Aller au contenu principal

[Marchés] Compte à rebours lancé pour l'orge de brasserie

Le bilan européen de l’orge brassicole était déjà excédentaire avant la pandémie. Le coronavirus aggrave la situation en faisant chuter la demande en bière de façon drastique.

Report de la récolte 2019 sur la campagne suivante, fléchage vers la consommation animale… Les perspectives sont inquiétantes pour l’orge brassicole. © G. Omnès
Orge de printemps en Eure-et-Loir. Les marchés des grandes cultures sont emportés dans la tourmente Covid-19, avec des effets positifs, comme pour le blé dur, ou très négatif, comme l'orge de brasserie ou les oléagineux.
© G. Omnès

Difficile d’imaginer pire scénario. Alors que le bilan européen d’orge brassicole s’annonçait lourd avant la pandémie, cette dernière vient amputer la demande. « En France, avec la fermeture des cafés, hôtels, restaurants et l’annulation des manifestations de printemps, le secteur de la brasserie se voit privé de 35 % de ses débouchés », explique Maxime Costilhes, délégué général de Brasseurs de France. L’effondrement des ventes pourrait même atteindre 80 % pour les microbrasseries. « Sur tous les continents, le marché de la brasserie est en déroute, des brasseurs et des malteurs ferment des usines dans le monde entier. C’est une vraie catastrophe qui influencera le marché des orges de brasserie jusqu’au producteur », prévient Jean-François Loiseau, président d’Intercéréales.

Pour Julien Darley, directeur général de Granit Négoce (groupe Axéréal), « il est encore très difficile de faire des projections chiffrées sérieuses car un tel événement est inédit, tout dépendra de sa durée et de son intensité. L’industrie peut redémarrer du jour au lendemain, mais on ne sait pas comment la consommation va repartir quand la vie reprendra ». Dans son rapport d’avril dédié à ce marché, le cabinet d’analyse Tallage a coupé de 0,4 million de tonnes (Mt) la prévision de consommation d’orge par la malterie en Europe en 2019-2020, à 11 Mt, et de 1,2 Mt à l’échelle mondiale. « Nous sommes inquiets mais pas désespérés. Nous le serons si la saison n’a pas démarré au 15 juillet. Juin-août est une période décisive pour notre secteur », confie Maxime Costilhes.

La prime brassicole sous haute pression

Report de la récolte 2019 sur la campagne suivante, fléchage vers la consommation animale… Les perspectives sont inquiétantes pour l’orge brassicole. Surtout qu’en France, les conditions de semis très défavorables à l’automne ont conduit à une hausse des surfaces d’orge de printemps, estimée à 9 %. De quoi charger un peu plus la barque.

« La prime brassicole est mise sous pression, et cela va encore s’accentuer, estime Julien Darley. L’écart de prix entre l’orge fourragère et l’orge brassicole résiste mieux en nouvelle récolte, avec environ 13 euros la tonne à mi-avril, mais cela pourrait baisser si la météo est favorable aux cultures. » Seule une forte dégradation des potentiels de rendement à l’échelle mondiale ou une importante hausse des cours du blé tendre pourrait limiter la casse dans les mois à venir.

Les plus lus

Prix des céréales : les raisons de la flambée des cours
Blé, orge, maïs : les prix de l'ensemble des marchés des céréales ont connu une hausse brutale ces dernières semaines. Cette…
Le groupe Soufflet collecte 5,6 millions de tonnes de grains par an. © gutner  archive
InVivo en négociation exclusive pour le rachat du groupe Soufflet
L’union des coopératives In Vivo est entrée en négociation exclusive avec le négoce Soufflet pour reprendre 100 % du capital du…
Les agriculteurs se sont précipités pour déposer des demandes d'aides à l'investissement dans le cadre du plan Protéines, poussant FranceAgriMer à suspendre la téléprocédure. © J.-C. Gutner
Plan protéines : les aides à l’équipement victimes de leur succès
En 48 heures, FranceAgriMer a enregistré 4 000 dossiers de demandes de subventions pour l’aide à l’investissement matériel dans…
Tereos
Tereos : les opposants prennent le pouvoir au sein du géant sucrier
C’est l’épilogue d’un conflit commencé en 2017 : les opposants, qui reprochaient à la direction de Tereos une gouvernance…
La réalisation d'un plan de trésorerie mensuel est un bon outil pour y voir clair et gérer son stress ! © C. Baudart
Trésorerie à sec : éviter le mur
Le complément des aides PAC vient de rentrer, la coopérative annonce des ristournes, une partie des impôts fonciers est restituée…
Lettre Gérard Clay - Tereos
Gérard Clay, président de Tereos : « une nouvelle page se tourne »
Restaurer la confiance et ramener de la rentabilité avec les cœurs de métier de la coopérative : telles sont les premières…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures