Aller au contenu principal

[Maladie] Combattre la cercosporiose, principale maladie foliaire de la betterave

Sur betterave sucrière, la cercosporiose est la maladie majeure du feuillage. Entre variétés tolérantes et fongicides, des moyens efficaces existent pour la contrôler.

De petites taches grises entourées d'un liseré brun caractérisent la cercosporiose.. © ITB
De petites taches grises entourées d'un liseré brun caractérisent la cercosporiose..
© ITB

Description : reconnaître les symptômes de la cercosporiose

De fin juin à juillet, de petites taches grises arrondies de quelques millimètres de diamètre entourées d’un liseré net brun foncé à rougeâtre sont la marque de la cercosporiose. Ces symptômes apparaissent sur la face supérieure des feuilles extérieures du bouquet foliaire. À la loupe, on pourra remarquer de petites granulations noires au centre de la tache, qui ne sont autres que les organes producteurs de spores (conidiophores) du pathogène Cercospora beticola.

Ces taches nécrotiques se multiplient et finissent par fusionner en cas de conditions favorables à la maladie, ce qui entraîne le jaunissement généralisé de la feuille puis son desséchement pour ressembler à une feuille séchée de tabac. La maladie provoque également l’allongement du collet et atteint les feuilles intérieures du bouquet dans sa progression. Sur les parcelles fortement touchées, la mortalité des feuilles donne un aspect de champ brûlé. La destruction du bouquet foliaire induit une repousse de nouvelles feuilles.

 

 
Au centre des taches grises, de petites granulations noires sont visibles à la loupe. © ITB

 

Comment combattre la cercosporiose de la betterave

Variétés : plusieurs variétés de betteraves présentent une résistance partielle à la cercosporiose d’un niveau assez élevé. C’est le cas de Jellera KWS, Castor, Competita KWS, BTS2045, Raison, Novalina, FD Volley, Giselina KWS… parmi les variétés résistantes à la rhizomanie, ainsi que BTS2660N et Myrtille parmi les doubles tolérantes rhizomanie-nématode. Leur utilisation est conseillée dans les zones à risques et dans les situations où sont prévues des récoltes tardives. Ces variétés permettent d’alléger les programmes fongicides.

Agronomie : les résidus de récolte doivent être détruits et enfouis profondément si possible. Ils constituent le réservoir d’inoculum principal du pathogène. L’allongement des rotations contribue à réduire les risques d’infestations.

Chimie : plusieurs fongicides sont homologués contre la cercosporiose, composés de triazoles et d’autres molécules pour certains. L’ITB recommande des produits comme Spyrale, Timbal EW, Passerelle… L’ajout de cuivre (sous réserve de dérogation obtenue) améliore l’efficacité des fongicides. L’ITB conseille un traitement dès l’apparition des premiers symptômes de cercosporiose. Un deuxième traitement sera nécessaire à 20 % de feuilles avec symptômes, et un troisième à 25 % de feuilles atteintes. Mais l’apparition d’autres maladies du feuillage sur betteraves peut nécessiter des traitements anticipés par rapport au risque cercosporiose. Sur le site web de l’ITB, l’outil Alertes maladies permet de visualiser sur son territoire la progression des maladies foliaires.

 

 
Les feuilles très atteintes se dessèchent. La cercosporiore peut provoquer jusqu'à 50 % de perte de rendement. © ITB

 

Cinq points clés sur la cercosporiose

Ne pas confondre avec la ramulariose ou la bactériose à Pseudomonas. Ces pathogènes provoquent des taches grises comme la cercosporiose mais sans granulation noire au centre.

Un peu moins de la moitié des betteraves sont concernées par la cercosporiose, qui a tendance à s’étendre. L’Alsace, le Sud Champagne, l’Île-de-France et le Centre sont les régions les plus touchées.

Des pertes jusqu’à 50 % du rendement peuvent être atteintes, en cas d’absence de lutte. S’ajoute à cet impact, une diminution de la richesse en sucre de 5 à 10 %.

La résistance aux strobilurines (fongicide) de la cercosporiose est généralisée sur le territoire français et se traduit par une baisse d’efficacité des produits concernés.

Plus l’attaque de cercosporiose est précoce, plus l’incidence sera élevée. La maladie trouve des conditions optimales avec une température comprise entre 27 °C et 32 °C et une humidité relative à la surface des feuilles supérieures à 90 % pendant 5 à 8 heures, ce qui peut être favorisé par une irrigation. Mais le processus d’infection débute quand les températures dépassent 15 °C et l’hygrométrie 60 %.

 

 
En détruisant les feuilles externes, la maladie induit la repousse de nouvelles feuilles. © ITB

 

Les plus lus

© Groupe Safer
Les terres agricoles, toujours objet de convoitise
Agriculteurs, promoteurs, investisseurs… La terre agricole reste convoitée. Malgré l’arrivée sur le marché de parcelles liée aux…
Dans de nombreuses régions, les niveaux élevés d’évapotranspirations affectent déjà les potentiels. © Jérôme Chabanne
Sécheresse  agricole : le mal est-il déjà fait pour les cultures ?
Le déficit de pluviométrie est d’ores et déjà critique pour les cultures en place dans le sud de la France et dans les terres…
Les engrais minéraux représentent 40% des émissions de gaz à effet de serre d’origine agricole.  © C. Baudart
Loi Climat : une nouvelle taxation des engrais pour 2024 ?
Parmi les mesures phare du projet de loi « Climat et résilience » : la taxation des engrais azotés. Cette dernière est envisagée…
Sur céréales, l'intensité des dégâts est lié à l’espèce, au stade et à l’exposition. © C. Baudart
Gel : des pertes autour de 10 % en colza et betterave
Les dégâts liés à l’épisode de gel qui a frappé les campagnes françaises à partir du 12 avril commencent à être chiffrés en…
S’agrandir ou consolider une structure d’exploitation est un objectif prioritaire pour nombre d’agriculteurs © C. Baudart
Foncier agricole : se poser les bonnes questions avant d’acheter
Pouvoir acheter du foncier est une chance. Mais c’est aussi un projet qui peut peser sur votre trésorerie au quotidien. Comment…
Des exploitants à titre individuel anticipent parfois leur fin de carrière en créant une SCEA dans laquelle est intégré dès le départ le repreneur. © C. Baudart
Foncier agricole : les raisons du succès des cessions de parts sociales
Les cessions partielles de parts sociales de société sont aujourd’hui un moyen simple et sûr de céder son entreprise agricole. Le…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures