Aller au contenu principal

[Marchés] Les prix du colza plombés par le pétrole et le Covid-19

Le sort de la graine de colza, destiné pour les deux tiers à la fabrication de biodiesel en Europe, pâtit de la chute du prix du pétrole et du marasme économique provoqué par le coronavirus.

La demande industrielle en biocarburants, pénalisée par la chute du trafic routier, a pesé très fortement sur l’huile de colza. © G. Omnès
La demande industrielle en biocarburants, pénalisée par la chute du trafic routier, a pesé très fortement sur l’huile de colza.
© G. Omnès

Le marché mondial des oléagineux est fortement touché par la chute du prix du pétrole, via le biodiesel. L’ensemble du complexe des graines à huile a suivi à la baisse le baril depuis le mois de janvier, avec une accélération fin février. Le 17 mars, le colza Fob Moselle retrouvait ainsi son niveau le plus bas depuis deux ans, à 339 euros la tonne. Avec environ les deux tiers des graines destinées au marché du biodiesel, le colza français (et plus généralement européen) est très connecté aux prix de l’or noir. « La demande industrielle en biocarburants, pénalisée par la chute du trafic routier, a pesé très fortement sur l’huile de colza, souligne Damien Jouen, analyste du marché des oléagineux chez Tallage/Stratégie Grains. Bien que son effet soit moindre, la demande alimentaire n’est pas à négliger non plus, car la baisse d’utilisation d’huile raffinée dans les plats préparés, du fait de la fermeture de la restauration hors domicile, renforce le phénomène baissier. »

Un petit rebond des prix… en sursis

Comme le reste du complexe oléagineux, les prix du colza ont profité début avril d’un accord sur la réduction de la production de pétrole décidée par la Russie et l’Arabie saoudite. Les perspectives de baisse de production d’huile de palme en Malaisie, conséquence des mesures de sécurité prises pour lutter contre le coronavirus, ont également apporté un peu de soutien. Dans un premier temps, la demande en tourteaux de soja a elle aussi aidé à limiter la casse. Les tourteaux ont en effet été appelés à la rescousse aux États-Unis pour compenser la baisse de disponibilité en drêches, conséquence de la claque de l’industrie de l’éthanol US. Cet effet a toutefois été rapidement contrebalancé par les perturbations de la filière viande aux États-Unis, synonyme d’une réduction de la demande en tourteaux dans les élevages.

Néanmoins, en cas d’impact dépressif durable du Covid-19 sur l’économie mondiale, les cours des oléagineux resteront sous pression par l’entremise du pétrole. Ce phénomène serait aggravé en cas de baisse de la consommation animale, négative pour le marché des tourteaux. Pour parachever le tableau, la perspective d’un accord entre la Chine et le Canada semble s’éloigner. Cela aurait permis de rediriger vers la Chine les flux de canola canadien qui se sont mis en place cette année à destination du Vieux Continent, faute d’accès au marché chinois.

Les plus lus

Prix des céréales : les raisons de la flambée des cours
Blé, orge, maïs : les prix de l'ensemble des marchés des céréales ont connu une hausse brutale ces dernières semaines. Cette…
Le groupe Soufflet collecte 5,6 millions de tonnes de grains par an. © gutner  archive
InVivo en négociation exclusive pour le rachat du groupe Soufflet
L’union des coopératives In Vivo est entrée en négociation exclusive avec le négoce Soufflet pour reprendre 100 % du capital du…
Les agriculteurs se sont précipités pour déposer des demandes d'aides à l'investissement dans le cadre du plan Protéines, poussant FranceAgriMer à suspendre la téléprocédure. © J.-C. Gutner
Plan protéines : les aides à l’équipement victimes de leur succès
En 48 heures, FranceAgriMer a enregistré 4 000 dossiers de demandes de subventions pour l’aide à l’investissement matériel dans…
Tereos
Tereos : les opposants prennent le pouvoir au sein du géant sucrier
C’est l’épilogue d’un conflit commencé en 2017 : les opposants, qui reprochaient à la direction de Tereos une gouvernance…
La réalisation d'un plan de trésorerie mensuel est un bon outil pour y voir clair et gérer son stress ! © C. Baudart
Trésorerie à sec : éviter le mur
Le complément des aides PAC vient de rentrer, la coopérative annonce des ristournes, une partie des impôts fonciers est restituée…
Lettre Gérard Clay - Tereos
Gérard Clay, président de Tereos : « une nouvelle page se tourne »
Restaurer la confiance et ramener de la rentabilité avec les cœurs de métier de la coopérative : telles sont les premières…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures