Aller au contenu principal

Exploitation grandes cultures : se prémunir des incendies en quatre points clés

Pour les assureurs, l’incendie constitue un risque majeur pour un céréalier. Chaque année, plus de 1 000 incendies par an sont déclarés. Alors pour éviter tout départ de feu, il convient de prendre ses précautions, notamment sur les installations électriques et au moment du stockage, du séchage et du transport. Rappel en quatre points :

Un extincteur n'est efficace qu'en début d'incendie.
© S.Leitenberger

Surveiller le grain stocké pour éviter le risque d’autoéchauffement.

Dans les silos, la température idéale se situe entre 5 et 10°C. Et pour éviter le risque de fermentation, l’humidité des grains ne doit pas dépasser plus de 15 % pour le blé et rester entre 20 et 30 % pour le maïs.

Contrôler et entretenir les installations et le matériel

L'objectif est d'éviter les risques d’inflammation des bandes transporteuses, de bourrage des godets et de décentrage de la sangle, ainsi que le risque de surséchage des grains par une température trop élevée ou durée de séchage trop longue. Avant la campagne, il est conseillé de nettoyer toute l’installation et de faire vérifier les équipements électriques par un professionnel habilité. Pendant la campagne, plusieurs contrôles sont à réaliser : le système de ventilation, la tension des bandes transporteuses, le niveau d’huile, la tension et l’alignement des élévateurs à godets, la propreté des tambours et des godets ainsi que la présence de graisse en quantité suffisante sur les paliers de têtes et de pieds.

Limiter les imprudences en étant aux normes.

Pour rappel, la vérification annuelle des installations (séchoir, ventilation, etc.) par un organisme de contrôle agréé est obligatoire selon le Code du travail. Également, les bandes transporteuses doivent impérativement répondre à la norme NF EN20340 (non statiques et non propagatrices de flammes).

Se protéger avant tout en respectant les règles de sécurité.

Si un feu se déclare, il ne faut pas oublier qu’un extincteur n’est efficace qu’au début de l’incendie.

(1) SDIS : Service départemental d’incendie et de secours

Les plus lus

Le blé tendre d'hiver est sensible au froid à partir de - 8°C, de la levée à l’émission des talles. © C. Gloria
Vague de froid : y a-t-il un risque pour les céréales ?
L’alerte « grand froid » a été émise dans vingt-quatre départements. Cette vague de froid représente-t-elle une menace pour les…
Les pigeons s'attaquent au tournesol avec un impactsur le rendementquand ils enconsommentles tiges ou apex. © C. Watier
Maïs et tournesol : semer un couvert pour leurrer les oiseaux
Entre produits répulsifs et système d’effarouchements, il n’existe pas de solution miracle empêchant les pigeons et corvidés de s…
Baisse de la sole de colza, bouleversement du programme de désherbage maïs, recours aux trichogrammes : Stéphane, Marine et Alain (de gauche à droite) ont modifié en profondeur leurs pratiques pour décrocher la HVE. © G. Omnès
HVE : « Nous avons dû changer nos pratiques en grandes cultures »
Sur la ferme de Pré Levey, le passage à la HVE s’est imposé comme une suite logique à la démarche de baisse des intrants. La…
Contre la jaunisse transmise par des pucerons, les néonicotinoïdes sur semences de betterave constituent la solution de lutte la plus efficace. © G. Omnès
Néonicotinoïdes/betteraves : jusqu’à 15 jours de retard dans la distribution de semences
Avec une parution de l’arrêté sur les néonicotinoïdes le 5 février, le pelliculage des semences avec ces insecticides a démarré…
En orge brassicole, la tendance est au fractionnement de la fertilisation azotée pour une meilleure efficience des apports. © J.-C. Gutner
Orge brassicole : adapter la fertilisation azotée pour sécuriser le taux de protéines
Depuis de nombreuses années, la filière brassicole s’interroge sur le pilotage de l’azote des orges d’hiver et de printemps. Elle…
Thierry Royer et Bruno Bremenson, agriculteurs dans l'Orne."Avec une prestation de coupe et déchiquetage assurée par Bois négoce énergie, les haies nous rapportent 12 euros la tonne de bois plaquette." © C. Gloria
Les haies, des atouts agronomiques et une source de revenu
Au-delà de l’intérêt environnemental et agronomique, deux producteurs de grandes cultures de l’Orne valorisent économiquement…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures