Aller au contenu principal

Miscanthus : trois questions à Isabelle Ghestem

Si la culture de miscanthus profite d’une belle marge brute, il faut se retrousser les manches pour la commercialiser. Il faut bien travailler ses projets pour être compétitif. L'avis d'Isabelle Ghestem, chargée de mission « Valorisations des agro-ressources » à la chambre d’agriculture de l’Eure.

. Quels sont les débouchés énergétiques possibles du miscanthus ?

Le miscanthus peut être utilisé comme combustible. Les collectivités du Havre, par exemple, se chauffent au miscanthus. Mais ce type de débouché demande une grande réflexion en amont du projet. Le produit doit être compétitif autant pour l’exploitant que pour les collectivités. Or de nombreux investissements sont à réaliser au début.

Le miscanthus étant très méthanogène, il peut aussi être très utilisé pour la méthanisation. Nous ne sommes qu’à l’expérimentation sur ce type de projet. Pour le réaliser, le miscanthus doit être récolté vert. Le sol serait donc privé de la matière organique issue des feuilles. Il faudrait ensuite amender la parcelle avec le digestat produit… Bref, nous sommes en pleine réflexion.

. Comment les surfaces de miscanthus se développent-elles en France ?

Avec mes observations au niveau local, je pense pouvoir dire que le développement du miscanthus est atone. La culture ne bénéficie pas vraiment de débouchés établis puisqu’ils dépendent du coût de l’énergie. Les agriculteurs restent attentistes face à cette culture. Pour qu’un projet de miscanthus voit le jour, il faut une visibilité sur la quantité, la qualité et le prix. La volonté d’un tel investissement doit être partagée par des producteurs d’une part et les élus des collectivités d’autre part, et le parcours n’est pas sans embûche.

. Les projets d’implantation de miscanthus sont-ils soutenus financièrement ?

Non, à part dans certaines localités où l’Agence de l’eau promeut la création d’une vraie filière pour garantir la qualité de l’eau. C’est aussi ce qui handicape la culture puisqu’en face, les équipements de chaudières à bois ou la production de granulés sont soutenus par l’Ademe. Et puis ce type d’énergie est davantage maîtrisé par les professionnels.

Les plus lus

Tour de vis Covid : le télétravail systématique étendu à l’agriculture
Protéger le monde agricole de la pandémie en pleine progression dans les territoires : c'est l'objectif visé par le gouvernement…
Des betteraves en début de levée sont  vulnérables au gel. © C. Gloria
Météo : gel à risque en vue pour les colzas et les betteraves
L’an passé avait connu un épisode de froid intense à la fin mars qui avait eu un impact sur les cultures, notamment sur les…
Au stade cotylédon, le gel se traduit par un noircissement qui se généralise et détruit le pied de betterave. © F. Franzetti
Gel : betteraves, céréales, colzas... quelles conséquences pour les cultures ?
Outre des dégâts spectaculaires en vigne et en arboriculture, le gel a aussi été destructeur pour les grandes cultures, à…
Gel/betteraves : Cristal Union fournira gratuitement les semences des ressemis pour préserver les surfaces
Le groupe coopératif Cristal Union fournira gratuitement les semences pour ressemer les parcelles de betteraves détruites par le…
Le comportement du blé OGM tolérant à la sécheresse dans les conditions très difficiles de 2020 a convaincu Guillermo Irastorza d'accroître sa surface en 2021. © G. Irastorza
« J’ai cultivé du blé OGM résistant à la sécheresse », G. Irastorza, agriculteur argentin
Guillermo Irastorza, producteur argentin, a participé en 2020 aux essais plein air à grande échelle du blé OGM HB4 récemment…
La nouvelle convention collective implique d'échanger avec son salarié sur son poste et ses compétences. © C. Baudart
Employeurs : ce que change la nouvelle convention collective pour les agriculteurs
Les producteurs de grandes cultures qui emploient un ou plusieurs salariés doivent appliquer la nouvelle Convention collective…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures