Aller au contenu principal

Néonicotinoïdes/betteraves : jusqu’à 15 jours de retard dans la distribution de semences

Avec une parution de l’arrêté sur les néonicotinoïdes le 5 février, le pelliculage des semences avec ces insecticides a démarré tardivement. Il n’y a pas de crainte sur les disponibilités mais les semences pourraient n’être livrées qu’à la mi-mars.

Contre la jaunisse transmise par des pucerons, les néonicotinoïdes sur semences de betterave constituent la solution de lutte la plus efficace. © G. Omnès
Contre la jaunisse transmise par des pucerons, les néonicotinoïdes sur semences de betterave constituent la solution de lutte la plus efficace.
© G. Omnès

« Cela enrobe à fond en ce moment dans les stations. Mais il faut prévoir un retard jusqu’à une quinzaine de jours dans la distribution de semences de betteraves traitées aux néonicotinoïdes, en fonction des semenciers et de leurs capacités de pelliculage des semences », remarque Ghislain Malatesta, responsable du département expérimentation et expertise régionale à l’Institut technique de la betterave (ITB).

Avec la parution le 5 février de l’arrêté entérinant l’autorisation d’utilisation des néonicotinoïdes (NNI) sur betteraves sucrières, il ne pouvait en être autrement. Le lancement des enrobages de semences a été retardé. Or, les semis de betteraves démarrent début mars dans certaines régions. « Des semences ne vont arriver que dans la deuxième semaine de mars, entre le 10 et le 15 du mois, précise le spécialiste de l’ITB. Mais en quantité finale, il n’y aura pas de problème de disponibilité en semences traitées aux NNI. »

Au moins 50 % des betteraves sans NNI en Alsace

Des agriculteurs vont choisir des semences sans NNI, pour se dispenser des contraintes imposées par l’arrêté sur certaines successions culturales. « En Alsace, au moins la moitié des betteraves seront semées sans cette protection insecticide sur la semence pour pouvoir implanter du maïs dans l’année qui suit. Le maïs est fréquent dans ce secteur de production et les betteraves y représentent entre 5500 et 6000 hectares », précise Ghislain Malatesta.

En Normandie et dans les Hauts de France, ce sont d’autres cultures qui vont peser sur le choix des betteraviers : le lin textile n’est autorisé qu’en N + 3 et la pomme de terre en N + 2 après betteraves traitées aux NNI. « On prévoit 30 % des betteraves sans NNI dans ces régions », estime Ghislain Malatesta. Pour la Normandie, Alexandre Métais, responsable régional de l’ITB, apporte quelques nuances : « Dans l’Eure, avec des infestations fortes et des rendements catastrophiques en 2020, les producteurs vont opter pour des semences traitées à 90-95 %. En Seine-Maritime, la pression pucerons a été faible en 2020 et les agriculteurs ont très bien contrôlé la situation avec des traitements aériens. 30 % d’entre eux se passeront donc de NNI en 2021. » À noter que le lin textile va nettement baisser en surface en 2021, ce qui réduit en conséquence son importance dans la rotation avec la betterave.

Dans les autres régions, les semences traitées aux NNI représenteront plus de 90 % des semis de betteraves. Sur ces secteurs, aucune différence ne sera faite sur le niveau de risque pucerons. Les zones au sud de Paris (Loiret, Champagne…) étaient connues comme étant moins touchées par les pucerons que les autres régions… sauf en 2020 où elles ont été fortement atteintes. Il est trop tôt pour prédire le risque pucerons pour les prochains semis et l’impact que la semaine de gel intense de février a pu avoir. « Dans un mois, on connaîtra le risque véritable, explique Ghislain Malatesta. Avant février, il subsistait une masse importante de pucerons. »

Les plus lus

Tour de vis Covid : le télétravail systématique étendu à l’agriculture
Protéger le monde agricole de la pandémie en pleine progression dans les territoires : c'est l'objectif visé par le gouvernement…
Des betteraves en début de levée sont  vulnérables au gel. © C. Gloria
Météo : gel à risque en vue pour les colzas et les betteraves
L’an passé avait connu un épisode de froid intense à la fin mars qui avait eu un impact sur les cultures, notamment sur les…
Au stade cotylédon, le gel se traduit par un noircissement qui se généralise et détruit le pied de betterave. © F. Franzetti
Gel : betteraves, céréales, colzas... quelles conséquences pour les cultures ?
Outre des dégâts spectaculaires en vigne et en arboriculture, le gel a aussi été destructeur pour les grandes cultures, à…
Gel/betteraves : Cristal Union fournira gratuitement les semences des ressemis pour préserver les surfaces
Le groupe coopératif Cristal Union fournira gratuitement les semences pour ressemer les parcelles de betteraves détruites par le…
Le comportement du blé OGM tolérant à la sécheresse dans les conditions très difficiles de 2020 a convaincu Guillermo Irastorza d'accroître sa surface en 2021. © G. Irastorza
« J’ai cultivé du blé OGM résistant à la sécheresse », G. Irastorza, agriculteur argentin
Guillermo Irastorza, producteur argentin, a participé en 2020 aux essais plein air à grande échelle du blé OGM HB4 récemment…
Les engrais minéraux représentent 40% des émissions de gaz à effet de serre d’origine agricole.  © C. Baudart
Loi Climat : une nouvelle taxation des engrais pour 2024 ?
Parmi les mesures phare du projet de loi « Climat et résilience » : la taxation des engrais azotés. Cette dernière est envisagée…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures