Aller au contenu principal
Font Size

Analyse des charges en France
Les coûts de production du blé en hausse de 30 euros la tonne en six ans

Depuis 2006, le coût de production complet du blé tendre en France est passé de 168 à 197 euros/tonne, soit une hausse de 17 %.

Depuis 2006, le coût de production complet du blé tendre en France a augmenté de 30 euros la tonne, passant de 168 à 197 euros/tonne, soit une hausse de 17 % en six ans, selon l’observatoire des coûts d’Arvalis, issus de données Cerfrance.


« À l’hectare, l’augmentation des charges est encore plus spectaculaire puisqu’elle atteint presque 30 %, souligne Jean-Yves Longchamp, du service économique d’Arvalis. Les charges sont passées de 1260 à 1630 euros/hectare, avec un saut de 7 % entre 2010 et 2011 et de plus de 4 % entre 2011 et 2012.

 

Pour calculer le prix de revient, déduire 40 €/t d'aides PAC


Mais les bons rendements de ces deux dernières années ont quelque peu limité la hausse du coût exprimé à la tonne. » À partir de son coût de production, il faut déduire les aides PAC pour calculer le prix de revient. Celles-ci représentent en moyenne 40 euros/tonne au niveau national, avec de grandes disparités par région et par exploitation. « Avec un coût de production moyen de 197 euros la tonne, le prix de revient du blé tendre se situe autour de 160 euros la tonne », souligne l’économiste d’Arvalis. Un chiffre atteint ces deux dernières années, mais qu’en sera-t-il en 2013 ? Et comment se préparer à une baisse des aides PAC, inéluctable pour les exploitations de grandes cultures du fait de la convergence des aides au niveau européen et national ?


Amortissments en engrais en tête des couts


Une première piste est d’ana lyser en détail la décomposition du coût de production (voir graphique). Les deux postes qui pèsent le plus lourd sont la mécanisation (30 %) et les intrants (29 %). À y regarder de plus près, le tiercé en tête se compose des amortissements (17 %), des engrais (14 %) et de la protection des cultures (11 %) ex æquo avec le foncier. La main-d’œuvre est un poste non négligeable (17 %) mais relativement stable dans le temps, alors que le coût des amortissements et des engrais progresse sans cesse. C’est aussi le cas des carburants qui représentent aujourd’hui 5 % du coût de production, contre 3 % il y a quelques années.


« Pour faire baisser les coûts de production, soit on augmente les rendements, soit on baisse les charges, notamment celles qui pèsent le plus lourd, donc les charges opérationnelles et les amortissements, poursuit-il. Sur ce dernier point, la première démarche est d’optimiser le temps d’utilisation de son parc matériel, ce qui ne passe pas forcément par de l’agrandissement, ou de simplifier le travail du sol. » Les études de groupe montrent des écarts considérables entre exploitations, quels que soient les territoires, ce qui laisse penser qu’il existe des marges de manœuvre, à condition d’analyser finement sa situation propre.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Récolte dans le nord de l'Eure-et-Loir. Le rendement national moyen de blé tendre est estimé à 6,83 t/ha par le cabinet Agritel, en baisse de près de 8 % par rapport à la moyenne olympique. © G. Omnès
Moisson 2020 : une récolte de blé française sous les 30 millions de tonnes
Les spécialistes du marché des céréales continuent de réviser leurs chiffres de récolte de blé tendre à la baisse. La production…
L'attaque de jaunisse constatée sur toute la zone de production française de production de betteraves pourrait conduire au plus bas rendement depuis quinze ans, selon la CGB, qui demande des mesures urgentes pour éviter l'effondrement des surfaces. © CGB
Alerte rouge à la jaunisse : les betteraviers demandent un plan d’urgence
La CGB craint une forte baisse des surfaces de betteraves en 2021 si aucune solution n’est apportée face à la jaunisse, avec un…
La collecte chute de 20 % en blé tendre et en orge d'hiver par rapport à la moyenne décennale à la coopérative Ile-de-France Sud. © Gutner archives
Moisson 2020 : le grand écart du rendement en Ile-de-France comme ailleurs
La récolte des orges d’hiver, colza et blé tendre a rendu son verdict en Ile-de-France : des résultats très hétérogènes avec…
La surface retenue dans la dernière publication officielle des services du ministère de l'Agriculture laisse présager une production française de blé tendre inférieure à 32 millions de tonnes, en baisse de 8 Mt sur un an.  © J.-C. Gutner
Moisson : les surfaces officielles de blé tendre plombent (un peu plus) la prévision de récolte française
Sur la base des estimations de surfaces officielles publiées début juillet, la récolte de blé tendre français pourrait s’établir…
Nouveau silo de Biocer dans l'Eure. Avec une collecte qui double tous les cinq ans, les organismes économiques doivent adapter leur infrastructure de stockage et de tri. © Biocer
Agriculture biologique : les céréales bio face au défi de la massification
La dynamique de croissance forte et régulière enclenchée depuis trois ans pour les céréales bio confronte la filière à de…
Aymeric et Margot Ferté, Gilles Lancelin, Romaric Paucellier : trois expériences du bio en grandes cultures. © DR/C. Baudart
Bio en grandes cultures : la nouvelle génération de convertis bouge les lignes
Une exploitation de grandes cultures qui passe en bio ? C’est désormais banal. Partout, des conversions s’engagent, souvent par…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures