Aller au contenu principal

Les meuniers français s’insurgent contre la taxe farine

Une concurrence déloyale à l’importation… C’est ce que la taxe farine, en place depuis 1993, génère, estime l’AMF.

Entre 2011 et 2015, les importations de farine sur le territoire français sont passées de 177 000 à 286 000 tonnes, soit une augmentation de près de 62 % », a exposé Bernard Valluis, président délégué de l’Association nationale de la meunerie française (ANMF), à l’occasion d’une conférence de presse organisée mi-juin. Environ 70 % des ces importations proviennent d’Allemagne et 15 % de Belgique. Or, « la plupart de ces importations sont réalisées dans le cadre d’une concurrence déloyale », a-t-il poursuivi. Une taxe sur la farine destinée à l’alimentation humaine et concernant le marché intérieur est en place depuis 1993. Versée au bénéfice de la caisse centrale de la MSA (CCMSA), son montant s’élève actuellement à 15,24 euros par tonne. Les meuniers plaident pour une suppression de cette taxe car ils estiment que les importations de farine, qui y sont théoriquement soumises, n’y contribuent pas dans les faits.

Une taxe qui équivaudrait à l’EBE de l’activité meunerie

Par ailleurs, les produits transformés importés ne sont pas soumis à l’assiette alors que les dirigeants de l’ANMF estiment qu’ils auraient dû l’être, afin d’éviter cette situation de concurrence déloyale. Pour Bernard Valluis, « cette taxe représente entre 62 et 64 millions d’euros pour les meuniers français selon les années. C’est une somme équivalente à l’EBE (Excédent brut d’exploitation) que notre activité dégage. C’est une véritable contrainte pour la compétitivité de nos entreprises, et cela ampute nos capacités d’investissement. La Cour des comptes a d’ailleurs préconisé la suppression de cette taxe il y a deux ans ». La lente érosion de la consommation globale de farine, de près de 7 % en cinq ans, n’est pas non plus un signe très positif. C’est pourquoi l’ANMF prévoit de travailler sur la R & D, l’innovation, la formation, en vue d’investir. Elle souhaite également mieux communiquer pour faire évoluer son image.

Les plus lus

Au stade cotylédon, le gel se traduit par un noircissement qui se généralise et détruit le pied de betterave. © F. Franzetti
Gel : betteraves, céréales, colzas... quelles conséquences pour les cultures ?
Outre des dégâts spectaculaires en vigne et en arboriculture, le gel a aussi été destructeur pour les grandes cultures, à…
 © Groupe Safer
Les terres agricoles, toujours objet de convoitise
Agriculteurs, promoteurs, investisseurs… La terre agricole reste convoitée. Malgré l’arrivée sur le marché de parcelles liée aux…
Dans de nombreuses régions, les niveaux élevés d’évapotranspirations affectent déjà les potentiels. © Jérôme Chabanne
Sécheresse  agricole : le mal est-il déjà fait pour les cultures ?
Le déficit de pluviométrie est d’ores et déjà critique pour les cultures en place dans le sud de la France et dans les terres…
Gel/betteraves : Cristal Union fournira gratuitement les semences des ressemis pour préserver les surfaces
Le groupe coopératif Cristal Union fournira gratuitement les semences pour ressemer les parcelles de betteraves détruites par le…
Les engrais minéraux représentent 40% des émissions de gaz à effet de serre d’origine agricole.  © C. Baudart
Loi Climat : une nouvelle taxation des engrais pour 2024 ?
Parmi les mesures phare du projet de loi « Climat et résilience » : la taxation des engrais azotés. Cette dernière est envisagée…
Sur céréales, l'intensité des dégâts est lié à l’espèce, au stade et à l’exposition. © C. Baudart
Gel : des pertes autour de 10 % en colza et betterave
Les dégâts liés à l’épisode de gel qui a frappé les campagnes françaises à partir du 12 avril commencent à être chiffrés en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures