Aller au contenu principal
Font Size

Macron veut aller vers des prix établis selon les coûts de production de l'agriculteur

Ramener de la valeur ajoutée à l’amont des filières, qui vont devoir se restructurer pour mieux satisfaire les consommateurs : voilà deux axes forts donnés par Emmanuel Macron le 11 octobre, à Rungis, lors du discours qu'il a prononcé à mi-parcours des Etats généraux de l'alimentation.

Emmanuel Macron veut que chaque filière établisse son "plan de transformation" d'ici la fin de l'année.
© DR

Le constat est sévère. « Collectivement, dans toutes les régions et toutes les filières, nous avons protégé des choix absurdes. Et nous les avons protégés parce que nous n’arrivions pas à régler le problème du prix et des équilibres économiques », a expliqué le président de la République, le 11 octobre à Rungis, lors de son discours sur les États généraux de l’alimentation. Emmanuel Macron est bien décidé à renverser la vapeur, notamment en appuyant la construction des prix sur les coûts de production des agriculteurs, non plus sur les souhaits de l’aval. Comment ? grâce à la contractualisation pluriannuelle sur 3 à 5 ans, à des organisations de producteurs plus nombreuses et plus fortes, à la mise en place d’indicateurs par filières mais aussi au relèvement du seuil de revente à perte, sujet largement débattu lors du premier chantier des états généraux. En contrepartie, Emmanuel Macron veut que les acteurs se responsabilisent et répondent aux nouvelles exigences des consommateurs.

Des objectifs chiffrés par filière d’ici la fin de l’année

D’ici la fin de l’année, chaque filière va donc devoir établir une stratégie avec des objectifs chiffrés à cinq ans. « Ces contrats de filières doivent permettre de fixer des objectifs de restructuration interne aux interprofessions, des objectifs de montée en gamme sur la bio, sur les signes de qualité, des objectifs environnementaux et sociétaux, des programmes de recherche agricole, de ciblage des investissements », a expliqué le président de la République. Les cinq milliards d’euros du grand plan d’investissement fléchés vers l’agriculture viendraient soutenir les filières, avec une priorité sur les exploitants. « Nous devrons jouer sur plusieurs leviers, en particulier sur l’innovation et l’investissement opérationnel à tous les niveaux de la filière », prévoit Laurent Rosso, directeur de Terres Univia (interprofession des oléoprotéagineux). Pour le responsable, aider les agriculteurs à réduire leurs charges via du conseil stratégique sera indispensable : « Il faut qu’ils bénéficient d’un soutien de type fiscal pour payer ce conseil », explique-t-il. Emmanul Macron a annoncé qu’une loi « agricole » serait présentée et votée au Parlement au premier semestre 2018. Elle pourrait donner corps à ce type de dispositif.

V. N.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Récolte dans le nord de l'Eure-et-Loir. Le rendement national moyen de blé tendre est estimé à 6,83 t/ha par le cabinet Agritel, en baisse de près de 8 % par rapport à la moyenne olympique. © G. Omnès
Moisson 2020 : une récolte de blé française sous les 30 millions de tonnes
Les spécialistes du marché des céréales continuent de réviser leurs chiffres de récolte de blé tendre à la baisse. La production…
La collecte chute de 20 % en blé tendre et en orge d'hiver par rapport à la moyenne décennale à la coopérative Ile-de-France Sud. © Gutner archives
Moisson 2020 : le grand écart du rendement en Ile-de-France comme ailleurs
La récolte des orges d’hiver, colza et blé tendre a rendu son verdict en Ile-de-France : des résultats très hétérogènes avec…
Pour la CGB, la propagation du virus de la jaunisse ampute la production française de sucre de 600 000 à 800 000 tonnes. © CGB
Crise de la betterave: les élus régionaux montent au créneau
L’impact de l’épidémie de jaunisse sur betterave s’amplifie devant l’absence de solution technique autorisée. Les Régions…
Nouveau silo de Biocer dans l'Eure. Avec une collecte qui double tous les cinq ans, les organismes économiques doivent adapter leur infrastructure de stockage et de tri. © Biocer
Agriculture biologique : les céréales bio face au défi de la massification
La dynamique de croissance forte et régulière enclenchée depuis trois ans pour les céréales bio confronte la filière à de…
Moisson de blé en Eure-et-Loir
Moisson 2020 : des rendements dans le rouge pour une année noire en grandes cultures
Très mauvaise donne cette année pour les grandes cultures en France, avec une baisse généralisée des productions. Les céréales d’…
Aymeric et Margot Ferté, Gilles Lancelin, Romaric Paucellier : trois expériences du bio en grandes cultures. © DR/C. Baudart
Bio en grandes cultures : la nouvelle génération de convertis bouge les lignes
Une exploitation de grandes cultures qui passe en bio ? C’est désormais banal. Partout, des conversions s’engagent, souvent par…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures