Aller au contenu principal

Maladies du blé et biocontrôle : « J’utilise du soufre en premier traitement depuis quatre ans »

L'utilisation contre la septoriose sur blé d'un produit de biocontrôle comme le soufre participe à la recherche de réduction des fongicides chimiques par Erwann Fagot, polyculteur-éleveur à Bodilis (Finistère).

Erwann Fagot avec ses deux fils, Mathéis et Brieuc."Outre le soufre sur blé, j’utilise un autre produit de biocontrôle à base de phosphonate de potassium contre le mildiou sur mes pommes de terre."
© SCEA de Langroas

« Notre exploitation fait partie du réseau de fermes 30 000 Dephy Écophyto avec un objectif de réduction des IFT de 20 % en cinq ans. Depuis quatre ans, j’ai recours au produit de biocontrôle Héliosoufre contre les maladies du blé, qui participe à cette recherche de réduction d’IFT. En 2022, je l’ai utilisé le 11 avril en premier traitement au stade 2 nœuds à 3 litres à l'hectare associé au pack fongicide Keynote + Chamane. Le second traitement effectué le 2 juin à floraison se composait du produit Sunorg Pro (0,9 l/ha) associé à l’adjuvant Sticman (0,1 l/ha).

Le programme de traitements contre les maladies a coûté 80 euros par hectare, dont 14 euros pour le seul Héliosoufre. Cette spécialité est efficace. Mais elle a l’inconvénient de sentir très fort à l’application, ce qui peut causer des désagréments pour les habitants proches des parcelles traitées. J’utilise un autre produit de biocontrôle à base de phosphonate de potassium contre le mildiou sur mes pommes de terre. Je n’envisage pas pour le moment de l’utiliser sur le blé tendre.

Je reste très vigilant sur la lutte contre les maladies, car la récolte de blé est utilisée pour l’alimentation de notre élevage porcin. La qualité sanitaire des grains de blé doit être irréprochable, notamment vis-à-vis de la fusariose des épis. Contre les maladies, j’ai choisi la variété de blé Chevignon pour sa précocité et sa bonne tolérance aux pathogènes. En outre, mon passage en non-labour se traduit par une amélioration de la vie du sol qui, à mon sens, permet aux cultures d’être en meilleure santé pour pouvoir réduire l’usage de phyto. »

SCEA de Langroas, 2 associés. 112 ha, dont 30 de blé tendre (autoconsommation), 45 de maïs grain, 38 de pommes de terre (plants). Élevage porcin naisseur-engraisseur 150 truies. Non-labour.

Les plus lus

Pucerons sur une betterave
Néonicotinoïdes : pas de dérogations possibles selon la CJUE, les betteraviers s’insurgent
Un arrêté de la Cour de justice de l’Union européenne estime que les Etats membres ne peuvent pas réautoriser les néonicotinoïdes…
Christophe Noisette (Inf'OGM) et Hugo Clément devant une parcelle de colza.
Du colza génétiquement modifié retrouvé près de Rouen : pourquoi l’Anses préconise de mieux surveiller les OGM dans l’environnement ?
Suite à la détection de colza génétiquement modifié au bord d’une route normande par Inf’OGM et Hugo Clément, l’Anses recommande…
L'orge semé durant la première quinzaine d'octobre est particulièrement en avance cette année.
Météo agricole : quelles menaces pour les cultures en avance ?
« Vague de chaleur hivernale », « faux printemps », malgré le retour de températures de saison, quel est l'impact de la douceur…
Manifestation d'agriculteurs à Paris
Néonicotinoïdes : des agriculteurs vont manifester le 8 février à Paris
La confédération générale des planteurs de betteraves, la FNSEA Grand Bassin Parisien et des fédérations de JA, appellent les…
Alexandre Pelé, président de la CGB Centre-Val de Loire, rappelle que 2 000 producteurs cultivent la betterave dans sa région et dans le Bassin parisien.
Néonicotinoïdes : « Beaucoup de producteurs nous disent qu’ils ne vont pas semer de betteraves »
Après l’interdiction brutale des néonicotinoïdes pour l’enrobage des semences de betteraves, la filière accuse le coup. Réaction…
Les producteurs ne pourront pas utiliser des semences enrobées aux néonicotinoïdes pour les semis 2023.
Néonicotinoïdes : clap de fin pour les semences de betteraves
Le ministère de l’Agriculture confirme l’interdiction de l’usage des néonicotinoïdes en France pour enrober les semences de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures