Aller au contenu principal

PAC 2023 : comment accéder à l’écorégime ?

L’écorégime remplace le paiement vert au sein des aides PAC, pour un montant proche. Relativement accessible en grandes cultures, il demandera parfois des adaptations du système, d’où l’importance de faire une simulation sur son exploitation.

La diversité des cultures et la présence d'infrastructures agroécologiques sont deux des voies pour toucher l'écorégime, auxquelles s'ajoutent le bio et la certification environnementale.
La diversité des cultures et la présence d'infrastructures agroécologiques sont deux des voies pour toucher l'écorégime, auxquelles s'ajoutent le bio et la certification environnementale.
© G. Omnès

Pour les grandes cultures, l’écorégime est l’une des principales nouveautés de la PAC 2023. Cette aide, avec trois niveaux de paiement différents selon les exigences atteintes, remplace le paiement vert. L’enjeu de l’écorégime n’est pas anodin : les estimations du ministère de l’Agriculture tablent sur 60 euros à l’hectare (€/ha) pour le niveau 1, dit « standard », 80 €/ha pour le niveau 2 (supérieur) et environ 110 €/ha pour les exploitations bio. L’ancien paiement vert, qui disparaît, avoisinait en moyenne 80 €/ha.

 

 
Trois voies d'accès sont prévues pour l'écorégime, pour trois niveaux de paiement (de 60 à 110 €/ha environ) © Ministère de l'Agriculture / Réussir

 

Pour toucher l’écorégime, trois voies sont envisageables. La plus utilisée sera la voie des « pratiques ». Elle repose sur un barème à points qui favorise la diversité des rotations, avec un gros bonus pour les cultures fixatrices d’azote. Prairies temporaires et jachères sont également récompensées. D’après les simulations des organisations professionnelles agricoles, pour une grande majorité d’exploitations en grandes cultures, l’écorégime standard sera accessible avec peu ou pas de changements. Aller jusqu’au niveau supérieur impliquera des ajustements pour un plus grand nombre d’entre elles.

Les protéagineux et les jachères pour gagner des points

Seuls les assolements très simplifiés ou les systèmes spécialisés seront exposés au risque d’être exclus de l’écorégime. Par exemple, un assolement reposant sur la rotation colza-blé-orge d'hiver ne rapporte que 2 points, contre 4 nécessaires pour l’écorégime standard. Dans ce cas, l’introduction de 5 hectares de légumineuses donnera 2 points, montant le score à 4. Y ajouter des oléagineux de printemps sur 5 % des terres arables aboutira à 5 points, permettant d’accéder au niveau supérieur. Augmenter la part des jachères est aussi une solution possible.

 

 
La jachère et les légumineuses sont des moyens d'augmenter rapidement son nombre de points dans la voie des pratiques, qui valorise la diversification des assolements. © Ministère de l'Agriculture / Réussir

 

« Dans notre secteur, il sera rare de ne pas avoir 4 points, analyse Émilie Schaeffler, à la chambre d’agriculture de l’Yonne. Pour en obtenir 5, il faudra parfois adapter ses pratiques. En tout état de cause, il est indispensable de vérifier si ça passe avec son assolement, pour identifier le cas échéant les ajustements à apporter. » Même optimisme chez Pascale Nempont, à la chambre d’agriculture des Hauts-de-France, pour qui l’écorégime n’est pas une grosse source d’inquiétude en grandes cultures. « On pourrait rencontrer des difficultés dans les élevages granivores qui produisent leur alimentation, avec peu de marge de manœuvre pour l’assolement, constate la spécialiste. Ce peut être aussi le cas pour les exploitations spécialisées en pommes de terre avec des échanges de parcelles. »

Garder une approche économique de l’écorégime

Mais gare aux changements contraints d’assolement. « Si on ne peut pas implanter le colza prévu une année très sèche alors qu’il devait rapporter un point, il faut anticiper la façon de le compenser », illustre Pascale Nempont. Le remplacer par de l’orge de printemps alors que 1 point est déjà apporté par le maïs au titre des céréales de printemps ne sera pas une solution : le point perdu sera à chercher ailleurs.

Attention également à ne pas se focaliser excessivement sur l’écorégime : modifier son assolement au nom de celui-ci doit se justifier économiquement. « Il faut raisonner à partir du calcul de marge et de l’EBE pour s’assurer qu’il est intéressant d’aller chercher l’écorégime lorsque son système actuel ne le permet pas, insiste Pascale Nempont. Néanmoins, dans la plupart de nos simulations, c’était le cas. »

Autre point de vigilance pour la voie des pratiques : elle impose de respecter les règles qui s’appliquent aux prairies (proportion non retournée) et aux cultures permanentes (couverture de l’interrang) lorsque ces productions couvrent au moins 5 % de la surface de l’exploitation.

Phase transitoire pour les exploitations certifiées HVE

Deux autres voies d’accès sont possibles : celle de la certification et celle des infrastructures agroécologiques (ou biodiversité). Avec la voie certification, le niveau standard correspond à la certification environnementale de niveau 2 +, ou CE2 +, créée spécialement pour l’écorégime. Le niveau supérieur est réservé aux exploitations HVE. Les fermes intégralement conduites en bio peuvent prétendre à une prime de 30 €/ha par rapport au niveau supérieur. Pour accéder à l’écorégime via la certification environnementale, il faudra respecter le nouveau cahier des charges qui sera validé à l’automne. Les exploitations certifiées à partir du 1er octobre 2022 devront ainsi appliquer le nouveau référentiel. À titre transitoire, celles certifiées avant cette date (ancien référentiel) bénéficieront de l’écorégime au moins en 2023.

Dernière voie pour décrocher l’écorégime : capitaliser sur les infrastructures favorables à la biodiversité, les fameuses infrastructures agroécologiques (IAE). Le niveau standard de l’écorégime impose d’afficher 7 % d’IAE non productives (excluant les cultures fixatrices d’azote et les dérobées) sur sa SAU, dont au moins 4 % sur les terres arables. Le niveau supérieur exige de passer à 10 % d’IAE non productives, dont 4 % sur les terres arables.

Le montant d’écorégime obtenu par les voies « pratiques » et « certification » peut être majoré par le « bonus haies ». Ce ne sera pas le cas si l’on opte pour la voie « IAE ».

Pas de dérogation « jachères » pour les écorégimes

Afin de favoriser la production agricole dans le contexte de guerre en Ukraine, l’Europe permet, pour 2023, de mettre en culture et d’exploiter des parcelles déclarées en jachères dans le cadre de la conditionnalité. On pourra ainsi atteindre le taux minimal d’infrastructures agroécologiques exigé par la BCAE 8 grâce à des « jachères » en réalité cultivées. Néanmoins, cette dérogation ne porte pas sur les écorégimes : pour la voie « pratiques » comme pour la voie « IAE », les jachères devront être de vraies jachères !

Les plus lus

10,8 millions de tonnes d'engrais ont été livrées au cours de la campagne 2021-2022, soit une baisse de 5 % par rapport à la campagne précédente.
Engrais azotés : toujours du retard dans les achats des agriculteurs
La situation sur le marché des engrais reste tendue avec des prix très élevés, des agriculteurs attentistes et un risque d’…
Denis Bollengier a bénéficié d’une prise en charge financière totale pour implanter sa haie grâce au dispositif de paiement pour services environnementaux.
« J’ai financé ma haie grâce aux paiements pour services environnementaux »
Denis Bollengier, agriculteur dans le Nord, a financé l’implantation d’une haie en bénéficiant d’un paiement pour service…
Laurent Gasnier, agriculteur à Épieds-en-Beauce dans le Loiret.
Biodiversité : « Je reçois des aides pour des couverts et des jachères bénéfiques à la faune »
Agriculteur à Épieds-en-Beauce dans le Loiret, Laurent Gasnier a multiplié les aménagements parcellaires pour favoriser la…
Les besoins de trésorerie par hectare vont potentiellement doubler par rapport à 2020 pour la nouvelle campagne, atteignant 700 à 800 euros/hectare pour certaines cultures.
Hausse des besoins de trésorerie : planifier les dépenses pour sécuriser son exploitation
Dans cette période de grande incertitude, les bons résultats de la récolte 2022 imposent de planifier ses besoins de trésorerie…
Au départ de la Route du Rhum, un catamaran en fibres de lin
Roland Jourdain, double vainqueur de la Route du Rhum, naviguera cette année sur un bateau écoresponsable et innovant. Celui-ci…
La rémunération des PSE peut prendre plusieurs formes : financement d’infrastructures, rétribution en nature (matériel), intégration dans le prix d’achat à l’agriculteur...
Les PSE, des outils de financement encore en construction
Les paiements pour services environnementaux (PSE) se développent pour accompagner financièrement les changements de pratiques…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures