Aller au contenu principal
Font Size

Commerce des engrais
Les distributeurs d’engrais dans la tourmente

Il en va des engrais comme des matières premières : leur prix s’envole. Les distributeurs d’engrais adaptent leur stratégie commerciale et les fabricants instaurent des quotas de vente.

Mais que se passe-t-il donc dans le secteur des engrais ? « Le prix au producteur a augmenté de 54 % depuis un an sur les trois éléments », commentait Gilles Poidevin, directeur de l’union des industries de la fertilisation (Unifa) début juillet à partir des données s’arrêtant à mai 2008. La situation n’a cessé de s’aggraver depuis cette date. Selon les distributeurs, on constatait mi-juillet une hausse de 80 % du prix de l’ammonitrate en un an et une multiplication par 2,5 à 3 pour le Super 45 et le chlorure de potassium. « Les agriculteurs n’ont pas encore totalement ressenti la hausse des prix car, pour l’instant, ils ont acheté les engrais issus des approvisionnements de début 2008. Ils vont s’en rendre compte sur leurs achats d’azote qui prend actuellement 20 euros par mois », souligne Laurent Pasquier, directeur des appros de la Cavac, en Vendée. Pour l’heure, « nous sommes dans une situation très tendue car les agriculteurs veulent anticiper leur commande, craignant de nouvelles hausses des prix, ce qui créée des ruptures de stock, alors que les stocks de début de campagne sont au minimum, tant chez les producteurs que chez les distributeurs », poursuit Gilles Poidevin.

RÉPARTIR SES ACHATS

« Pour la nouvelle campagne, nos fournisseurs n’ont rien livré d’avance. C’est une situation inédite, explique Fabrice Gaillard, directeur appro pour le groupe Cérégrain (Ain, 69). Ils ne veulent pas anticiper sur les marchés étant donné l’explosion des prix. » Les fabricants d’engrais azotés avaient l’habitude de mettre en marché dès l’été un volume plus important qu’ils n’étaient capables de produire physiquement à cette date, avec des délais de livraison allongés. « Dans un tel contexte haussier, les fabricants ne veulent plus prendre ce risque et vendent désormais au fur et à mesure qu’ils produisent, justifie Nordine Dridi, responsable Nord- Pas-de-Calais du fabricant d’engrais Agriva. Toutes les usines ont leur site de stockage bondé de matières premières. Nous ne pourrons pas en rentrer avant octobre, mais à quel prix ? »

Dans ce contexte, difficile de proposer des prix morte-saison. « Les disponibilités sur le marché physique des engrais sont contingentées. Nous ne maîtrisons pas les volumes et encore moins les prix, se désole Fabrice Gaillard. Notre politique à Cérégrain est de répartir ce volume contingenté auprès de nos adhérents, de sorte que chacun couvre, pour ce début de campagne, 20 % de ses besoins. Nous limitons ainsi le risque et orientons le prix vers une moyenne. » C’est d’ailleurs le conseil que donneFabrice Gaillard aux agriculteurs: « Achetez 20 % de vos besoins dès aujourd’hui et répartissez vos achats sur la campagne. Le prix des engrais pourrait connaître un revirement de situation. » Pour lui, ces prix très élevés vont engendrer une baisse de la consommation d’engrais phosphopotassiques de 20 à 30 %, d’où peut-être un fléchissement des prix à moyen terme. « Les arbres ne montent pas jusqu’au ciel », rappelle-t-il.

DÉPENDANCE VIS-À-VIS DES IMPORTATIONS
Tout le monde ne partage pas cette analyse. « Aujourd’hui, l’offre mondiale est inférieure à la demande. Et le marché des engrais souffre d’un sous-investissement chronique: pas d’ouverture de mines, pas d’installation de gazoduc », explique Gilles Poidevin.De plus, l’Europe a fermé une grande partie de ses capacités de production d’engrais. Ainsi en France, pour une consommation annuelle de 10 millions de tonnes, les fermetures d’usines des trois dernières années ont réduit la capacité de production d’1 million de tonnes, pour se situer désormais à 5 millions de tonnes. Nous sommes très dépendants de l’import.

PLAN DE FUMURE RESPECTÉ
Nul doute que chacun va être plus attentif aux préconisations indiquées dans les plans de fumure et autres outils d’aide à la décision. Au prix du phosphore et de la potasse, les analyses de sol seront vite rentabilisées ! De plus, les substituts aux engrais chimiques, tels que les effluents d’élevage, les boues, les résidus de culture vont retrouver de l’intérêt. « Il y aura des impasses mais aussi un regain d’intérêt pour les produits qui optimisent les fertilisants en favorisant la vie microbienne du sol », souligne Laurent Pasquier. À commencer par l’amendement calcaire pour corriger l’acidité. ! Nicole Ouvrard (1) 9 % de hausse de livraison pour l’azote, 23 % pour les phosphates et 13 % pour la potasse.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Récolte dans le nord de l'Eure-et-Loir. Le rendement national moyen de blé tendre est estimé à 6,83 t/ha par le cabinet Agritel, en baisse de près de 8 % par rapport à la moyenne olympique. © G. Omnès
Moisson 2020 : une récolte de blé française sous les 30 millions de tonnes
Les spécialistes du marché des céréales continuent de réviser leurs chiffres de récolte de blé tendre à la baisse. La production…
L'attaque de jaunisse constatée sur toute la zone de production française de production de betteraves pourrait conduire au plus bas rendement depuis quinze ans, selon la CGB, qui demande des mesures urgentes pour éviter l'effondrement des surfaces. © CGB
Alerte rouge à la jaunisse : les betteraviers demandent un plan d’urgence
La CGB craint une forte baisse des surfaces de betteraves en 2021 si aucune solution n’est apportée face à la jaunisse, avec un…
La collecte chute de 20 % en blé tendre et en orge d'hiver par rapport à la moyenne décennale à la coopérative Ile-de-France Sud. © Gutner archives
Moisson 2020 : le grand écart du rendement en Ile-de-France comme ailleurs
La récolte des orges d’hiver, colza et blé tendre a rendu son verdict en Ile-de-France : des résultats très hétérogènes avec…
La surface retenue dans la dernière publication officielle des services du ministère de l'Agriculture laisse présager une production française de blé tendre inférieure à 32 millions de tonnes, en baisse de 8 Mt sur un an.  © J.-C. Gutner
Moisson : les surfaces officielles de blé tendre plombent (un peu plus) la prévision de récolte française
Sur la base des estimations de surfaces officielles publiées début juillet, la récolte de blé tendre français pourrait s’établir…
Nouveau silo de Biocer dans l'Eure. Avec une collecte qui double tous les cinq ans, les organismes économiques doivent adapter leur infrastructure de stockage et de tri. © Biocer
Agriculture biologique : les céréales bio face au défi de la massification
La dynamique de croissance forte et régulière enclenchée depuis trois ans pour les céréales bio confronte la filière à de…
Aymeric et Margot Ferté, Gilles Lancelin, Romaric Paucellier : trois expériences du bio en grandes cultures. © DR/C. Baudart
Bio en grandes cultures : la nouvelle génération de convertis bouge les lignes
Une exploitation de grandes cultures qui passe en bio ? C’est désormais banal. Partout, des conversions s’engagent, souvent par…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures