Aller au contenu principal

[Maladie] Lutter contre la septoriose, principale maladie du blé

Sur blé, la septoriose s’invite tous les ans avec plus ou moins de virulence. C’est la principale maladie de cette céréale en termes de fréquence et d’impact.

La septoriose est la principale maladie du blé.
© N. Cornec/Arvalis

Description de la septoriose du blé

Des taches blanchâtres sur les feuilles virant au brun avec de petits points noirs en leur centre et un halo jaune autour : pas de doute, la septoriose a infesté vos blés. Les premiers symptômes peuvent être visibles sur les premières feuilles avant l’hiver, sans dommage. Un automne humide et doux suivi d’un hiver peu rigoureux permet au pathogène de bien s’implanter dans la culture.

C’est en mars-avril que la septoriose devient dangereuse. Les taches ont d’abord une taille limitée, de forme ovale ou rectangulaire. À la faveur de la progression de la maladie, elles se rejoignent en de larges plages. Caractéristiques de la septoriose, ces taches progressent de bas en haut sur les brins de blés. Le centre des taches se nécrose et c’est là qu’apparaissent les petits points noirs qui ne sont autres que des fructifications (pycnides) du champignon Zymoseptoria (ex Septoria) tritici. C’est une autre marque du pathogène. La maladie gagne toutes les feuilles mais pas les épis. Les feuilles fortement atteintes finissent par se nécroser complètement.

Les taches sont entourées d'un halo jaune. © C. Gloria

Comment lutter contre la septoriose ?

Variétés : Des variétés de blé tendre présentent un bon niveau de tolérance à la septoriose. Des blés comme LG Absalon ou KWS Extase se démarquent sur ce caractère. Mais le niveau de résistance peut se dégrader avec le temps. C’est ce qui est constaté sur des variétés très cultivées comme Rubisko et Cellule. Sur les variétés les moins sensibles, on peut alléger le programme fongicide en retardant le premier traitement et en diminuant les doses de produits.

Agronomie : En retardant son semis, on réduit la présence de septoriose sur la parcelle. Il en est de même si le précédent n’est pas un blé, si la densité de semis est modérée et si les apports azotés sont raisonnés. Le travail du sol avec enfouissement ou broyage des résidus de culture montre un effet limité sur l’inoculum de la parcelle.

Chimie : Pour aider à prendre une décision sur le pilotage du premier traitement fongicide, des OAD prennent en compte le contexte de culture (variétés utilisées, précédent, date de semis…) ainsi que les conditions climatiques qui sont prégnantes sur le développement de la maladie. Les molécules de la famille des SDHI sont les plus performantes contre la septoriose. Elles entrent dans la composition de nombreux fongicides, associées à au moins une autre molécule.

Parmi les produits les plus récents et efficaces en traitement au stade « dernière feuille étalée » : Revystar XL, Elatus Era, Kardix, Questar + metconazole. Mais des souches de septoriose présentant un certain niveau de résistance à cette famille de fongicides sont en progression. Dans cette situation, les organismes prescripteurs conseillent de limiter les SDHI à une seule application par saison. Ils recommandent de n’intervenir en T1 (2 nœuds) que si nécessaire, et ce avec un fongicide multisites (soufre, folpel, mancozèbe). Arvalis préconise une intervention à partir du stade « 2 nœuds » sur les variétés résistantes si une plante sur deux présente des symptômes sur la deuxième feuille étalée du moment (une plante sur quatre pour les variétés sensibles).

Quatre points clés sur la septoriose

Les pluies au printemps sont favorables à la propagation du champignon, d’autant plus si elles sont de forte intensité. L’impact des gouttes dissémine les spores sur les feuilles supérieures.

Les pertes de rendement peuvent atteindre 50 q/ha dans les situations les plus exposées. L’institut Arvalis estime la nuisibilité moyenne de la septoriose à 17 q/ha au fil des ans. Le champignon touche blé tendre, blé dur et triticale.

Ne pas confondre la septoriose avec les taches physiologiques qui ne touchent que les feuilles les plus jeunes (celles des étages inférieurs sont indemnes) et avec l’helminthosporiose du blé dont les taches brunes avec un halo jaune sont sans points noirs.

Rare en France, une autre septoriose est produite par le pathogène Stagnospora (ex Septoria) nodorum. Les taches sont similaires mais avec absence de points noirs qui sont remplacés par des ponctuations brunes. Cette septoriose s’attaque aux épis avec une coloration brun violacée de la partie supérieure des glumes.

Avec des feuilles du bas nécrosées, la septoriose progresse vers les étages foliaires supérieurs. © N. Cornec/Arvalis
 

 

Les plus lus

Pour une bonne rotation des stocks, notez la date de rentrée des produits sur les bidons.  © N. Cornec/Aravalis
Stockage des produits phytosanitaires : bien ranger son local phyto
Si toutes les fermes comportent un local pour stocker les produits phytosanitaire, ce dernier n’est pas toujours aux normes.…
Yann Matura, 120 hectares à Buchy."Depuis trois ans, j’utilise des purins d'ortie tout formulés (Form GC) de J3G avec une application au 1er nœud et une seconde à 2 nœuds. Avec un coût de 10 euros à l'hectare, ces produits tonifient les cultures."
Blé : ils contrôlent les maladies avec peu de fongicides malgré une forte pression
Substances naturelles, variétés tolérantes, semis peu denses et retardés, bas volume associé à réduction de dose : en Seine-…
10,8 millions de tonnes d'engrais ont été livrées au cours de la campagne 2021-2022, soit une baisse de 5 % par rapport à la campagne précédente.
Engrais azotés : toujours du retard dans les achats des agriculteurs
La situation sur le marché des engrais reste tendue avec des prix très élevés, des agriculteurs attentistes et un risque d’…
Denis Bollengier a bénéficié d’une prise en charge financière totale pour implanter sa haie grâce au dispositif de paiement pour services environnementaux.
« J’ai financé ma haie grâce aux paiements pour services environnementaux »
Denis Bollengier, agriculteur dans le Nord, a financé l’implantation d’une haie en bénéficiant d’un paiement pour service…
Fiscalité : deux exemples pour mieux comprendre la DEP
Fiscalité : deux exemples pour mieux comprendre la DEP
La déduction pour épargne de précaution (DEP) est un outil de défiscalisation et de lissage des prélèvements sociaux très…
Un tiers des producteurs envisage de réduire ou d'arrêter la production de maïs semences.
Maïs semences : un tiers des producteurs envisagent de réduire les surfaces ou d’arrêter
Les producteurs de maïs semences affichent un moral en berne après une année 2022 très difficile. La filière cherche des moyens…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures