Aller au contenu principal

Réforme de la PAC : les familles de la FNSEA divisées sur la déclinaison nationale

Monde animal et filières végétales ne sont pas parvenus à établir une proposition commune claire sur le plan stratégique national au sein de la centrale syndicale. Les propositions des éleveurs s’avèrent même incompatibles avec celles des producteurs de grandes cultures.

Les revendications autour du PSN expriment une rupture entre monde de l'élevage et des grandes cultures. © Jérome Chabanne
Les revendications autour du PSN expriment une rupture entre monde de l'élevage et des grandes cultures.
© Jérome Chabanne

La future réforme de la Politique Agricole Commune (PAC) prévue pour 2023 conférera une grande liberté aux États membres. Elle sera déclinée dans chaque pays par un plan stratégique national (PSN), en cours d’élaboration.

Ce PSN doit fixer les modalités pratiques et la répartition des aides pour atteindre les objectifs fixés par l’Europe. Les arbitrages du PSN seront donc cruciaux, et le syndicat majoritaire espérait livrer au ministre une proposition faisant consensus entre ses composantes afin de lui conférer le plus de poids. Raté : éleveurs et céréaliers affichent une fois de plus leurs divisions.

Les éleveurs veulent donner priorité aux prairies dans les éco-régimes

Alors que les négociations démarrent, l’Alliance des éleveurs, fédérant les associations spécialisées des différentes productions animales (FNB, FNO, FNEC, FNPL), a fait connaître ses propres doléances, dont le maintien au niveau actuel des aides couplées, et le renforcement de l’ICHN pour les zones de montagne.

Les chambres d'agriculture du Massif central, des Alpes, des Pyrénées, de Corse, du Jura et des Vosges ont, dans un communiqué commun du 14 janvier, consolidé ces positions. Les éleveurs demandent également un « paiement redistributif fort » (prime aux 50 premiers hectares, qui dessert fortement les exploitations en grandes cultures, notamment en zones intermédiaires) et la priorité aux prairies dans les éco-régimes.

Des propositions incompatibles avec les positions des filières végétales. L'AGPB, l'AGPM, la CGB et la FOP défendent un rééquilibrage des soutiens entre secteurs et régions motivé par les difficultés économiques subies par les producteurs de grandes cultures depuis plusieurs années, en particulier dans les zones intermédiaires.

Les plus lus

Le blé tendre d'hiver est sensible au froid à partir de - 8°C, de la levée à l’émission des talles. © C. Gloria
Vague de froid : y a-t-il un risque pour les céréales ?
L’alerte « grand froid » a été émise dans vingt-quatre départements. Cette vague de froid représente-t-elle une menace pour les…
Les pigeons s'attaquent au tournesol avec un impactsur le rendementquand ils enconsommentles tiges ou apex. © C. Watier
Maïs et tournesol : semer un couvert pour leurrer les oiseaux
Entre produits répulsifs et système d’effarouchements, il n’existe pas de solution miracle empêchant les pigeons et corvidés de s…
Baisse de la sole de colza, bouleversement du programme de désherbage maïs, recours aux trichogrammes : Stéphane, Marine et Alain (de gauche à droite) ont modifié en profondeur leurs pratiques pour décrocher la HVE. © G. Omnès
HVE : « Nous avons dû changer nos pratiques en grandes cultures »
Sur la ferme de Pré Levey, le passage à la HVE s’est imposé comme une suite logique à la démarche de baisse des intrants. La…
Contre la jaunisse transmise par des pucerons, les néonicotinoïdes sur semences de betterave constituent la solution de lutte la plus efficace. © G. Omnès
Néonicotinoïdes/betteraves : jusqu’à 15 jours de retard dans la distribution de semences
Avec une parution de l’arrêté sur les néonicotinoïdes le 5 février, le pelliculage des semences avec ces insecticides a démarré…
En orge brassicole, la tendance est au fractionnement de la fertilisation azotée pour une meilleure efficience des apports. © J.-C. Gutner
Orge brassicole : adapter la fertilisation azotée pour sécuriser le taux de protéines
Depuis de nombreuses années, la filière brassicole s’interroge sur le pilotage de l’azote des orges d’hiver et de printemps. Elle…
Chaulage : « j'ai économisé 4000 euros grâce à la mesure de résistivité de mes parcelles »
 Associé du Gaec de la voie lactée, Patrice Lièvre cultive 220 hectares à Vernoux-en-Gatine, dans les Deux-Sèvres. Tous les ans,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures