Aller au contenu principal

Les assolements en lien direct avec la législation

Les agriculteurs français montrent une grande réactivité à adapter leur assolement en fonction des changements politiques qui ont eu lieu ces dernières années.

De 1975 à 1992, les prix garantis ont engendré une augmentation globale des surfaces de COP, notamment d'oléoprotéagineux. Un coup d'arrêt a eu lieu après la PAC de 1992, avec le gel des terres et la forte baisse des prix garantis, même si cette dernière a été compensée par des aides directes. C'est à partir de 1994 que l'on voit les surfaces augmenter de nouveau du fait de l'autorisation d'implanter de la jachère énergétique, puis d'une réduction du taux de jachère obligatoire. Jusqu'en 1995, les échanges de produits agricoles étaient exemptés du respect des disciplines commerciales imposées par le Gatt.


Connexion aux prix mondiaux


L'accord de Marrakech met fin à ce statut d'exception. La réforme de 1999, dans le cadre de l'Agenda 2000, va intégrer à la PAC les règles de l'OMC et engendrer une connexion des prix agricoles français aux prix mondiaux, d'où une réduction de la compétitivité des productions françaises. Ceci est plus marqué sur les oléoprotéagineux que sur les céréales, protégés par leur prix d'intervention et par les mécanismes de stockage public. Si on voit les surfaces de colza reculer de 1999 à 2002, les directives communautaires sur les énergies renouvelables donnent un nouvel élan à cette culture à partir de 2003. L'effet de la suppression définitive de la jachère obligatoire est nettement visible en 2007.



Étude réalisée par Céline Sicard, service analyse de marchés d'InVivo.

Repère n° 1 : plans protéines


Pois et féveroles sont les cultures les plus sensibles à l'évolution des soutiens spécifiques couplés. Le premier plan protéines des années 80 a été un véritable succès, portant les surfaces à plus de 700 000 hectares en 1994. Avec la réforme de 1992, le lent déclin des surfaces a commencé, accentué par les accords de Luxembourg (baisse des aides) en 2005. Le plan de relance protéagineux de 2008 n'a eu qu'un effet positif de courte durée.

 


Repère n°2 : assolement

 


Le choix d'assolement d'un agriculteur relève d'une alchimie complexe. Certains choix se réfèrent à des aspects techniques (climat, rotation des cultures, état sanitaire) ; d'autres se rapportent à des aspects économiques (prix, débouchés) et peuvent être mis en balance avec les aspects techniques. Les facteurs de long terme (règlementation...) peuvent être remis en cause par les facteurs de moyen terme (prix), eux-mêmes pouvant être modifiés par les aspects de court terme (conditions météo).

 


Repère n° 3 : et demain ?


Nul doute que la prochaine PAC va avoir des effets sur la répartition des cultures. On attend notamment des variations sur le blé dur et les protéagineux selon le maintien ou non des aides couplées. Les surfaces d'intérêt écologique pourraient aussi avoir un impact.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

[vidéo] Julien Denormandie : « La transition agroécologique impose de créer de la valeur. »
Interrogé par les parlementaires, le ministre de l’agriculture a estimé que peu de secteurs peuvent se prévaloir des efforts…
L’érosion du revenu en grandes cultures depuis vingt ans est impressionnante, si l'on en juge par les statistiques officielles du Rica. © G. Omnès
Revenu : peut-on encore gagner sa vie en grandes cultures ?
Peut-on encore gagner sa vie en produisant des grandes cultures ? La question n’est plus déplacée au regard des résultats…
Le puceron (ici Sitobion avenae) n'occasionne pas de dégâts directs mais transmets des virus aux céréales © Christian Gloria
Insecticides : faut-il traiter contre les pucerons sur céréales maintenant ?
Le risque JNO est à nouveau élevé cet automne. Devant la douceur prolongée des températures, Arvalis recommande aux producteurs…
 © Réussir
Les énergies renouvelables à la ferme en 5 graphiques
Bien que le dernier recensement précis des activités de production d'énergie renouvelable à la ferme remonte à 2015, le constat…
Thierry Maillier est agriculteur dans les Yvelines. "Les rendements du sorgho atteignent parfois les 100 quintaux/hectare." © C. Baudart
Thierry Maillier, dans les Yvelines : « En 2021, je sèmerai dix-huit hectares de sorgho grain »
Il est l’initiateur de la culture du sorgho grain sur son territoire, à la croisée entre les Yvelines, la Normandie et la région…
Un résultat courant en céréales et oléoprotéagineux sous la moyenne des autres secteurs depuis 2013Résultat courant avant impôts (charges sociales de l'exploitant déduites) par unité de travail non salarié, en euros courants © Source : Rica.
Le revenu en grandes cultures expliqué en 3 graphiques
Privilégiés, les producteurs de grandes cultures ? L'étude des chiffres montre que leurs revenus se situent plutôt en-dessous de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures