Aller au contenu principal

Parler du produit avant la culture

Boris Verne, agriculteur installé en 2006 dans le Jura, aime parler de son métier aux personnes qu’il croise. Pour lui c’est un enjeu d’avenir. En intervenant à la radio locale, dans des foires ou à des salons, il a l’impression de donner du sens à ce qu’il fait.

Dans la communication, l'objectif est de capter l'auditoire, en parlant d'abord, du produit fini puis, d'expliquer les techniques de production.
© B.Verne

Boris Verne n’a pas la langue dans sa poche. Il aime parler de son métier, que ce soit à sa famille, ses voisins, ou à de parfaits inconnus. « Dès que je vois des personnes interpelées par ce que je fais dans mes champs, je m’arrête et je leur explique mes pratiques, raconte cet agriculteur jurassien. Je prends le temps de communiquer avec ceux qui veulent en savoir plus sur mon métier. » Cet agriculteur, qui a suivi une formation sur la communication avec le syndicat des Jeunes Agriculteurs (JA), reste pragmatique dans ses échanges. « Je leur explique pourquoi je sors mon pulvé à 4 heures du matin, raconte-t-il. Je leur dis que je préférerais être dans mon lit, comme tout le monde, mais qu’à cette heure, j’optimise mes apports de phytos, ce qui est mieux pour mon portefeuille et pour l’environnement. » Membre des JA de Bourgogne-Franche-Comté, Boris Verne a monté, avec ses collègues, un plan de communication en partenariat avec la radio locale France Bleue. Pendant tout le mois de janvier, un agriculteur est intervenu chaque jour à la radio pour parler de sa production. « Le plus difficile, c’est de trouver les agriculteurs qui acceptent de parler de leur métier, confie Boris Verne. Les jeunes sont peu engagés dans la communication, ils ont peur d’être piégés, ça les bloque et finalement, ils se laissent étouffer par les médias. »

Oser s'exprimer à la radio

Boris Verne est donc parti au front pour parler de sa production de colza. Le 25 janvier à 10 heures 44, il était en direct, répondant pendant quatre minutes aux questions du journaliste. L’agriculteur avait préparé son intervention en notant sur un papier ce qu’il devait dire et les sujets à ne pas aborder. « Je voulais absolument éviter de m’embarquer, d’une façon ou d’une autre, sur le sujet des abeilles et des insecticides, avoue-t-il. C’est un sujet où l'on tombe vite dans la technique. Ça n’intéresse pas notre auditoire et on peut facilement se mélanger les pinceaux. » Dans une communication positive, l’idée est de parler de l’intérêt de la culture ainsi que de ses débouchés. « Nous commençons toujours par parler d’un produit fini, pour capter l’attention de l’auditoire, explique l’agriculteur. À la radio, j’ai commencé par parler de l’huile de colza issue de ma récolte et pressée chez un collègue. J’ai ensuite expliqué la façon dont je cultive la graine sur mon exploitation. Avec le grand public, il faut toujours commencer par l’assiette pour aller jusqu’au champ. » Même si ça ne le dérange pas de parler de politique agricole ou de technique, il préfère s'être préparé à l’avance pour avoir les arguments qui font mouche. Aimant le contact humain, Boris Verne est peu à l’aise avec les réseaux sociaux. Il a peur d’être mal compris. « Sortez de chez vous et communiquez, plaide le Jurassien. Le tout, dans la limite de vos activités professionnelles et personnelles bien sûr. »

Les trois conseils de Boris Verne

1 « Ayez de la patience ainsi qu’un peu de répartie. Il faut admettre que certaines personnes ne connaissent absolument rien au milieu agricole et qu’elles soient bourrées de stéréotypes. »

2 « Si on vous pose des questions irritantes, surtout restez calme et expliquez votre point de vue à l’échelle de votre exploitation. »

3 « Lorsque vous ne savez pas la réponse, n’ayez pas peur de le dire. On ne peut pas tout savoir sur tout. »

 
En chiffres 

Un assolement diversifié

273 ha de grandes cultures

11 espèces : colza, blé, orge, maïs, pois d’hiver et de printemps, soja, luzerne, trèfle, féveroles, avoine

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
chargement d'un bateau au port céréalier de Rouen
Blé tendre : les exportations françaises menacée par la Russie sur l'Algérie
Selon Thierry de Boussac, du Synacomex, le cahier des charges de l'office d'Etat algérien, en charge des importations de blé…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures