Aller au contenu principal
Font Size

COMPÉTITIVITÉ
Les céréaliers français à la peine au niveau européen

Un gain de productivité modeste, de lourdes charges d’amortissement et une main-d’oeuvre surtout familiale pénalisent les exploitations françaises par rapport à celles du nord de l’Europe.

Quel est le niveau de compétitivité économique des exploitations de grandes cultures françaises par rapport à leurs homologues européennes ? Vincent Chatellier, économiste à l’Inra, a réalisé une analyse comparative des exploitations spécialisées en céréales et oléoprotéagineux (COP)(1) de l’Union européenne sur la période 1991 à 2006. Sept États regroupent 75 % des exploitations céréalières et génèrent 85 % de la valeur céréalière. Il s’agit de la France, du Royaume-Uni, de l’Allemagne, l’Italie, l’Espagne, la Hongrie, et la Pologne.

MANQUE DE FLEXIBILITÉ

« Sur quinze ans, la France affiche une valeur ajoutée par emploi agricole à temps plein convenable, autour de 22000 euros par UTA, explique le chercheur. Mais si on rémunère la main-d’oeuvre familiale, les choses se dégradent nettement. » Les exploitants français font, en effet, peu appel à la main-d’oeuvre salariée (13 % contre environ 40 % au Royaume-Uni et en Allemagne), ce qui réduit leur flexibilité par rapport à leurs collègues européens en période difficile, ces derniers ayant la possibilité d’ajuster la masse salariale. « Le chiffre d’affaires de la production agricole par emploi direct ne progresse plus, ni par hectare de SAU », s’inquiète l’économiste. Autour de 850 euros par hectare hors aides, les exploitations céréalières françaises sont moins performantes que l’Allemagne, le Royaume-Uni et même l’Italie. « La faible progression de la surface agricole par emploi, comparée aux autres pays de l’Union européenne, n’est pas compensée par une augmentation de la productivité par hectare, du fait notamment du plafonnement des rendements. »

Deuxième handicap: les frais d’amortissement sont les plus élevés en France. Ils représentent près d’un quart de la valeur de la production agricole, et ont tendance à augmenter sur une période récente alors qu’ils ont baissé chez les concurrents du nord de l’Europe. « Les conditions de financement de l’agriculture, avec des taux d’intérêt favorables, et la politique fiscale française incitent à la mécanisation », souligne le chercheur. Une analyse plus fine, réalisée sur les grandes exploitations céréalières européennes de plus de 150 hectares,montre que 34 % des charges sont imputables aux dotations aux amortissements en France, soit 10 points de plus que la moyenne européenne et 14 points de plus que l’Allemagne. En revanche, les charges foncières sont plus faibles.

PAS D’ÉCONOMIE SUR LES INTRANTS

Du côté des charges d’intrants, « alors que les agriculteurs ont fait des efforts pour réduire leurs utilisations d’engrais, les charges d’engrais ramenées à la valeur de la production agricole n’ont pas diminué depuis quinze ans et sont parmi les plus élevées », s’étonne Vincent Chatellier. Elles ont même augmenté sur la période 2003-2006, avant la flambée des prix des matières premières. Le chercheur fait le même constat pour les produits phytosanitaires. De là à conclure que le prix des engrais et des phytosanitaires augmente plus en France que dans les autres États membres, il n’y aurait qu’un pas… que le chercheur ne franchit pas.

 

(1) Ce sont les exploitations référencées dans l’Otex (orientation technico-économique des exploitations agricoles) n° 13 du Rica, réseau d’information comptable agricole.

 

Carte d’identité des exploitations céréalières de l'Union européenne

Les exploitations de grandes cultures spécialisées en céréales et oléoprotéagineux(1) représentent 11 % des exploitations agricoles de l’Union européenne, 23 % de la surface agricole utile (SAU) et 8 % des emplois. Elles assurent la production de 43% des céréales européennes ainsi que la moitié des oléoprotéagineux.

La surface moyenne par exploitation était de 72 hectares en 2006 (80 ha aujourd’hui). Les structures françaises se situaient à 108 hectares (120 ha aujourd’hui), une surface plus faible qu’en Allemagne (200 ha) et en Grande-Bretagne (167 ha) alors que les exploitations COP hongroises, espagnoles et italiennes sont plus petites (respectivement 85, 71 et 25 ha).

Les exploitations céréalières européennes emploient 1,2 unité de travail agricole (UTA) dont 20% relève du salariat, la France se situant à 1,4 dont 13 % sous forme salariée.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Récolte dans le nord de l'Eure-et-Loir. Le rendement national moyen de blé tendre est estimé à 6,83 t/ha par le cabinet Agritel, en baisse de près de 8 % par rapport à la moyenne olympique. © G. Omnès
Moisson 2020 : une récolte de blé française sous les 30 millions de tonnes
Les spécialistes du marché des céréales continuent de réviser leurs chiffres de récolte de blé tendre à la baisse. La production…
L'attaque de jaunisse constatée sur toute la zone de production française de production de betteraves pourrait conduire au plus bas rendement depuis quinze ans, selon la CGB, qui demande des mesures urgentes pour éviter l'effondrement des surfaces. © CGB
Alerte rouge à la jaunisse : les betteraviers demandent un plan d’urgence
La CGB craint une forte baisse des surfaces de betteraves en 2021 si aucune solution n’est apportée face à la jaunisse, avec un…
La collecte chute de 20 % en blé tendre et en orge d'hiver par rapport à la moyenne décennale à la coopérative Ile-de-France Sud. © Gutner archives
Moisson 2020 : le grand écart du rendement en Ile-de-France comme ailleurs
La récolte des orges d’hiver, colza et blé tendre a rendu son verdict en Ile-de-France : des résultats très hétérogènes avec…
La surface retenue dans la dernière publication officielle des services du ministère de l'Agriculture laisse présager une production française de blé tendre inférieure à 32 millions de tonnes, en baisse de 8 Mt sur un an.  © J.-C. Gutner
Moisson : les surfaces officielles de blé tendre plombent (un peu plus) la prévision de récolte française
Sur la base des estimations de surfaces officielles publiées début juillet, la récolte de blé tendre français pourrait s’établir…
Nouveau silo de Biocer dans l'Eure. Avec une collecte qui double tous les cinq ans, les organismes économiques doivent adapter leur infrastructure de stockage et de tri. © Biocer
Agriculture biologique : les céréales bio face au défi de la massification
La dynamique de croissance forte et régulière enclenchée depuis trois ans pour les céréales bio confronte la filière à de…
Aymeric et Margot Ferté, Gilles Lancelin, Romaric Paucellier : trois expériences du bio en grandes cultures. © DR/C. Baudart
Bio en grandes cultures : la nouvelle génération de convertis bouge les lignes
Une exploitation de grandes cultures qui passe en bio ? C’est désormais banal. Partout, des conversions s’engagent, souvent par…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures