Aller au contenu principal
Font Size

Surveillance du territoire
Naissance difficile pour le bulletin de santé végétale remplaçant les Avertissements Agricoles

Le gouvernement a imaginé un dispositif complexe pour remplacer les Avertissements agricoles. Les débats se poursuivent avec les organismes agricoles chargés des observations sur le terrain.

«L’État ne se désintéresse pas du sujet de la biosurveillance du territoire, martèle Marie- Christiane Casala, chef du bureau « Biovigilance, méthodes de lutte et expérimentation » à la direction générale de l’Alimentation (DGAL) au ministère de l’Agriculture. Mais son engagement prendra d’autres formes. On déplace les lignes de partage entre le public et le privé ». Le principe est de faire en sorte que la surveillance biologique du territoire soit désormais réalisée par de nombreux acteurs du monde agricole. Les observations seront mutualisées, centralisées dans une base de données régionale et enfin diffusées à tous les agriculteurs via un site Internet. Au niveau national, un comité national d’orientation va être mis en place sous la présidence de la DGAL. Il contrôlera un groupement d’intérêt scientifique (GIS) et un comité de surveillance biologique du territoire. Le GIS élaborera les modèles biologiques pour la base de données.

PAS DE PRÉCONISATION
« L’État veillera à ce que l’organisation de la surveillance soit assurée sur l’ensemble du territoire pour toutes les productions, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui », souligne Marie-Christiane Casala. Dans chaque région, l’animation sera confiée à la chambre régionale d’agriculture. Tous les acteurs qui participeront à la collecte de données seront réunis en comité régional. La direction régionale de l’agriculture et de la forêt (Draf) veillera à la régulation du dispositif. Le comité régional désignera un animateur par filière et par secteur.Ce dernier sera chargé d’organiser la collecte d’informations, d’animer le réseau de collecteurs et de rédiger le bulletin de santé végétale. « Ce bulletin sera une analyse de la santé phytosanitaire des plantes à un instant donné et à l’échelle régionale. Il informera des seuils d’intervention, mais ne donnerapas de préconisation de traitement. Cette dernière relèvera désormais du domaine privé et concurrentiel », précise la représentante du ministère. Chaque organisme de conseil ou de distribution pourra donc éditer son bulletin de préconisation en complément du bulletin de santé végétale. Mais certains conseillers s’inquiètent : si les observations sur le terrain conduisent à conseiller à l’agriculteur de traiter sur la parcelle alors que le bulletin de santé végétale indique que le seuil de traitement n’est pas atteint, le conseiller ne risque-t-il pas de perdre son agrément? « À partir du moment où le conseiller est capable de tracer sa démarche et de la justifier, ce n’est pas incompatible avec une logique de certification », répond la responsable du dossier au ministère.

STATISTIQUES NATIONALES
Outre les différents bulletins de santé végétale publiés dans sa région, l’agriculteur trouvera aussi sur le site Internet les messages réglementaires du service régional de la Protection des végétaux (SRPV) et les notes nationales sur la stratégie de conduite des cultures. Les bases de données appartiendront à l’État. Une partie des informations régionales remontera jusqu’au ministère de l’Agriculture afin d’élaborer des statistiques nationales sur l’évolution des ravageurs ou des maladies sur l’ensemble du territoire. Ce suivi global n’existe pas actuellement. Reste à convaincre un grand nombre d’acteurs sur le terrain de travailler dans un objectif commun. Il faudra aussi leur fournir une méthodologie unique permettant d’enregistrer les comptages et les observations de la même façon d’un bout à l’autre de la France. Pas simple… !

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Récolte dans le nord de l'Eure-et-Loir. Le rendement national moyen de blé tendre est estimé à 6,83 t/ha par le cabinet Agritel, en baisse de près de 8 % par rapport à la moyenne olympique. © G. Omnès
Moisson 2020 : une récolte de blé française sous les 30 millions de tonnes
Les spécialistes du marché des céréales continuent de réviser leurs chiffres de récolte de blé tendre à la baisse. La production…
La collecte chute de 20 % en blé tendre et en orge d'hiver par rapport à la moyenne décennale à la coopérative Ile-de-France Sud. © Gutner archives
Moisson 2020 : le grand écart du rendement en Ile-de-France comme ailleurs
La récolte des orges d’hiver, colza et blé tendre a rendu son verdict en Ile-de-France : des résultats très hétérogènes avec…
Pour la CGB, la propagation du virus de la jaunisse ampute la production française de sucre de 600 000 à 800 000 tonnes. © CGB
Crise de la betterave: les élus régionaux montent au créneau
L’impact de l’épidémie de jaunisse sur betterave s’amplifie devant l’absence de solution technique autorisée. Les Régions…
Nouveau silo de Biocer dans l'Eure. Avec une collecte qui double tous les cinq ans, les organismes économiques doivent adapter leur infrastructure de stockage et de tri. © Biocer
Agriculture biologique : les céréales bio face au défi de la massification
La dynamique de croissance forte et régulière enclenchée depuis trois ans pour les céréales bio confronte la filière à de…
Moisson de blé en Eure-et-Loir
Moisson 2020 : des rendements dans le rouge pour une année noire en grandes cultures
Très mauvaise donne cette année pour les grandes cultures en France, avec une baisse généralisée des productions. Les céréales d’…
Aymeric et Margot Ferté, Gilles Lancelin, Romaric Paucellier : trois expériences du bio en grandes cultures. © DR/C. Baudart
Bio en grandes cultures : la nouvelle génération de convertis bouge les lignes
Une exploitation de grandes cultures qui passe en bio ? C’est désormais banal. Partout, des conversions s’engagent, souvent par…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures