Aller au contenu principal

Surveillance du territoire
Naissance difficile pour le bulletin de santé végétale remplaçant les Avertissements Agricoles

Le gouvernement a imaginé un dispositif complexe pour remplacer les Avertissements agricoles. Les débats se poursuivent avec les organismes agricoles chargés des observations sur le terrain.

«L’État ne se désintéresse pas du sujet de la biosurveillance du territoire, martèle Marie- Christiane Casala, chef du bureau « Biovigilance, méthodes de lutte et expérimentation » à la direction générale de l’Alimentation (DGAL) au ministère de l’Agriculture. Mais son engagement prendra d’autres formes. On déplace les lignes de partage entre le public et le privé ». Le principe est de faire en sorte que la surveillance biologique du territoire soit désormais réalisée par de nombreux acteurs du monde agricole. Les observations seront mutualisées, centralisées dans une base de données régionale et enfin diffusées à tous les agriculteurs via un site Internet. Au niveau national, un comité national d’orientation va être mis en place sous la présidence de la DGAL. Il contrôlera un groupement d’intérêt scientifique (GIS) et un comité de surveillance biologique du territoire. Le GIS élaborera les modèles biologiques pour la base de données.

PAS DE PRÉCONISATION
« L’État veillera à ce que l’organisation de la surveillance soit assurée sur l’ensemble du territoire pour toutes les productions, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui », souligne Marie-Christiane Casala. Dans chaque région, l’animation sera confiée à la chambre régionale d’agriculture. Tous les acteurs qui participeront à la collecte de données seront réunis en comité régional. La direction régionale de l’agriculture et de la forêt (Draf) veillera à la régulation du dispositif. Le comité régional désignera un animateur par filière et par secteur.Ce dernier sera chargé d’organiser la collecte d’informations, d’animer le réseau de collecteurs et de rédiger le bulletin de santé végétale. « Ce bulletin sera une analyse de la santé phytosanitaire des plantes à un instant donné et à l’échelle régionale. Il informera des seuils d’intervention, mais ne donnerapas de préconisation de traitement. Cette dernière relèvera désormais du domaine privé et concurrentiel », précise la représentante du ministère. Chaque organisme de conseil ou de distribution pourra donc éditer son bulletin de préconisation en complément du bulletin de santé végétale. Mais certains conseillers s’inquiètent : si les observations sur le terrain conduisent à conseiller à l’agriculteur de traiter sur la parcelle alors que le bulletin de santé végétale indique que le seuil de traitement n’est pas atteint, le conseiller ne risque-t-il pas de perdre son agrément? « À partir du moment où le conseiller est capable de tracer sa démarche et de la justifier, ce n’est pas incompatible avec une logique de certification », répond la responsable du dossier au ministère.

STATISTIQUES NATIONALES
Outre les différents bulletins de santé végétale publiés dans sa région, l’agriculteur trouvera aussi sur le site Internet les messages réglementaires du service régional de la Protection des végétaux (SRPV) et les notes nationales sur la stratégie de conduite des cultures. Les bases de données appartiendront à l’État. Une partie des informations régionales remontera jusqu’au ministère de l’Agriculture afin d’élaborer des statistiques nationales sur l’évolution des ravageurs ou des maladies sur l’ensemble du territoire. Ce suivi global n’existe pas actuellement. Reste à convaincre un grand nombre d’acteurs sur le terrain de travailler dans un objectif commun. Il faudra aussi leur fournir une méthodologie unique permettant d’enregistrer les comptages et les observations de la même façon d’un bout à l’autre de la France. Pas simple… !

Les plus lus

Le blé tendre d'hiver est sensible au froid à partir de - 8°C, de la levée à l’émission des talles. © C. Gloria
Vague de froid : y a-t-il un risque pour les céréales ?
L’alerte « grand froid » a été émise dans vingt-quatre départements. Cette vague de froid représente-t-elle une menace pour les…
Les pigeons s'attaquent au tournesol avec un impactsur le rendementquand ils enconsommentles tiges ou apex. © C. Watier
Maïs et tournesol : semer un couvert pour leurrer les oiseaux
Entre produits répulsifs et système d’effarouchements, il n’existe pas de solution miracle empêchant les pigeons et corvidés de s…
Baisse de la sole de colza, bouleversement du programme de désherbage maïs, recours aux trichogrammes : Stéphane, Marine et Alain (de gauche à droite) ont modifié en profondeur leurs pratiques pour décrocher la HVE. © G. Omnès
HVE : « Nous avons dû changer nos pratiques en grandes cultures »
Sur la ferme de Pré Levey, le passage à la HVE s’est imposé comme une suite logique à la démarche de baisse des intrants. La…
"Depuis 4-5 ans, il est impossible de mettre de l’argent de côté. "
Trésorerie en exploitation céréalière : « Je serre tous les boulons »
Cédric Benoist est producteur de grandes cultures à Jouy-en-Pithiverais, dans le Loiret. Après la récolte catastrophique de 2020…
En orge brassicole, la tendance est au fractionnement de la fertilisation azotée pour une meilleure efficience des apports. © J.-C. Gutner
Orge brassicole : adapter la fertilisation azotée pour sécuriser le taux de protéines
Depuis de nombreuses années, la filière brassicole s’interroge sur le pilotage de l’azote des orges d’hiver et de printemps. Elle…
Combiné à d'autres leviers, les techniques de travail du sol simplifié permettent aux producteurs de colza et de tournesol de bénéficier d'un bonus substantiel. © Orthman
Bas carbone : des efforts désormais valorisés en grandes cultures
Colza, tournesol, orge, maïs : les filières végétales se lancent sur le marché du carbone pour générer de la valeur ajoutée. Une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures