Aller au contenu principal

Néonicotinoïdes : le Royaume-Uni donne son feu vert pour la campagne sucrière 2023

 Alors que la France vient de renoncer à autoriser les semences enrobées de néonicotinoïdes le Royaume-Uni donne son feu vert pour la campagne sucrière à venir.

Betterave à sucre
© Réussir Grandes cultures

Hasard du calendrier ? Au moment où Marc Fesneau annonçait l’interdiction d’utiliser des semences enrobées aux néonicotinoïdes pour la campagne betteravière 2023, de l’autre côté de la Manche son homologue britannique Mark Spencer prenait la décision inverse.


Les semences protées au Cruiser SB de Syngenta autorisées

Ainsi le département britannique pour l’environnement, l’alimentation et les affaires rurales a donné en début de semaine son feu pour l’autorisation temporaire d’urgence d’utiliser sous conditions des semences de betteraves protégées par du Cruiser SB de Syngenta contenant le néonicotinoïde thiaméthoxane pour la campagne de betterave sucrière en 2023. Il répond ainsi à la demande exprimée par the National Farmers’ Union et British Sugar.


Une décision prise « après une évaluation scientifique approfondie et rigoureuse »

Lors de l’annonce, Mark Spencer, ministre britannique de l’Agriculture, a déclaré que la décision n’avait pas été prise à la légère et était basée sur une évaluation scientifique approfondie et rigoureuse. « Nous reconnaissons le danger potentiel d’une épidémie du virus de la jaunisse de la betterave à sucre du pays et l’impact qu’il pourrait avoir sur la production de sucre au Royaume-Uni », a-t-il notamment déclaré, selon les propos rapportés par la presse agricole britannique.


Jaunisse : une menace claire pour le département britannique à l’Agriculture

« L’année 2000 illustre la menace. Cette année durant laquelle aucun traitement de semences aux néonicotinoïdes n’a été utilisé 25% de la récolte nationale de betterave sucrière a été perdue, ce qui a entrainé environ 67 millions de livres sterling de perte économique totale pour l’industrie qui crée près 10 000 emplois », peut-on lire dans une note du département britannique à l’Agriculture.

Alors que cette menace ne « peut être maîtrisée par aucun autre moyen raisonnable », après l’avis de plusieurs instances (dont the Health and Safety Executive (HSE), le comité d’experts britanniques sur les pesticides (ECP) et le conseiller scientifique en chef (CSA) du ministère), le ministre a décidé d’autoriser les semences enrobées de Cruiser B sous conditions pour en limiter les risques liés à l’utilisation du produit.
 

Des conditions d’utilisation pour limiter les risques pour les abeilles

Ainsi la semence enrobée de néonicotinoïde ne pourra être utilisée que si une modélisation indépendante, développée et gérée par Rothamsted Research prédit une incidence du virus d’au moins 63%. Cet organisme de recherche fournit chaque année au 1er mars une prévision du niveau d’infection de la jaunisse sur la betterave qui sera atteint en août en l’absence de toute intervention phytosanitaire.

Parmi les autres conditions d’utilisation, le ministère britannique précise qu’aucune culture fleurissant avant récolte ne doit être plantée dans le même champ que la betterave à sucre traitée et limite la densité à un taux de semis maximal de 115 000 semences traitées par hectare. Des semences devant de surcroit être entièrement recouvertes de terre.

Le respect de ces conditions devrait limiter « les risques pour les abeilles » de l’utilisation du produit, estime le ministère de l’Agriculture britannique.

Les plus lus

Pucerons sur une betterave
Néonicotinoïdes : pas de dérogations possibles selon la CJUE, les betteraviers s’insurgent
Un arrêté de la Cour de justice de l’Union européenne estime que les Etats membres ne peuvent pas réautoriser les néonicotinoïdes…
Christophe Noisette (Inf'OGM) et Hugo Clément devant une parcelle de colza.
Du colza génétiquement modifié retrouvé près de Rouen : pourquoi l’Anses préconise de mieux surveiller les OGM dans l’environnement ?
Suite à la détection de colza génétiquement modifié au bord d’une route normande par Inf’OGM et Hugo Clément, l’Anses recommande…
L'orge semé durant la première quinzaine d'octobre est particulièrement en avance cette année.
Météo agricole : quelles menaces pour les cultures en avance ?
« Vague de chaleur hivernale », « faux printemps », malgré le retour de températures de saison, quel est l'impact de la douceur…
Manifestation d'agriculteurs à Paris
Néonicotinoïdes : des agriculteurs vont manifester le 8 février à Paris
La confédération générale des planteurs de betteraves, la FNSEA Grand Bassin Parisien et des fédérations de JA, appellent les…
Alexandre Pelé, président de la CGB Centre-Val de Loire, rappelle que 2 000 producteurs cultivent la betterave dans sa région et dans le Bassin parisien.
Néonicotinoïdes : « Beaucoup de producteurs nous disent qu’ils ne vont pas semer de betteraves »
Après l’interdiction brutale des néonicotinoïdes pour l’enrobage des semences de betteraves, la filière accuse le coup. Réaction…
Les producteurs ne pourront pas utiliser des semences enrobées aux néonicotinoïdes pour les semis 2023.
Néonicotinoïdes : clap de fin pour les semences de betteraves
Le ministère de l’Agriculture confirme l’interdiction de l’usage des néonicotinoïdes en France pour enrober les semences de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures