Aller au contenu principal

Maïs grain : quelles variétés choisir pour la prochaine campagne ?

La culture de maïs grain bénéficie d’un réel progrès génétique. Dans plusieurs groupes de précocité, de nouvelles variétés performantes font leurs preuves. À condition de respecter quelques critères pour sécuriser le rendement… et d’avoir de l’eau.

En France, la date moyenne des semis a été avancée d’un mois en 20 ans et les floraisons de 15 jours. © Y. Flodrops
En France, la date moyenne des semis a été avancée d’un mois en 20 ans et les floraisons de 15 jours.
© Y. Flodrops

Comment adapter sa production face aux conditions sèches ? Les fortes chaleurs et les faibles pluviométries des mois d’avril à septembre 2020 ont entraîné des rendements maïs grain catastrophiques en situations non irriguées. La floraison et le remplissage ont presque partout eu lieu sous un soleil de plomb et dans des conditions de déficit hydrique marqué, avec des situations inédites dès le semis : pour assurer un bon travail du sol et une levée correcte, des tours d’eau ont été lancés dans de nombreux secteurs. Ce type de situation devrait se reproduire de plus en plus souvent, si l'on en croit les projections climatiques pour les trente prochaines années.

Adapter la précocité à son contexte

Dans ce contexte, le choix de la variété reste déterminant. « Adapter la précocité de la variété à son contexte nous parait un élément majeur à remettre en avant », assure d’ailleurs Anne-Sophie Colart, ingénieure régionale Arvalis dans les Hauts-de-France, lors d’un webinaire diffusé le 27 novembre dernier. En tout cas pour en faire une culture rentable. « Le critère de précocité permet de récolter en bonnes conditions, pas trop tard et à un niveau d’humidité pas trop élevé », rappelle l’ingénieure.

En conditions limitantes durant la fin du remplissage des grains, les variétés précoces s’expriment généralement mieux que des variétés tardives mais celles-ci restent plus productives, avec un rendement supérieur estimé entre 0,5 à 2,5 quintaux à l’hectare par point de tardiveté.

Autre critère déterminant pour sécuriser le rendement : la productivité et la régularité des performances. « Une différence de 5 % du rendement en grain se traduit par un écart de recettes du même ordre », notent les experts de l’Institut du végétal. Et de vraies différences existent, avec des références désormais dépassées et des nouveautés qui surprennent. « Nous préconisons de semer des valeurs sûres. Elles sont testées dans différents types de situations et sont évaluées sur plusieurs années, rappelle Anne-Sophie Colart. La prise en compte des résultats des années antérieures et des régions voisines est importante dans le choix des variétés de maïs, d’autant plus que les années se suivent sans se ressembler. » Les essais de l’année permettent d’ailleurs de distinguer des variétés qui, en conditions limitantes, semblent mieux s’en tirer.

Autre conseil de prudence des ingénieurs : intégrer des nouveautés à concurrence de 25 % de sa surface totale en maïs. Ce ratio permettra d’apprécier le meilleur du progrès génétique tout en limitant les risques d’une mauvaise surprise. En maïs, les performances de rendement augmentent constamment au fil des ans. Sur la période 1985 à 2020, le gain moyen est d’un quintal par hectare et par an. Dans les essais variétaux Arvalis-UFS 2020, les meilleures variétés affichent des rendements jusqu’à 145 quintaux à l’hectare.

Viser le potentiel et la régularité

Parmi les variétés très précoces (série G0), les résultats d’essais diffusés par Arvalis et l’UFS distinguent trois valeurs sûres, pour leur productivité et leur régularité : ES Perspective, Kolossalis et SY Calo. Deux variétés plus récentes Dentrico et Crosbey sont classées « variétés confirmées » pour leurs rendements toujours supérieures à la moyenne. Cinq nouvelles variétés très précoces sont identifiées comme « à essayer », dont Damario, RGT Bernaxx et KWS Gustavius, qui se distinguent par leur productivité.

Pour les variétés précoces (série G1), trois variétés sont préconisées comme « valeurs sûres » pour 2021 : ES Inventive, Magento et Volnay, en raison de leur potentiel important et de leur bonne régularité. « ES Inventive est supérieur à la moyenne du regroupement », relève Michel Moquet, ingénieur régional Arvalis en Bretagne. Six variétés aux rendements similaires sont confirmées (ES Runway, KWS Jaipur, DKC3888, LG31256 et Lukiluk) et trois variétés nouvelles peuvent être essayées : KWS Nostro, LG31272 et SY Boost. Le regroupement des essais en Nord-Est/Centre-Est, marqués par la sécheresse, permet de distinguer des variétés qui « performent en potentiel moyen ». « Au-delà de leur performance moyenne, ce qui est intéressant c’est leur comportement relatif en fonction des conditions du milieu », relève Michel Moquet. Des variétés comme KWS Jaipur et SY Boost se distinguent ainsi pour leur bon niveau de rendement en conditions plus limitantes. De même, RGT Maxxatac affiche un bon comportement en potentiel plus faible.

Pour les variétés demi-précoces (G2), Arvalis préconise cinq valeurs sûres pour leur productivité et leur régularité : ES Gallery, ES Faraday, P9234, SY Enrmaux et DKC4178. Trois nouvelles variétés sont également citées « à essayer » pour leurs bons résultats économiques : Winway, Exentrik et KWS Antonio. La comparaison de résultat par niveau de potentiel permet de distinguer des variétés plutôt rustiques. « Certaines variétés comme KWS Antonio, Exentrik et Faraday produisent les mêmes types de résultats en toutes situations, commente Didier Lasserre, ingénieur régional Arvalis en Alsace. Des variétés comme P9234, DKC4303, RGT Reaction, Deniro lâchent peut-être un peu en conditions optimales, mais en conditions un peu stressantes, elles s’en tirent bien », relève l’ingénieur.

Du côté des variétés précoces (G3), DKC4751 et DKC4670 sont confortées comme « valeurs sûres » et Kerala, Texerao, DKC4162 sont confirmées. À essayer : DKC4598, qui a montré « une très bonne productivité, une très bonne régularité et une vigueur au départ satisfaisante ».

Au sein des variétés demi-tardives (G4), trois variétés sont préconisées : P9903, DKC4814 et Urbanix. Trois variétés sont confirmées  LBS4378, Epikur et P0312. A essayer : KWS Inteligens qui tire son épingle du jeu.

Pour les variétés tardives (G5), Arvalis a retenu trois valeurs sûres : Anakin, DKC5741 et P0837. P0937 est confirmé pour son potentiel intéressant, tout comme DKC5685 et SY Sandro. Parmi les nouveautés à essayer figurent RGT Mexxplede, DKC5404 et Berlioz.

Enfin, les essais de variétés très tardives (G6) distinguent trois valeurs sûres parmi un large panel variétal : Capuzi, Furtado et DKC6050. Irrideos est à une nouveauté à essayer.

Malgré ces préconisations, la liste de variétés intéressantes reste étoffée dans certains groupes de précocité et justifiera d’ajouter d’autres critères à ses exigences. La vigueur au départ, la tenue de tige et la tolérance aux maladies ne sont pas des atouts négligeables.

Les plus lus

Prix des céréales : les raisons de la flambée des cours
Blé, orge, maïs : les prix de l'ensemble des marchés des céréales ont connu une hausse brutale ces dernières semaines. Cette…
Le groupe Soufflet collecte 5,6 millions de tonnes de grains par an. © gutner  archive
InVivo en négociation exclusive pour le rachat du groupe Soufflet
L’union des coopératives In Vivo est entrée en négociation exclusive avec le négoce Soufflet pour reprendre 100 % du capital du…
Les agriculteurs se sont précipités pour déposer des demandes d'aides à l'investissement dans le cadre du plan Protéines, poussant FranceAgriMer à suspendre la téléprocédure. © J.-C. Gutner
Plan protéines : les aides à l’équipement victimes de leur succès
En 48 heures, FranceAgriMer a enregistré 4 000 dossiers de demandes de subventions pour l’aide à l’investissement matériel dans…
La réalisation d'un plan de trésorerie mensuel est un bon outil pour y voir clair et gérer son stress ! © C. Baudart
Trésorerie à sec : éviter le mur
Le complément des aides PAC vient de rentrer, la coopérative annonce des ristournes, une partie des impôts fonciers est restituée…
Betteraves touchées par la jaunisse en 2020 - La dérogation pour l'utilisation des néonicotinoïdes va s'accompagner de restrictions fortes concernant la rotation. Reste à savoir si cela dissuadera les planteurs de maintenir leurs surfaces en betteraves. © G. Omnès
Betteraves/néonicotinoïdes : un projet d’arrêté contraignant pour les rotations
Le projet d’arrêté encadrant l’usage des néonicotinoïdes en traitement de semences sur betteraves vient d’être publié pour…
 © C. Baudart
Comment réussir son départ en retraite quand on est agriculteur ?
Dans combien de temps partirez-vous à la retraite ? Quels seront vos revenus ? Que devient votre exploitation ? Des questions à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures