Aller au contenu principal

Compétitivité française
Les grandes cultures souffrent d'une rupture du progrès technique

Contrairement aux États-Unis, la France connaît une stagnation de la productivité des intrants en grandes cultures depuis 1997. Ce ralentissement vaut pour le blé et pour le colza.

La stagnation du rendement du blé en France est un fait avéré,mais qu’en est-il de la productivité, y compris pour les autres cultures ? C’est ce qu’a analysé Jean-Pierre Butault, directeur de recherche en sciences sociales à l’Inra AgroParisTech, en mesurant l’évolution comparée en France et aux États-Unis du rapport entre le rendement et la quantité d’intrants liés aux charges variables (engrais, phyto, semences, carburant) utilisés à l’hectare. L’analyse globale sur les trois cultures blé-maïs-colza pour la France et blé-maïs-soja pour les États-Unis est édifiante : « la productivité évolue plus favorablement en France jusqu’en 1997, puis elle stagne alors qu’elle continue de progresser aux États-Unis. Ce ralentissement en France est principalement dû à la stagnation de la productivité en blé et probablement en colza. En revanche, on ne peut pas conclure dans ce sens pour le maïs. »

PAS DE DÉSINTENSIFICATION
En blé, c’est à partir de 1997 que l’on observe une stagnation des rendements tout en apportant autant d’intrants. « Il n’y a pas eu de désintensification depuis 1997. Celleci a eu lieu plus tôt: entre 1985 et 1995 environ. Ce n’est donc pas l’explication. Les agronomes expliquent que c’est dû aux changements climatiques. On peut aussi penser que les efforts consacrés à l’amélioration du taux de protéines depuis une quinzaine d’années ont freiné l’augmentation des rendements », poursuit-il.Aux États-Unis,malgré des apports d’intrants moins importants qu’en France, la productivité est moindre du fait de rendements particulièrement faibles, autour de 30 quintaux/hectare en moyenne.

OLEAGINEUX : Le soja devance le colza

Alors que le colza et le soja se retrouvent en concurrence sur les mêmes marchés, avec des rendements et des prix similaires, leur conduite culturale est bien différente. Le soja reçoit beaucoup moins d’engrais de fond, pas du tout d’azote, et beaucoup moins de pesticides (2,5 traitements contre 7,5 pour le colza). De plus, le rendement en soja poursuit sa croissance depuis dix ans, alors que celui du colza est en dents de scie. L’écart de la productivité des intrants se creuse entre les deux cultures.

MAÏS : France & USA au coude à coude

En maïs, si la productivité des intrants en France a été inférieure à celle des États-Unis au début des années 2000, il y a eu un rattrapage depuis et même peut-être une inversion en 2011. « À mon grand étonnement, les pratiques culturales sur maïs sont, en moyenne, identiques de part et d’autres de l’Atlantique:même dose d’azote, 150 kg/ha, etmême nombre de traitements à 3,3. Et ce malgré la présence des OGM aux USA sur plus de la moitié des surfaces », souligne Jean-Pierre Butault.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

[vidéo] Julien Denormandie : « La transition agroécologique impose de créer de la valeur. »
Interrogé par les parlementaires, le ministre de l’agriculture a estimé que peu de secteurs peuvent se prévaloir des efforts…
L’érosion du revenu en grandes cultures depuis vingt ans est impressionnante, si l'on en juge par les statistiques officielles du Rica. © G. Omnès
Revenu : peut-on encore gagner sa vie en grandes cultures ?
Peut-on encore gagner sa vie en produisant des grandes cultures ? La question n’est plus déplacée au regard des résultats…
Le puceron (ici Sitobion avenae) n'occasionne pas de dégâts directs mais transmets des virus aux céréales © Christian Gloria
Insecticides : faut-il traiter contre les pucerons sur céréales maintenant ?
Le risque JNO est à nouveau élevé cet automne. Devant la douceur prolongée des températures, Arvalis recommande aux producteurs…
 © Réussir
Les énergies renouvelables à la ferme en 5 graphiques
Bien que le dernier recensement précis des activités de production d'énergie renouvelable à la ferme remonte à 2015, le constat…
Thierry Maillier est agriculteur dans les Yvelines. "Les rendements du sorgho atteignent parfois les 100 quintaux/hectare." © C. Baudart
Thierry Maillier, dans les Yvelines : « En 2021, je sèmerai dix-huit hectares de sorgho grain »
Il est l’initiateur de la culture du sorgho grain sur son territoire, à la croisée entre les Yvelines, la Normandie et la région…
Un résultat courant en céréales et oléoprotéagineux sous la moyenne des autres secteurs depuis 2013Résultat courant avant impôts (charges sociales de l'exploitant déduites) par unité de travail non salarié, en euros courants © Source : Rica.
Le revenu en grandes cultures expliqué en 3 graphiques
Privilégiés, les producteurs de grandes cultures ? L'étude des chiffres montre que leurs revenus se situent plutôt en-dessous de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures