Aller au contenu principal

Lissage du revenu : « Nous allons utiliser la DEP pour la troisième année consécutive »

Fabrice Richalet, agriculteur à Nançois-le-Grand, dans la Meuse, va utiliser la déduction pour épargne de précaution pour la troisième fois. Une façon de se préparer à un retournement de situation économique qu’il juge probable à échéance dix ans.

Fabrice Richalet est agriculteur à Nançois-le-Grand, dans la Meuse.
Fabrice Richalet est agriculteur à Nançois-le-Grand, dans la Meuse.
© F. Richalet

« Je suis installé en Gaec avec cinq associés sur 479 ha en polyculture élevage. Pour la troisième année consécutive, nous allons utiliser la DEP pour lisser les revenus et maîtriser la hausse de nos prélèvements fiscaux et sociaux. En 2020 et 2021, nous avons déduit deux fois 30 000 euros et placer 100 % des sommes sur le compte DEP. Après les bons résultats de 2022, nous allons certainement pratiquer une déduction de 50 000 euros après la clôture de l’exercice au 31 décembre.

Le conseiller en gestion appelle à une certaine prudence mais je ne suis pas inquiet. Que ce soit du côté des aléas climatiques ou du retournement de conjoncture, c’est quasiment certain qu’il y aura un crash à un moment donné dans les dix ans à venir. Il sera alors temps de réintégrer les sommes. À ce jour, nous n’avons pas recours à l’assurance récolte, un dispositif tel que la DEP est donc indispensable pour sécuriser notre structure. De plus, elle nous permet à l’instant T d’améliorer la trésorerie et la compétitivité de l’exploitation. C’est avantageux dans un contexte d’augmentation du coût des intrants. »

Les plus lus

Pucerons sur une betterave
Néonicotinoïdes : pas de dérogations possibles selon la CJUE, les betteraviers s’insurgent
Un arrêté de la Cour de justice de l’Union européenne estime que les Etats membres ne peuvent pas réautoriser les néonicotinoïdes…
Christophe Noisette (Inf'OGM) et Hugo Clément devant une parcelle de colza.
Du colza génétiquement modifié retrouvé près de Rouen : pourquoi l’Anses préconise de mieux surveiller les OGM dans l’environnement ?
Suite à la détection de colza génétiquement modifié au bord d’une route normande par Inf’OGM et Hugo Clément, l’Anses recommande…
L'orge semé durant la première quinzaine d'octobre est particulièrement en avance cette année.
Météo agricole : quelles menaces pour les cultures en avance ?
« Vague de chaleur hivernale », « faux printemps », malgré le retour de températures de saison, quel est l'impact de la douceur…
Manifestation d'agriculteurs à Paris
Néonicotinoïdes : des agriculteurs vont manifester le 8 février à Paris
La confédération générale des planteurs de betteraves, la FNSEA Grand Bassin Parisien et des fédérations de JA, appellent les…
Alexandre Pelé, président de la CGB Centre-Val de Loire, rappelle que 2 000 producteurs cultivent la betterave dans sa région et dans le Bassin parisien.
Néonicotinoïdes : « Beaucoup de producteurs nous disent qu’ils ne vont pas semer de betteraves »
Après l’interdiction brutale des néonicotinoïdes pour l’enrobage des semences de betteraves, la filière accuse le coup. Réaction…
Les producteurs ne pourront pas utiliser des semences enrobées aux néonicotinoïdes pour les semis 2023.
Néonicotinoïdes : clap de fin pour les semences de betteraves
Le ministère de l’Agriculture confirme l’interdiction de l’usage des néonicotinoïdes en France pour enrober les semences de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures