Aller au contenu principal

Les meuniers français s’insurgent contre la taxe farine

Une concurrence déloyale à l’importation… C’est ce que la taxe farine, en place depuis 1993, génère, estime l’AMF.

Entre 2011 et 2015, les importations de farine sur le territoire français sont passées de 177 000 à 286 000 tonnes, soit une augmentation de près de 62 % », a exposé Bernard Valluis, président délégué de l’Association nationale de la meunerie française (ANMF), à l’occasion d’une conférence de presse organisée mi-juin. Environ 70 % des ces importations proviennent d’Allemagne et 15 % de Belgique. Or, « la plupart de ces importations sont réalisées dans le cadre d’une concurrence déloyale », a-t-il poursuivi. Une taxe sur la farine destinée à l’alimentation humaine et concernant le marché intérieur est en place depuis 1993. Versée au bénéfice de la caisse centrale de la MSA (CCMSA), son montant s’élève actuellement à 15,24 euros par tonne. Les meuniers plaident pour une suppression de cette taxe car ils estiment que les importations de farine, qui y sont théoriquement soumises, n’y contribuent pas dans les faits.

Une taxe qui équivaudrait à l’EBE de l’activité meunerie

Par ailleurs, les produits transformés importés ne sont pas soumis à l’assiette alors que les dirigeants de l’ANMF estiment qu’ils auraient dû l’être, afin d’éviter cette situation de concurrence déloyale. Pour Bernard Valluis, « cette taxe représente entre 62 et 64 millions d’euros pour les meuniers français selon les années. C’est une somme équivalente à l’EBE (Excédent brut d’exploitation) que notre activité dégage. C’est une véritable contrainte pour la compétitivité de nos entreprises, et cela ampute nos capacités d’investissement. La Cour des comptes a d’ailleurs préconisé la suppression de cette taxe il y a deux ans ». La lente érosion de la consommation globale de farine, de près de 7 % en cinq ans, n’est pas non plus un signe très positif. C’est pourquoi l’ANMF prévoit de travailler sur la R & D, l’innovation, la formation, en vue d’investir. Elle souhaite également mieux communiquer pour faire évoluer son image.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
chargement d'un bateau au port céréalier de Rouen
Blé tendre : les exportations françaises menacée par la Russie sur l'Algérie
Selon Thierry de Boussac, du Synacomex, le cahier des charges de l'office d'Etat algérien, en charge des importations de blé…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures