Aller au contenu principal

[Maladie] L’helminthosporiose de l’orge, à surveiller en conditions humides et douces

Sur orges d’hiver et de printemps, l’helminthosporiose est la maladie foliaire qui peut causer le plus de dégâts. À surveiller au printemps.

Les symptômes sur feuilles peuvent évoluer en nécrose généralisée.
Les symptômes sur feuilles peuvent évoluer en nécrose généralisée.
© Réussir SA

Reconnaître l'helminthosporiose des autres maladies foliaires de l'orge

Ovales, rectangulaires, punctiformes, linéaires ou en réseau : les taches sur feuilles causées par l’helminthosporiose de l’orge prennent des formes diverses. Ces taches sont de couleur brun foncé et souvent entourées de jaune. Elles sont visibles sur les deux faces de la feuille. Les symptômes les plus typiques sont les nécroses longitudinales plus ou moins longues bien délimitées par les nervures.

En donnant l’apparence d’un réseau, des marques suivent les nervures et colonisent les feuilles sur la largeur par des liaisons en angle droit. Les taches peuvent se rejoindre et la feuille finit par subir une nécrose généralisée. Elles se rencontrent également sur les gaines foliaires et sur les épis. Même si des taches peuvent apparaître dès l’automne, la maladie est plutôt tardive avec une apparition plus particulièrement au stade gonflement de l’épi et à l’épiaison. L’helminthosporiose est causée par le champignon Pyrenophora teres.

Comment combattre l'helminthosporiose ?

Semences : Utiliser des semences saines et désinfectées. Les semences certifiées apportent des garanties de qualité sanitaire. Contenant une molécule SDHI, le traitement de semences Systiva permet de bien contenir les maladies foliaires mais son efficacité sur helminthosporiose est remise en cause.

Variétés : Chez les orges d’hiver et de printemps, certaines variétés sont peu sensibles à l’helminthosporiose : à privilégier. Parmi les escourgeons, les variétés KWS Joyau, Creative, Julia, SY Scoop et Perroella figurent parmi les plus résistantes, ainsi que KWS Cassia et LG Globetrotter en orge 2 rangs. Chez les orges de printemps, les variétés les moins sensibles sont KWS Fantex, Fandaga, Explorer et Yoda.

Agronomie : Des semis précoces et des niveaux d’azote élevés favorisent la maladie. Pour réduire les contaminations, les débris de récoltes et repousses pourront être broyés finement et incorporés au sol. Les successions orge sur orge sont à proscrire. Arvalis conseille un intervalle d’au moins deux ans entre ces céréales.

Chimie : Compte tenu du développement de résistances de certaines populations de l’helminthosporiose, il est conseillé d’utiliser des produits ou mélange associant plusieurs familles de matières actives : triazole, SDHI et strobilurine. Des mélanges Kardix + Twist 500 SC, Elatus Era + Amistar, Revystar XL + Comet, Priaxor EC + Juventus ou Amplitude ont fait leurs preuves dans le réseau d’essais Performance mené par Arvalis. Parmi les nouveautés à venir, le projet Pavecto (métyltétraprole) affiche des efficacités élevées sur helminthosporiose. À partir du stade 1 nœud, le seuil d’intervention avec un fongicide est fixé à 10 % de feuilles atteintes pour les variétés sensibles et à 25 % pour les variétés moyennement à peu sensibles.

 

 
Les taches brunes sont souvent entourées de jaune. © Arvalis

 

Cinq points clés sur l’helminthosporiose de l’orge

Maladie la plus préjudiciable de l’orge, l’helminthosporiose peut causer des pertes dépassant 30 % du rendement, en l’absence de contrôle.

Le pathogène résiste à plusieurs familles de fongicides au travers de ses populations. La résistance aux strobilurines est bien présente en France et celle aux SDHI se développe fortement. L’impact sur l’efficacité des fongicides ne se fait pas encore ressentir mais il est élevé en Irlande et au Royaume-Uni.

L’optimum de température se situe entre 15 et 25 °C pour le développement de ce champignon mais des infestations sont possibles dès 8 °C. Il faut une bonne humidité (supérieure à 80 %) pour les contaminations.

Les résidus de récolte (paille et repousses) hébergent les formes du champignon qui généreront les productions de spores et les contaminations. Les spores sont véhiculées par le vent sur plusieurs dizaines de mètres.

Les semences peuvent également transmettre la maladie. Le développement du mycélium peut alors faire apparaître des symptômes en quelques jours.

 

 
Les taches montrent des formes diverses sur feuilles : ovales, rectangulaires, punctiformes, linéaires ou en réseau. © Arvalis

 

Les plus lus

Pour une bonne rotation des stocks, notez la date de rentrée des produits sur les bidons.  © N. Cornec/Aravalis
Stockage des produits phytosanitaires : bien ranger son local phyto
Si toutes les fermes comportent un local pour stocker les produits phytosanitaire, ce dernier n’est pas toujours aux normes.…
Yann Matura, 120 hectares à Buchy."Depuis trois ans, j’utilise des purins d'ortie tout formulés (Form GC) de J3G avec une application au 1er nœud et une seconde à 2 nœuds. Avec un coût de 10 euros à l'hectare, ces produits tonifient les cultures."
Blé : ils contrôlent les maladies avec peu de fongicides malgré une forte pression
Substances naturelles, variétés tolérantes, semis peu denses et retardés, bas volume associé à réduction de dose : en Seine-…
10,8 millions de tonnes d'engrais ont été livrées au cours de la campagne 2021-2022, soit une baisse de 5 % par rapport à la campagne précédente.
Engrais azotés : toujours du retard dans les achats des agriculteurs
La situation sur le marché des engrais reste tendue avec des prix très élevés, des agriculteurs attentistes et un risque d’…
Denis Bollengier a bénéficié d’une prise en charge financière totale pour implanter sa haie grâce au dispositif de paiement pour services environnementaux.
« J’ai financé ma haie grâce aux paiements pour services environnementaux »
Denis Bollengier, agriculteur dans le Nord, a financé l’implantation d’une haie en bénéficiant d’un paiement pour service…
Fiscalité : deux exemples pour mieux comprendre la DEP
Fiscalité : deux exemples pour mieux comprendre la DEP
La déduction pour épargne de précaution (DEP) est un outil de défiscalisation et de lissage des prélèvements sociaux très…
Un tiers des producteurs envisage de réduire ou d'arrêter la production de maïs semences.
Maïs semences : un tiers des producteurs envisagent de réduire les surfaces ou d’arrêter
Les producteurs de maïs semences affichent un moral en berne après une année 2022 très difficile. La filière cherche des moyens…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures