Aller au contenu principal

Maïs : rendements décevants mais embellie sur les prix

Les conditions climatiques de l’année ont été difficiles pour les maïs, particulièrement en non irrigué. La céréale profite en revanche de la forte remontée des prix depuis le mois d’août, principalement entraînée par les achats chinois et la révision à la baisse de la production aux Etats-Unis et en Ukraine.

Epi de maïs
Prévu à 89,4 quintaux/hectare, le rendement est jugé « en berne » par l'AGPM, pour une production nationale de 13,6 millions de tonnes..
© G. Omnès

Alors que 80 % de la récolte de maïs est achevée, l’AGPM dressait un bilan en demi-teinte de la situation des maïsiculteurs français, le 21 octobre. D’un côté, la production est une fois de plus pénalisée par des rendements mis à mal par la météo. En revanche, les perspectives de prix connaissent une embellie par rapport aux sombres prévisions d’il y a encore quelques mois.

La production française est projetée à 13,6 millions de tonnes (Mt). Elle est portée par une hausse de 10 % des surfaces sur un an, à 1,57 million d’hectares. Prévu à 89,4 quintaux/hectare, le rendement est jugé « en berne » par le syndicat. « Les implantations ont été réalisées dans le sec, puis il y a eu l’extrême inverse avec des excès d’eau et du froid au printemps. Ces conditions n’ont pas permis un développement racinaire optimal, a rappelé Thomas Joly, d’Arvalis. Et cela a été suivi par un été très sec. » Ces conditions difficiles ont eu des conséquences sur les maïs non irrigués, particulièrement à faible réserve utile. Certaines parcelles en sol profond ont toutefois obtenu de bons résultats.

Grâce à l’eau, les irrigants ont tiré profit des hautes températures, « mais on était à la limite de ce qu’il était possible d’apporter », souligne Thomas Joly. Il a fallu « démarrer tôt sans s’arrêter » pour pourvoir aux besoins importants en eau générés par la forte évapotranspiration.

Les prix du maïs à la hausse depuis le mois d'août

Côté prix, les producteurs ont de quoi se réjouir : après les effets dépressifs du premier épisode Covid, les cours mondiaux n’ont cessé de grimper depuis le mois d’août, et ne subissent pas l’habituelle pression de récolte. Plusieurs éléments soutiennent cette remontée. D’une part, les perspectives d’une très grosse récolte états-unienne ne vont pas se concrétiser. Les surfaces emblavées pouvaient conduire à une production de plus de 400 Mt, mais les derniers chiffres de l’USDA la placent désormais à 375 Mt. Le temps sec sur de nombreuses régions à maïs et les tempêtes qui se sont abattues sur l'Iowa ont en effet eu raison des rendements optimistes.

Cette révision à la baisse se combine à des achats frénétiques de la part de la Chine. Au vu du rythme actuel, les analystes prévoient des importations chinoises entre 15 et 20 Mt cette saison, contre 4 Mt en moyenne sur la totalité de la campagne ces dernières années.

A 170 €/t payé au producteur, le maïs est actuellement « rentable »

L’emballement des cours mondiaux s’est répercuté sur les prix français. Le rendu Bordeaux et le FOB Rhin ont gagné entre 15 et 20 €/t depuis le début du mois d’août. « Le prix payé producteur constaté actuellement est proche de 170 €/t, ce qui rend le maïs rentable », a constaté Daniel Peyraube, président de l’AGPM.

La question est désormais de savoir si cette hausse peut tenir. La révision à la baisse des récoltes en Ukraine et en Roumanie offre des perspectives favorables aux prix français, qui vont bénéficier de débouchés export accrus. Un arrêt des achats chinois pourrait toutefois gripper la machine haussière.

Les achats de la Chine et la météo sud-américaine détermineront les prix à venir

« Si la demande chinoise est moins importante que prévu, cela entraînera un retournement des cours, affirme Arthur Boy, chargé de mission au service économique de l’AGPM. Il y a également la question des semis sud-américain. En cas de sécheresse sur cette zone, les cours pourraient continuer de monter. En cas de pluies suffisantes, ce sera en revanche un élément de détente des prix. »

Le maïs doux a lui aussi souffert de la météo de l'année (re-semis, décalage des plannings, hétérogénéité...). Les excès d'eau et le vent du début de l'automne ont de plus frappés environ 4 000 ha qui se sont couchés ou versés, avec des conditions de récolte difficile. Le maïs doux cumule 23 000 ha, soit une hausse de 3 % sur un an.

L’Europe, plus gros importateur mondial de maïs depuis 2017-2018

« L’Europe est le principal importateur mondial de maïs depuis 2017-2018, devant le Mexique et le Japon. Cela pose question à l’heure où l’on parle de souveraineté alimentaire et alors que l’Union européenne veut renforcer ses exigences environnementales sur les productions européennes », a souligné Daniel Peyraube, président de l’AGPM. Les importations proviennent principalement d’Ukraine et, dans une moindre mesure, du Brésil, « pays qui ne respectent pas les standards de production de l’UE », a affirmé le responsable, regrettant une « politique commerciale incohérente ». Les importations de maïs dans l'Union européenne ont atteint un record en 2018-2019, avec 24,1 Mt. Elles sont prévues à 19 Mt en 2020-2021, en léger retrait sur un an.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

L’érosion du revenu en grandes cultures depuis vingt ans est impressionnante, si l'on en juge par les statistiques officielles du Rica. © G. Omnès
Revenu : peut-on encore gagner sa vie en grandes cultures ?
Peut-on encore gagner sa vie en produisant des grandes cultures ? La question n’est plus déplacée au regard des résultats…
Le puceron (ici Sitobion avenae) n'occasionne pas de dégâts directs mais transmets des virus aux céréales © Christian Gloria
Insecticides : faut-il traiter contre les pucerons sur céréales maintenant ?
Le risque JNO est à nouveau élevé cet automne. Devant la douceur prolongée des températures, Arvalis recommande aux producteurs…
 © Réussir
Les énergies renouvelables à la ferme en 5 graphiques
Bien que le dernier recensement précis des activités de production d'énergie renouvelable à la ferme remonte à 2015, le constat…
Thierry Maillier est agriculteur dans les Yvelines. "Les rendements du sorgho atteignent parfois les 100 quintaux/hectare." © C. Baudart
Thierry Maillier, dans les Yvelines : « En 2021, je sèmerai dix-huit hectares de sorgho grain »
Il est l’initiateur de la culture du sorgho grain sur son territoire, à la croisée entre les Yvelines, la Normandie et la région…
Plafonnement des rendements du blé du fait des hautes températures et difficulté d'implantation des colzas font partie des signes avant-coureur du changement climatique. © G. Omnès
Changement climatique : ce que les grandes cultures devront affronter ces 30 prochaines années
D’ici à 2050, les cultures subiront des conditions plus chaudes et plus sèches au printemps et en été, accroissant le risque d’…
Un résultat courant en céréales et oléoprotéagineux sous la moyenne des autres secteurs depuis 2013Résultat courant avant impôts (charges sociales de l'exploitant déduites) par unité de travail non salarié, en euros courants © Source : Rica.
Le revenu en grandes cultures expliqué en 3 graphiques
Privilégiés, les producteurs de grandes cultures ? L'étude des chiffres montre que leurs revenus se situent plutôt en-dessous de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures