Aller au contenu principal

Production betteravière
Les principales dispositions du nouveau règlement sucre

La filière sucre va connaître une réforme de l´organisation commune de marché. Voici les 5 principaux points du nouveau réglement sucre.


Baisse des prix et compensation
Le prix minimum de la betterave va baisser de 38 % en quatre ans (au lieu de deux prévu initialement). La baisse des prix est compensée pour les planteurs à 6 % pour les trois premières années et à 64 % à partir de 2009-2010. Cette aide sera découplée.
Un système d´intervention est maintenu pour quatre campagnes. Il est fixé à 80 % du prix de référence de la campagne suivante pour une quantité maximale de 600 000 tonnes de sucre blanc par an.

Augmentation des quotas
Le système des quotas est maintenu. Les quotas A et B sont fusionnés en un seul, soit 3,319 millions de tonnes de sucre pour la France. Un quota supplémentaire de 352 000 tonnes pourra être obtenu à titre onéreux (730 ?/t) pour tenir compte de l´arrêt de production de sucre hors quota. A ceci s´ajoutent environ 150 000 tonnes de sucre hors quota destiné aux usages industriels non alimentaires.
Au final, la France disposera d´une possibilité de production de 3,85 millions de tonnes à comparer aux 4 millions de tonnes actuelles.
Si les abandons de production ne s´avéraient pas suffisants, la Commission européenne pourrait réajuster à la baisse les quotas de production à partir de 2010-2011.

La fin du sucre hors quota
Le sucre hors quota ou sucre C ne peut être écoulé que dans l´UE et pour des usages industriels non alimentaires (chimie, pharmacie.). Au-delà des 150 000 tonnes environ possibles pour la France, toute production supplémentaire au quota devra être reportée sur l´année suivante, diminuant celle-ci d´autant.
Fonds de restructuration
Un fonds de restructuration sera ouvert pendant quatre campagnes pour financer la fermeture de sucreries. L´aide à la tonne de quota de sucre libéré sera de 730 ?/t pendant les deux premières années puis diminuera.
Au moins 10 % de l´aide à la restructuration sera réservée aux planteurs concernés par les fermetures d´usine.
Un prélèvement à la tonne de sucre produite sera payé par les fabricants pendant trois ans pour abonder ce fonds, il sera de 126,4 ?/t pour 2006-2007.

Importations et exportations sous contrôle
Dès la campagne 2008-2009, si les importations en provenance d´un pays moins avancé augmentent de plus de 25 % par rapport à l´année précédente, la Commission déclenchera la clause de sauvegarde. Une attention particulière sera portée au contrôle de l´origine des produits.
Les seules possibilités d´exportations sont désormais limitées aux engagements pris lors des accords de Marrakech.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
La production mondiale tous blés (hors Chine) est stable par rapport à l'an passé, écartant le risque de bilan mondial très déficitaire.
[Marché] Blé tendre : les prix peuvent-ils monter en 2020-2021 ?
La bonne récolte mondiale 2020 de blé tendre permettra d’alimenter la demande sans pour autant regonfler les stocks assez bas des…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures