Aller au contenu principal

Amidonnerie
L´industrie de la fécule en pleine recomposition

Roquette, dont la production représente les trois quarts du contingent français, a décidé l´arrêt de la production de fécule à Vic-sur-Aisne (02).


Parce qu´elle constitue un débouché à la fois pour le blé, le maïs et la pomme de terre, et que certains de ses produits sont des concurrents du sucre, l´amidonnerie est toujours plus ou moins directement concernée par les réformes de la PAC. De plus, elle se situe à la croisée des principales organisations communes de marché (OCM). C´est ainsi que sur fond de mise en place du découplage, des conséquences directes de la réforme sucre sur le prix de l´isoglucose, et de hausse du prix des céréales, l´amidonnerie européenne traverse une période de turbulence.
En France, les évènements les plus marquants concernent les deux acteurs industriels français de la fécule. La décision la plus radicale revient à la société néerlandaise Avebe qui a annoncé la fermeture de son site d´Haussimont, dans la Marne, à partir de la campagne 2007-2008. Une société, AdventAgri, regroupant les producteurs qui approvisionnent l´usine, reprendra le site. « Advent-Agri et Avebe ont signé le 2 novembre un contrat préliminaire de cession de la féculerie », indique l´UNPT dans un communiqué du 7 novembre(1). L´entreprise Sphère, spécialiste de l´emballage des produits alimentaires serait par ailleurs en discussion avec les producteurs, en vue de participer à l´opération. Avec plus 63 000 tonnes, ce site produit le quart de la production française de fécule, dont le principal débouché reste aujourd´hui l´industrie papetière. Le projet de reprise d´AdventAgri est axé vers une évolution de ses débouchés qu´elle souhaite concentrer vers la production d´agro-matériaux issus de l´amidon, en particulier sous l´impulsion de l´obligation d´incorporation de matière végétale dans la fabrication des sacs plastiques.
La féculerie Avebe d´Haussimont ©51 est en voie de reprise par les producteurs de pomme de terre fécule. ©D. R.

Obligation de stockage pour les producteurs
De son côté, le premier opérateur français, Roquette, dont la production représente les trois quarts du contingent français, a décidé l´arrêt de la production de fécule à Vic-sur-Aisne pour spécialiser ce site dans l´extraction de protéines de pois. A partir de 2007, il concentre toute sa production de fécule sur son site de Vecquemont, dans le Pas-de-Calais. Principale conséquence, l´allongement de la campagne d´enlèvement des pommes de terre, a de lourdes répercussions pour les producteurs de Vecquemont. Sur ce site, les producteurs sont organisés en groupement mais ont des contrats individuels avec l´industriel.
Dans sa nouvelle organisation, Roquette leur demande de stocker entre un quart et un tiers de leur tonnage de pomme de terre afin d´approvisionner l´usine jusqu´en mars. Celle-ci tournait jusqu´au 15 décembre. Jusqu´à cette date une bonne conservation des pommes de terres était possible avec des moyens légers. La plupart des producteurs ne sont pas équipés pour garantir un stockage hivernal dans de bonnes conditions et sont obligés d´investir.

En octobre, un quart d´entre eux souhaitaient arrêter cette production à cause des nouvelles conditions. Après négociations, un accord a été conclu fin novembre sur les questions du financement du stockage qui englobe également l´évolution du complément de prix en place depuis 2002. Sur le stockage, l´accord prévoit une prime d´accompagnement de 3 euros par tonne à 17 %, faisant l´objet d´un engagement de stockage de la part du producteur. Elle sera accordée pendant trois ans. En outre, le barème de Vic-sur-Aisne s´appliquera désormais à Vecquemont. De Noël à la première semaine de Mars, la rémunération du stockage progressera d´1,80 ?/t à 5,30 ?/t , au fil des majorations hebdomadaires.
Un recul des surfaces est possible
A Vic-sur-Aisne, où la campagne s´allongeait déjà tard dans l´hiver, le stockage est déjà dans les moeurs. En revanche, la coopérative de producteurs a négocié avec Roquette un accord portant sur un accompagnement des surcoûts de transport pendant quatre ans.
Ces bouleversements et les nouvelles conditions de marché qu´ils génèrent conduiront certains producteurs à de nouveaux arbitrages, avec probablement des conséquences sur les surfaces consacrées à la pomme de terre féculière. Ne serait-ce que parce que le découplage produit son effet, en déconnectant une part significative des aides directes du choix des cultures. A la faveur des nouvelles occasions de contrats ouvertes par les biocarburants, du prix élevé des céréales ou encore, cette année, avec les contrats d´orges brassicoles, certains producteurs pourraient revoir leurs assolements.

(1) Union nationale des producteurs de pomme de terre.

Les plus lus

Victor Boutin, agriculteur à Noyales (02)  -  "J'ai transformé un outil pour un semis du couvert après moisson préservant la fraîcheur du sol." © VB
« J'ai conçu un outil pour semer les couverts en conservant la fraîcheur du sol »
Agriculteur sur 160 hectares à Noyales (Aisne), Victor Boutin a conçu un outil spécifique lui permettant de semer un couvert en…
betteraves bio dans une usine Cristal Union
Cristal Union annonce un prix de la betterave « à 30 €/t dans les toutes prochaines années »
Arguant des effets positifs de la restructuration accomplie au sein du groupe et de la fermeté du marché mondial du sucre, le…
[vidéo] Pyrale du maïs : un quad customisé pour épandre les trichogrammes
Un quad avec épandeur de trichogramme intégré : cette innovation testée par Bioline et la coopérative Oxyane permet de simplifier…
En bio, passée juste avant la moisson, l’écimeuse (ici, la Selac de Bionalan) évite de récolter de la matière verte qui pénalise la conservation et la pureté, impliquant des efforts de triage importants. © Bionalan
Désherbage : l’écimage, solution de secours contre les adventices
Le recours à l’écimeuse se développe, y compris en conventionnel. Certains modèles offrent une grande marge de manœuvre pour…
Avec ce coup de chaud, les parcelles superficielles risquent de décrocher. Les parcelles profondes ou irriguées peuvent passer le cap sans trop de dégâts.
Coup de chaud sur les blés : faut-il craindre une chute de rendement ?
Les jours à venir s’annoncent très chauds. Par endroits, la pluviométrie de mai est déjà consommée par les plantes et le risque…
Michel et Nicolas Dostes, agriculteurs à Astaffort (47)  -   "Avec des colzas développés suffisamment tôt grâce au semis direct et précoce, aucun insecticide n'a été employé l'automne dernier." © Gaec Dostes
Colza : « Ma stratégie permet d’économiser 50 à 70 euros/hectare d’insecticides »
A Astaffort dans le Lot-et-Garonne, Nicolas Dostes est passé au semis direct et à une implantation précoce du colza. La pression…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures