Aller au contenu principal
Font Size

Les assolements en lien direct avec la législation

Les agriculteurs français montrent une grande réactivité à adapter leur assolement en fonction des changements politiques qui ont eu lieu ces dernières années.

De 1975 à 1992, les prix garantis ont engendré une augmentation globale des surfaces de COP, notamment d'oléoprotéagineux. Un coup d'arrêt a eu lieu après la PAC de 1992, avec le gel des terres et la forte baisse des prix garantis, même si cette dernière a été compensée par des aides directes. C'est à partir de 1994 que l'on voit les surfaces augmenter de nouveau du fait de l'autorisation d'implanter de la jachère énergétique, puis d'une réduction du taux de jachère obligatoire. Jusqu'en 1995, les échanges de produits agricoles étaient exemptés du respect des disciplines commerciales imposées par le Gatt.


Connexion aux prix mondiaux


L'accord de Marrakech met fin à ce statut d'exception. La réforme de 1999, dans le cadre de l'Agenda 2000, va intégrer à la PAC les règles de l'OMC et engendrer une connexion des prix agricoles français aux prix mondiaux, d'où une réduction de la compétitivité des productions françaises. Ceci est plus marqué sur les oléoprotéagineux que sur les céréales, protégés par leur prix d'intervention et par les mécanismes de stockage public. Si on voit les surfaces de colza reculer de 1999 à 2002, les directives communautaires sur les énergies renouvelables donnent un nouvel élan à cette culture à partir de 2003. L'effet de la suppression définitive de la jachère obligatoire est nettement visible en 2007.



Étude réalisée par Céline Sicard, service analyse de marchés d'InVivo.

Repère n° 1 : plans protéines


Pois et féveroles sont les cultures les plus sensibles à l'évolution des soutiens spécifiques couplés. Le premier plan protéines des années 80 a été un véritable succès, portant les surfaces à plus de 700 000 hectares en 1994. Avec la réforme de 1992, le lent déclin des surfaces a commencé, accentué par les accords de Luxembourg (baisse des aides) en 2005. Le plan de relance protéagineux de 2008 n'a eu qu'un effet positif de courte durée.

 


Repère n°2 : assolement

 


Le choix d'assolement d'un agriculteur relève d'une alchimie complexe. Certains choix se réfèrent à des aspects techniques (climat, rotation des cultures, état sanitaire) ; d'autres se rapportent à des aspects économiques (prix, débouchés) et peuvent être mis en balance avec les aspects techniques. Les facteurs de long terme (règlementation...) peuvent être remis en cause par les facteurs de moyen terme (prix), eux-mêmes pouvant être modifiés par les aspects de court terme (conditions météo).

 


Repère n° 3 : et demain ?


Nul doute que la prochaine PAC va avoir des effets sur la répartition des cultures. On attend notamment des variations sur le blé dur et les protéagineux selon le maintien ou non des aides couplées. Les surfaces d'intérêt écologique pourraient aussi avoir un impact.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Récolte dans le nord de l'Eure-et-Loir. Le rendement national moyen de blé tendre est estimé à 6,83 t/ha par le cabinet Agritel, en baisse de près de 8 % par rapport à la moyenne olympique. © G. Omnès
Moisson 2020 : une récolte de blé française sous les 30 millions de tonnes
Les spécialistes du marché des céréales continuent de réviser leurs chiffres de récolte de blé tendre à la baisse. La production…
L'attaque de jaunisse constatée sur toute la zone de production française de production de betteraves pourrait conduire au plus bas rendement depuis quinze ans, selon la CGB, qui demande des mesures urgentes pour éviter l'effondrement des surfaces. © CGB
Alerte rouge à la jaunisse : les betteraviers demandent un plan d’urgence
La CGB craint une forte baisse des surfaces de betteraves en 2021 si aucune solution n’est apportée face à la jaunisse, avec un…
La collecte chute de 20 % en blé tendre et en orge d'hiver par rapport à la moyenne décennale à la coopérative Ile-de-France Sud. © Gutner archives
Moisson 2020 : le grand écart du rendement en Ile-de-France comme ailleurs
La récolte des orges d’hiver, colza et blé tendre a rendu son verdict en Ile-de-France : des résultats très hétérogènes avec…
La surface retenue dans la dernière publication officielle des services du ministère de l'Agriculture laisse présager une production française de blé tendre inférieure à 32 millions de tonnes, en baisse de 8 Mt sur un an.  © J.-C. Gutner
Moisson : les surfaces officielles de blé tendre plombent (un peu plus) la prévision de récolte française
Sur la base des estimations de surfaces officielles publiées début juillet, la récolte de blé tendre français pourrait s’établir…
Nouveau silo de Biocer dans l'Eure. Avec une collecte qui double tous les cinq ans, les organismes économiques doivent adapter leur infrastructure de stockage et de tri. © Biocer
Agriculture biologique : les céréales bio face au défi de la massification
La dynamique de croissance forte et régulière enclenchée depuis trois ans pour les céréales bio confronte la filière à de…
Aymeric et Margot Ferté, Gilles Lancelin, Romaric Paucellier : trois expériences du bio en grandes cultures. © DR/C. Baudart
Bio en grandes cultures : la nouvelle génération de convertis bouge les lignes
Une exploitation de grandes cultures qui passe en bio ? C’est désormais banal. Partout, des conversions s’engagent, souvent par…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures