électrique du méthaniseur quand la centrale est à son maximum et allège notre facture d’électricité. L’économie réalisée avec la production d’électricité est réelle : le kWh nous revient à 3 centimes d’euros. Nous économisons entre 15 000 euros et 20 000 euros par an et cela devrait s’accentuer vu la hausse des prix d’achat. »

Les plus lus

Pour une bonne rotation des stocks, notez la date de rentrée des produits sur les bidons.  © N. Cornec/Aravalis
Stockage des produits phytosanitaires : bien ranger son local phyto
Si toutes les fermes comportent un local pour stocker les produits phytosanitaire, ce dernier n’est pas toujours aux normes.…
Blé : ils contrôlent les maladies avec peu de fongicides malgré une forte pression
Substances naturelles, variétés tolérantes, semis peu denses et retardés, bas volume associé à réduction de dose : en Seine-…
10,8 millions de tonnes d'engrais ont été livrées au cours de la campagne 2021-2022, soit une baisse de 5 % par rapport à la campagne précédente.
Engrais azotés : toujours du retard dans les achats des agriculteurs
La situation sur le marché des engrais reste tendue avec des prix très élevés, des agriculteurs attentistes et un risque d’…
Denis Bollengier a bénéficié d’une prise en charge financière totale pour implanter sa haie grâce au dispositif de paiement pour services environnementaux.
« J’ai financé ma haie grâce aux paiements pour services environnementaux »
Denis Bollengier, agriculteur dans le Nord, a financé l’implantation d’une haie en bénéficiant d’un paiement pour service…
Fiscalité : deux exemples pour mieux comprendre la DEP
Fiscalité : deux exemples pour mieux comprendre la DEP
La déduction pour épargne de précaution (DEP) est un outil de défiscalisation et de lissage des prélèvements sociaux très…
Un tiers des producteurs envisage de réduire ou d'arrêter la production de maïs semences.
Maïs semences : un tiers des producteurs envisagent de réduire les surfaces ou d’arrêter
Les producteurs de maïs semences affichent un moral en berne après une année 2022 très difficile. La filière cherche des moyens…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures