Aller au contenu principal

« Mes cultures procurent de meilleures marges en mélange que pures »

A Doussay (Vienne), Damien Savoyant réserve une part de ses 173 hectares de productions biologiques aux mélanges d'espèces culturales.

Damien Savoyant, agriculteur à Doussay (86)"Je sème en même temps les graines de triticales et de pois à une même profondeur de sol de 3-4 centimètres."
Damien Savoyant, agriculteur à Doussay (86)"Je sème en même temps les graines de triticales et de pois à une même profondeur de sol de 3-4 centimètres."
© D. Savoyant

« Je consacre 15 hectares à la culture du mélange triticale + pois fourrager. Le semis se fait entre fin octobre et début novembre avec 130 kg/ha de triticale (variété Bréhat) à 20 kg/ha de pois (variété Assas). Tout est semé en même temps à une profondeur de 3-4 centimètres. Le triticale couvre bien le sol et, avec sa hauteur, le salissement est limité. J’interviens avec la herse étrille quand les conditions le permettent. Le pois ne doit pas être semé trop épais, sinon il provoque la verse du triticale. 2 t/ha de fumier de volailles sont apportées en guise de fertilisant. À la récolte des grains, le tonnage donne 60 % de triticale pour 40 % de pois avec, comme en 2019, 30 q/ha pour l’ensemble.

La récolte se décide quand le triticale est bien sec et la moissonneuse-batteuse est réglée pour cela tout en desserrant un peu le contre-batteur pour limiter la casse de pois. Les deux tiers de la récolte sont livrés à la coopérative Terrena pour son usine d’aliments du bétail. Elle prend 15 euros la tonne pour le tri. Dans le cadre d’un contrat, la récolte est rémunérée à 305 euros la tonne en triticale et 290 euros la tonne en pois.

Les marges de cultures en mélange sont meilleures que celles en pur sans causer de difficultés majeures de conduite, mis à part peut-être le mélange des semences avant le semis à la main, pénible et chronophage. J’ai récemment acheté un malaxeur à béton que j’utiliserai pour effectuer plus facilement ce mélange. La prochaine campagne, je réaliserai également un mélange de blé et de féverole sur 35 hectares, que j’ai testé sur 1 hectare cette année. Les conditions de cultures et de récolte seront les mêmes que pour le triticale/pois. Cette association a pour effet d’améliorer le taux de protéines du blé, important en bio. Cela me permettra en outre de baisser ma sole de féverole dont la culture pure se révèle très aléatoire. »

120 ha de grandes cultures (triticales, blé, pois, féverole, maïs, soja, tournesol), 50 de prairie, 3 de légumes de plein champ, élevage de vaches allaitantes.

Les plus lus

Dans son local phytosanitaire, l’agriculteur doit vérifier que chaque produit détient une AMM en cours de validité.
Contrôle phytosanitaire : ce que vous devez savoir pour être prêt sur votre exploitation
Bien connaître la réglementation sur l’usage des phyto est impératif pour se préparer à un contrôle. Vigilance sur le classement…
Le règlement actuel des ZNT s’applique jusqu'à publication des nouveaux textes si la charte est toujours sur le site de la préfecture. Cela devrait être encore le cas au moment des désherbages d'automne.
Semis 2021 : devez-vous prévoir des ZNT de 10 mètres ?
Le Conseil d’Etat demande le durcissement sur plusieurs points de la réglementation des zones de non-traitement, à formaliser d’…
Les semences de ferme gagnent du terrain au profit des trieurs à façon dont l'activité augmente.
La suprématie des semences fermières bouscule les équilibres de la filière
Les semences de ferme ont pris le pas sur les semences certifiées en céréales à paille. Faut-il s’inquiéter pour l’amélioration…
Via leur rôle de stockage de carbone dans le sol, les grandes cultures contribuent à la lutte contre le changement climatique.
Le label bas carbone grandes cultures est validé
Les filières de grandes cultures ont enfin leur label bas carbone. Ce sésame devrait permettre à des collectifs d’agriculteurs de…
Faire appel à un voisin ou à une entreprise spécialisée limite les soucis mais n'évite pas les explications et les prises de décisions.
Exploitation agricole : à l’âge de la retraite, quelles solutions pour attendre un repreneur ?
À l’approche de la retraite, des agriculteurs veulent lever le pied sans passer la main, en attendant un éventuel repreneur…
Émeric Simon (à gauche) et Yannick Bourdat. « La chimie marche de moins en moins face aux graminées résistantes et, avec des habitations proches, seul le désherbage mécanique permet d’intervenir jusqu’à la périphérie des parcelles. »
« Nous baissons les IFT, pas les rendements, en modifiant nos pratiques culturales »
Au sein d’un groupe Dephy isérois, Yannick Bourdat et Émeric Simon ont modifié parc matériel et assolement pour limiter le…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures