Aller au contenu principal
Font Size

[Marchés] Compte à rebours lancé pour l'orge de brasserie

Le bilan européen de l’orge brassicole était déjà excédentaire avant la pandémie. Le coronavirus aggrave la situation en faisant chuter la demande en bière de façon drastique.

Report de la récolte 2019 sur la campagne suivante, fléchage vers la consommation animale… Les perspectives sont inquiétantes pour l’orge brassicole. © G. Omnès
Orge de printemps en Eure-et-Loir. Les marchés des grandes cultures sont emportés dans la tourmente Covid-19, avec des effets positifs, comme pour le blé dur, ou très négatif, comme l'orge de brasserie ou les oléagineux.
© G. Omnès

Difficile d’imaginer pire scénario. Alors que le bilan européen d’orge brassicole s’annonçait lourd avant la pandémie, cette dernière vient amputer la demande. « En France, avec la fermeture des cafés, hôtels, restaurants et l’annulation des manifestations de printemps, le secteur de la brasserie se voit privé de 35 % de ses débouchés », explique Maxime Costilhes, délégué général de Brasseurs de France. L’effondrement des ventes pourrait même atteindre 80 % pour les microbrasseries. « Sur tous les continents, le marché de la brasserie est en déroute, des brasseurs et des malteurs ferment des usines dans le monde entier. C’est une vraie catastrophe qui influencera le marché des orges de brasserie jusqu’au producteur », prévient Jean-François Loiseau, président d’Intercéréales.

Pour Julien Darley, directeur général de Granit Négoce (groupe Axéréal), « il est encore très difficile de faire des projections chiffrées sérieuses car un tel événement est inédit, tout dépendra de sa durée et de son intensité. L’industrie peut redémarrer du jour au lendemain, mais on ne sait pas comment la consommation va repartir quand la vie reprendra ». Dans son rapport d’avril dédié à ce marché, le cabinet d’analyse Tallage a coupé de 0,4 million de tonnes (Mt) la prévision de consommation d’orge par la malterie en Europe en 2019-2020, à 11 Mt, et de 1,2 Mt à l’échelle mondiale. « Nous sommes inquiets mais pas désespérés. Nous le serons si la saison n’a pas démarré au 15 juillet. Juin-août est une période décisive pour notre secteur », confie Maxime Costilhes.

La prime brassicole sous haute pression

Report de la récolte 2019 sur la campagne suivante, fléchage vers la consommation animale… Les perspectives sont inquiétantes pour l’orge brassicole. Surtout qu’en France, les conditions de semis très défavorables à l’automne ont conduit à une hausse des surfaces d’orge de printemps, estimée à 9 %. De quoi charger un peu plus la barque.

« La prime brassicole est mise sous pression, et cela va encore s’accentuer, estime Julien Darley. L’écart de prix entre l’orge fourragère et l’orge brassicole résiste mieux en nouvelle récolte, avec environ 13 euros la tonne à mi-avril, mais cela pourrait baisser si la météo est favorable aux cultures. » Seule une forte dégradation des potentiels de rendement à l’échelle mondiale ou une importante hausse des cours du blé tendre pourrait limiter la casse dans les mois à venir.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Récolte 2020 : le spectre de 2016 plane au-dessus des blés français
Surfaces de céréales d’hiver très basses, nombre d’épis réduit par l’excès de pluies automnales puis par la sécheresse…
Les correspondants sureté de la gendarmerie se déplacent gratuitement et sur demande. © Gendarmerie nationale
Vols en agriculture : « les voleurs sont venus trois fois en six mois »
Les vols de GPS, carburant, phyto sont fréquents. Que faire et ne pas faire, quels moyens mettre en place, comment s’y prendre ?…
Pour Gilles Lenfant, disposer d'un déchaumeur attelé et prêt à partir pendant la moisson est désormais indispensable. © C. Baudart
Incendie à la récolte : « Le mur de flammes avançait rapidement sur une largeur de 100 mètres. »
Agriculteur dans l’Eure, Gilles Lenfant a été confronté au feu à plusieurs reprises à l'été 2019. Son expérience…
Copyright Gabriel Omnès
La revalorisation des retraites agricoles définitivement adoptée au sénat
La loi revalorisant les retraites agricoles à 85 % du Smic pour une carrière complète d'exploitant a été votée définitivement en…
L'assemblée nationale a voté la revalorisation des retraites agricoles, revendication portée par e député André Chassaigne
L'Assemblée nationale vote la revalorisation des retraites agricoles à 85 % du SMIC
L’Assemblée nationale a adopté en seconde lecture une proposition de loi garantissant une pension minimale de 85 % du SMIC aux…
Une fertilisation au semis ne compense jamais une mauvaise levée. © J.-C. Gutner
Colza : fertiliser au semis avec discernement
Pour favoriser la croissance à l’automne et limiter la nuisibilité des attaques d’insectes aux stades jeunes du colza, fertiliser…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures