Aller au contenu principal
Font Size

ALEXANDRE MEYBECK, CHARGÉ DE LA CERTIFICATION ENVIRONNEMENTALE AU MINISTERE DE L'AGRICULTURE
"L’intérêt de la HVE ne se limite pas à une éventuelle plus-value"

La certification environnementale n’attend plus que le passage de la loi Grenelle 2 devant le Parlement pour entrer en application. L’un des artisans du projet, Alexandre Meybeck, en dévoile les enjeux.

Qu’est-ce que la Haute valeur environnementale (HVE) ?

L’une des propositions importantes du Grenelle de l’environnement était de créer la certification environnementale des exploitations, avec un objectif de 50 % des structures engagées dans la démarche en 2012. C’est une démarche de progrès, tirée par le plus haut niveau de la certification, la HVE, mais qui s’adresse au plus grand nombre.

C’est donc l’excellence pour tous ?

Non, c’est plutôt « vers l’excellence pour tous ». Il y a un décalage croissant entre l’évolution de l’agriculture et la manière dont la société la perçoit. La certification est un moyen de montrer ces évolutions. Mais évaluer l’impact de l’agriculture sur l’environnement est beaucoup plus compliqué que dans les autres secteurs. Il fallait que l’on construise ensemble, agriculteurs, ONG, aval, une vision commune, en nous penchant sur le fonctionnement concret des exploitations. Il y avait urgence car les démarches privées foisonnent, avec le risque que ça devienne ingérable pour les exploitants et incompréhensible pour le consommateur.

Pourquoi un objectif chiffré aussi élevé ?

L’objectif chiffré fait partie intégrante du projet. Il est primordial d’atteindre rapidement une masse critique.D’abord parce que ce n’est pas avec quelques exploitations que l’on aura un impact sur l’environnement. C’est ensuite important pour la visibilité, ainsi que pour valoriser commercialement la démarche, avec des volumes de production significatifs. L’un des éléments pour y parvenir, c’est la reconnaissance des démarches existantes au sein du nouveau dispositif. Elles doivent pour cela être au moins aussi exigeantes en termes de référentiel et de processus de certification. L’Agriculture raisonnée n’a jamais décollé.

La certification environnementale peut-elle créer une dynamique ?

La partie réglementaire de l’Agriculture raisonnée a beaucoup fait dire, à tort, qu’il ne s’agissait que de respecter la réglementation, alors que la démarche était en réalité assez ambitieuse. Dans la certification environnementale, nous avons retiré tout cet aspect. D’autre part, le référentiel de l’Agriculture raisonnée comprend cent points de contrôle, et comme il n’y a qu’une seule marche, elle est trop élevée. La certification environnementale a adopté une démarche progressive et plus synthétique, pour être plus lisible. Pour éviter l’écueil qu’avait rencontré l’Agriculture raisonnée sur la communication, la loi inscrira la possibilité d’étiquetage des produits pour le niveau le plus élevé.

Que peuvent attendre les producteurs de ce nouveau système ?

L’un des enjeux majeurs sera l’appropriation du dispositif par les acteurs privés, notamment pour créer une plus-value, mais l’intérêt économique des producteurs ne se limite pas à cela.Grâce au lien entre la certification environnementale et les démarches existantes qu’elle va fédérer, le coût et la complexité des procédures de contrôle seront moindres. Et à l’heure où la préoccupation environnementale des consommateurs va croissant, avec des discours souvent culpabilisants, la certification offrira un outil de communication positive.

La dynamique peut-elle pâtir des turbulences économiques actuelles ?

Oui et non. Les agriculteurs ont montré à de nombreuses reprises leur capacité de faire face à la conjoncture tout en pensant au long terme. Et la qualité au sens large est un moyen de sécuriser des parts de marché, de contractualiser sur la durée, de se différencier… Sur le long terme, la certification environnementale est sans doute un des moyens de résister aux crises.

Propos recueillis par Gabriel Omnès

HVE, MODE D’EMPLOI

La certification environnementale, une fusée à trois étages

La certification environnementale des exploitations est bâtie sur trois niveaux.

Le niveau 1, la porte d’entrée dans la démarche, impose de respecter la conditionnalité et de faire un audit de son exploitation. Pour Alexandre Meybeck, « beaucoup d’agriculteurs se rendront comptent qu’ils ne sont pas loin du second, voire du troisième niveau ».

Le niveau 2 comporte une obligation de moyens portant sur la biodiversité et sur l’utilisation de fertilisants, de produits phytosanitaires et de l’eau d’irrigation. L’accès au niveau 2 pourra se faire au travers d’une démarche individuelle ou collective. C’est aussi à ce niveau que sera intégrée la reconnaissance de démarches existantes, validées par un comité ad hoc.

Le niveau 3, la HVE, comporte une obligation de résultats. L’exploitant pourra choisir d’être évalué sur le poids des intrants dans le chiffre d’affaires et le pourcentage de la SAU en infrastructures agro-écologiques, ou sur une batterie de quatre indicateurs composites reprenant les thèmes du niveau 2. Ces deux systèmes permettent de s’adapter aux différents modes de gestion des exploitations, mais les deux approches sanctionnent le même niveau d’excellence.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Récolte dans le nord de l'Eure-et-Loir. Le rendement national moyen de blé tendre est estimé à 6,83 t/ha par le cabinet Agritel, en baisse de près de 8 % par rapport à la moyenne olympique. © G. Omnès
Moisson 2020 : une récolte de blé française sous les 30 millions de tonnes
Les spécialistes du marché des céréales continuent de réviser leurs chiffres de récolte de blé tendre à la baisse. La production…
L'attaque de jaunisse constatée sur toute la zone de production française de production de betteraves pourrait conduire au plus bas rendement depuis quinze ans, selon la CGB, qui demande des mesures urgentes pour éviter l'effondrement des surfaces. © CGB
Alerte rouge à la jaunisse : les betteraviers demandent un plan d’urgence
La CGB craint une forte baisse des surfaces de betteraves en 2021 si aucune solution n’est apportée face à la jaunisse, avec un…
La collecte chute de 20 % en blé tendre et en orge d'hiver par rapport à la moyenne décennale à la coopérative Ile-de-France Sud. © Gutner archives
Moisson 2020 : le grand écart du rendement en Ile-de-France comme ailleurs
La récolte des orges d’hiver, colza et blé tendre a rendu son verdict en Ile-de-France : des résultats très hétérogènes avec…
La surface retenue dans la dernière publication officielle des services du ministère de l'Agriculture laisse présager une production française de blé tendre inférieure à 32 millions de tonnes, en baisse de 8 Mt sur un an.  © J.-C. Gutner
Moisson : les surfaces officielles de blé tendre plombent (un peu plus) la prévision de récolte française
Sur la base des estimations de surfaces officielles publiées début juillet, la récolte de blé tendre français pourrait s’établir…
Nouveau silo de Biocer dans l'Eure. Avec une collecte qui double tous les cinq ans, les organismes économiques doivent adapter leur infrastructure de stockage et de tri. © Biocer
Agriculture biologique : les céréales bio face au défi de la massification
La dynamique de croissance forte et régulière enclenchée depuis trois ans pour les céréales bio confronte la filière à de…
Aymeric et Margot Ferté, Gilles Lancelin, Romaric Paucellier : trois expériences du bio en grandes cultures. © DR/C. Baudart
Bio en grandes cultures : la nouvelle génération de convertis bouge les lignes
Une exploitation de grandes cultures qui passe en bio ? C’est désormais banal. Partout, des conversions s’engagent, souvent par…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures