Aller au contenu principal

Méthanisation agricole : la réalité du modèle français remise en question

La méthanisation agricole à la française affiche se veut vertueuse : elle n’est pas censée concurrencer l’alimentation, en s’appuyant sur les effluents d’élevage et des Cive, et ces unités de taille relativement modestes sont ancrées dans leur territoire. Mais les contrôles insuffisants laissent de la place aux accusations de dérives.

Fumier alimentant un méthaniseur. Le modèle français privilégie les effluents et les Cive en méthanisation  pour préserver la vocation alimentaire de l'agriculture, mais certains pointent des dérives, faute de contrôles.
Fumier alimentant un méthaniseur. Le modèle français privilégie les effluents et les Cive en méthanisation pour préserver la vocation alimentaire de l'agriculture, mais certains pointent des dérives, faute de contrôles.
© G. Omnès

La multiplication des méthaniseurs a exacerbé les craintes d’impacts négatifs, et pas seulement chez les riverains. La méthanisation est également contestée sur des bases agronomiques et en raison d’une potentielle concurrence pour l’alimentation. Conséquence de ces remises en cause : peu de projets échappent aux accusations, voire aux attaques devant un tribunal administratif, et les oppositions sont de plus en plus organisées. Ces procédures, coûteuses pour les porteurs de projets, rallongent fortement les durées de gestation. Ce contexte engendre de grosses incertitudes sur la capacité à mener le projet à son terme.

Sur le papier, le modèle français est pourtant rassurant, voire séduisant. La réglementation encourage en effet l’alimentation des méthaniseurs par des effluents d’élevage et des cultures intermédiaires à vocation énergétique (Cive), auxquels peut s’ajouter la valorisation de déchets d’industrie. Rien à voir avec l’Allemagne, où le maïs a été massivement détourné de son usage alimentaire. Par ailleurs, le modèle dominant est celui de petites unités individuelles (notamment pour la cogénération) ou de projets collectifs portés par une poignée d’exploitations, qui fournissent elles-mêmes une part majoritaire du plan d’alimentation du méthaniseur.

Pour limiter la concurrence de l’activité alimentaire, la loi française impose que les cultures principales (hors cultures intermédiaires) constituent moins de 15 % du tonnage brut de la ration du méthaniseur. Les Cive, implantées en interculture, ne font pas concurrence aux cultures alimentaires. Selon certaines enquêtes régionales, les cultures dédiées à l’alimentation du méthaniseur qui ne seraient pas des intercultures représenteraient ainsi en moyenne moins de 6 % des rations.

Problème, ces données sont élaborées sur une base déclarative. « Le modèle 'à la française' est une vue de l’esprit qui ne correspond pas à la réalité. On affiche des chiffres alors qu’il n’y a aucun contrôle », affirme Alexandre Mamdy, chargé de mission au conseil régional de Bretagne. Sur le terrain, de telles accusations sont courantes. Mais difficiles à quantifier, faute de contrôles suffisants. La Région Bretagne va d’ailleurs lancer un vaste audit sur l’impact de la méthanisation sur l’agriculture locale, et d’autres devraient suivre.

« Fausses » Cive cultivées au détriment des cultures principales, pulpes de betteraves et drêches subtilisées à l’élevage, conduite intensive des Cive… les griefs se multiplient. Dérives minoritaires, comme l’assurent l’Ademe et Solagro, ou pratiques généralisées ? Pour y voir clair, tous les acteurs, favorables ou opposés à la méthanisation, réclament des contrôles accrus pour lever ou confirmer (selon le camp) les soupçons.

Des négociations ont été lancées entre représentants de la filière et les ministères de l’Agriculture et de la Transition écologique. Le but est de préciser la définition des Cive et des cultures principales, et d’aboutir à un cadre clair et contrôlable. Il pourrait être relié à la déclaration PAC, notamment pour garantir la traçabilité des Cive. Parvenir à l’homogénéisation des données permettrait un état des lieux clair et des comparaisons entre région. Une difficulté demeure : affecter des moyens de contrôle efficaces aux administrations, qui manquent cruellement d’effectif pour ce type d’action.

Les plus lus

Pucerons sur une betterave
Néonicotinoïdes : pas de dérogations possibles selon la CJUE, les betteraviers s’insurgent
Un arrêté de la Cour de justice de l’Union européenne estime que les Etats membres ne peuvent pas réautoriser les néonicotinoïdes…
Christophe Noisette (Inf'OGM) et Hugo Clément devant une parcelle de colza.
Du colza génétiquement modifié retrouvé près de Rouen : pourquoi l’Anses préconise de mieux surveiller les OGM dans l’environnement ?
Suite à la détection de colza génétiquement modifié au bord d’une route normande par Inf’OGM et Hugo Clément, l’Anses recommande…
L'orge semé durant la première quinzaine d'octobre est particulièrement en avance cette année.
Météo agricole : quelles menaces pour les cultures en avance ?
« Vague de chaleur hivernale », « faux printemps », malgré le retour de températures de saison, quel est l'impact de la douceur…
Chaque culture peut être assurée avec une franchise qui lui est propre, et le déclenchement se fait à la culture en cas de sinistre.
Assurance récolte: comprendre la réforme qui s'applique en 2023
Le nouveau dispositif qui articule solidarité nationale et assurance récolte privée entre en vigueur. Objectif : convaincre un…
Les producteurs ne pourront pas utiliser des semences enrobées aux néonicotinoïdes pour les semis 2023.
Néonicotinoïdes : clap de fin pour les semences de betteraves
Le ministère de l’Agriculture confirme l’interdiction de l’usage des néonicotinoïdes en France pour enrober les semences de…
Manifestation d'agriculteurs à Paris
Néonicotinoïdes : des agriculteurs vont manifester le 8 février à Paris
La confédération générale des planteurs de betteraves, la FNSEA Grand Bassin Parisien et des fédérations de JA, appellent les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures