Aller au contenu principal

Les chasseurs appelés à intervenir dans la lutte contre les oiseaux

La lutte des corvidés et des pigeons peut être réalisée par les chasseurs... Sous conditions.

A l'origine de nombreux dégâts dans les semis de tournesol et de maïs en particulier, pigeons et corvidés sont des espèces considérées comme "chassables" pendant la période de chasse. De fait, la chasse est un moyen de réguler les populations. « Les dates varient selon les départements », précise Jean-Pierre Arnauduc, directeur technique à la Fédération nationale des chasseurs. En dehors de la saison, pour pouvoir réguler leur population et ainsi éviter les dégâts lors des semis de printemps, ces oiseaux doivent être classés « susceptibles d’occasionner des dégâts », nouvelle appellation de « nuisibles », via une dérogation de la directive Oiseau européenne. Pour l’obtenir, les dégâts d’oiseaux doivent être importants et une présence significative doit être reconnue.

« On évalue cette présence significative à plus de 500 captures par an et par espèce, ajoute Jean-Pierre Arnauduc. Les dégâts d’une espèce sont dits 'importants' lorsqu’ils sont évalués à plus de 10 000 euros par an. » Dans ce cas, le département est alors vulnérable aux dégâts. « Cela dépend des cultures implantées dans ces zones », poursuit-il. La décision de classer les corvidés dans cette catégorie est prise par le ministre de l’Écologie. Le préfet publie ensuite des arrêtés précisant les modalités de prélèvement. Cette décision est valable trois ans. Pour les pigeons, le classement, défini par le préfet, est revu chaque année.

Des modalités définies par les préfets

Une fois les espèces classées « susceptibles d’occasionner des dégâts », les chasseurs obtiennent l’autorisation de les réguler hors de la saison de chasse, les périodes étant définies par le préfet. « La destruction est vue comme une opération de dernier recours quand tout autre moyen de protection a échoué, comme par exemple l’effarouchement », indique Terres Inovia dans une note de février 2017. Selon les départements, la corneille noire, le corbeau freux et le pigeon ramier peuvent être tirés posés ou au vol. Seuls les corvidés (corbeaux freux, corneilles noires) peuvent être piégés dans des cages avec l’utilisation d’appâts carnés. Dans ce cas, l’agrément n’est pas obligatoire. Toutefois, les opérations de piégeage doivent être déclarées en mairie et le carnet de prises doit être tenu à jour.

Avis d'expert : "Nous délivrons des kits et formations à la destruction des corvidés"

« En 2014, en partenariat avec la FDSEA et la chambre d’agriculture de l’Aube, nous avons fourni des kits de régulation par le tir aux chasseurs, explique Thibault Mendoza, technicien à la Fédération des chasseurs de l’Aube. On y trouve des appelants en plastique, des tenues de camouflages et des filets. Ces outils aident le chasseur à s’approcher au plus près du corbeau sans se faire démasquer. Financé par nos partenaires à hauteur de 100 euros, le chasseur achète le kit 20 euros. En parallèle, nous délivrons des formations sur la réglementation et la technique de chasse. Les astuces que nous donnons aux chasseurs s’avèrent efficaces car le nombre d’oiseaux prélevés augmente. 200 chasseurs se sont formés en deux ans. Maintenant, la formation est ouverte pour une trentaine de personnes chaque année et coûte 10 euros par participant. »
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
En agriculture de conservation des sols et en semis direct, le glyphosate pourrait être autorisé avec une limitation de dose. © Arvalis
Glyphosate : vers une interdiction en labour et maintien à dose réduite en non-labour
Selon les usages, la molécule devrait être interdite ou autorisée avec de fortes réductions des doses. L’agriculture de…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
La production mondiale tous blés (hors Chine) est stable par rapport à l'an passé, écartant le risque de bilan mondial très déficitaire.
[Marché] Blé tendre : les prix peuvent-ils monter en 2020-2021 ?
La bonne récolte mondiale 2020 de blé tendre permettra d’alimenter la demande sans pour autant regonfler les stocks assez bas des…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures