Aller au contenu principal

Les abeilles choisissent leurs variétés de tournesol

Et si le potentiel attractif du tournesol s’érodait au fil du temps ? Et si certaines variétés attiraient moins les abeilles que d’autres ? Terres Inovia a exploré ces hypothèses au travers d’essais.

Des essais conduits depuis 2011, en microparcelles et en plein champ. Une vingtaine de variétés de tournesol implantées et des heures d’observation et de comptage. « Le constat est sans appel. Oui, les abeilles mellifères ont des préférences variétales, résume André Merrien, directeur des études et recherches chez Terres Inovia. Cela se traduit par des niveaux de fréquentation allant du simple au double. Quand une abeille a le choix entre plusieurs variétés de tournesol, elle a ses préférences. Ce qui est également très clair, c’est qu’il n’y a pas de différence entre anciennes et nouvelles variétés, entre variétés oléiques et non oléiques, entre variétés classiques ou tolérantes aux herbicides, entre précoces et tardives. Au sein d’une même « famille », les oléiques par exemple, certaines variétés attirent plus les abeilles que d’autres. » Là où cela se complique, c’est que selon les essais et selon le contexte pédoclimatique de l’année, ce classement peut changer. « Il n’en demeure pas moins qu’il existe des groupes de variétés homogènes en termes de fréquentations, stables entre les années d’essai et les sites expérimentaux », précise-t-il. D’autres facteurs agissent sur la pollinisation : autofécondation des variétés, vent, pollinisateurs sauvages…

Des dates de floraison regroupées

« Toute la sélection variétale des tournesols se fait avec des abeilles, rappelle Alain Baqué, chef marché tournesol chez Euralis Semences. S’il y avait de réels problèmes d’attractivité pour certaines génétiques, cela se verrait bien en amont et ces variétés seraient mises de côté. Ne l’oublions pas, en vingt-cinq ans, les surfaces de tournesol ont, en France, été divisées par deux pour atteindre 600 000 hectares aujourd’hui. Désormais, cette culture se concentre dans certaines régions avec des dates de floraison qui sont regroupées. Cela peut aussi avoir un impact. » Autre fait important : il n’existe pas de lien entre le taux de fréquentation d’un tournesol par une abeille, et la quantité de miel produite. « Pour expliquer ce phénomène, les recherches se poursuivent car plusieurs hypothèses sont étudiées, poursuit André Merrien. Les fleurs de tournesol possédant de longs fleurons seraient moins visitées car la glande nectarifère, qui se situe à la base du fleuron, serait plus difficile à atteindre par l’abeille. »

La qualité du nectar a, elle aussi, un rôle à jouer. Les nectars concentrés en sucre attireraient davantage les abeilles. Or, la concentration en sucre serait directement liée à l’état hydrique de la plante : le nectar serait plus concentré sur des tournesols en léger déficit hydrique. La situation pédoclimatique est donc à intégrer. André Merrien reconnaît qu’il est difficile de lister et de communiquer sur les variétés attractives, et sur celles qui le sont moins. « Cela risquerait de déstabiliser le marché, car les producteurs pourraient choisir ce critère au détriment d’un autre : rendement, teneur en huile, tolérance aux maladies… Les performances agronomiques d’une variété doivent rester le principal critère de choix. »

Des essais reconduits avec une méthodologie plus affinée

Sur le terrain, les essais se poursuivent, avec le concours des coopératives. L’an passé, ces expérimentations n’ont pas été concluantes. Les variétés dites attractives ne l’ont pas forcément été… et inversement. Preuve déjà que le seul facteur génétique n’est pas suffisant et qu’il faut intégrer les interactions pédoclimatiques. Les essais sont reconduits cette année avec une méthodologie plus affinée : échantillonnage précis des ruchers, distance entre parcelles et ruches, observation identique entre les sites… Terres Inovia aimerait également pouvoir répondre à la question que certains agriculteurs se posent : l’apport de ruches à proximité d’une parcelle permet-il d’augmenter le rendement du tournesol ? Le binôme abeille-tournesol a encore bien des secrets à dévoiler.

Les plus lus

Le blé tendre d'hiver est sensible au froid à partir de - 8°C, de la levée à l’émission des talles. © C. Gloria
Vague de froid : y a-t-il un risque pour les céréales ?
L’alerte « grand froid » a été émise dans vingt-quatre départements. Cette vague de froid représente-t-elle une menace pour les…
Les pigeons s'attaquent au tournesol avec un impactsur le rendementquand ils enconsommentles tiges ou apex. © C. Watier
Maïs et tournesol : semer un couvert pour leurrer les oiseaux
Entre produits répulsifs et système d’effarouchements, il n’existe pas de solution miracle empêchant les pigeons et corvidés de s…
Baisse de la sole de colza, bouleversement du programme de désherbage maïs, recours aux trichogrammes : Stéphane, Marine et Alain (de gauche à droite) ont modifié en profondeur leurs pratiques pour décrocher la HVE. © G. Omnès
HVE : « Nous avons dû changer nos pratiques en grandes cultures »
Sur la ferme de Pré Levey, le passage à la HVE s’est imposé comme une suite logique à la démarche de baisse des intrants. La…
Contre la jaunisse transmise par des pucerons, les néonicotinoïdes sur semences de betterave constituent la solution de lutte la plus efficace. © G. Omnès
Néonicotinoïdes/betteraves : jusqu’à 15 jours de retard dans la distribution de semences
Avec une parution de l’arrêté sur les néonicotinoïdes le 5 février, le pelliculage des semences avec ces insecticides a démarré…
En orge brassicole, la tendance est au fractionnement de la fertilisation azotée pour une meilleure efficience des apports. © J.-C. Gutner
Orge brassicole : adapter la fertilisation azotée pour sécuriser le taux de protéines
Depuis de nombreuses années, la filière brassicole s’interroge sur le pilotage de l’azote des orges d’hiver et de printemps. Elle…
Thierry Royer et Bruno Bremenson, agriculteurs dans l'Orne."Avec une prestation de coupe et déchiquetage assurée par Bois négoce énergie, les haies nous rapportent 12 euros la tonne de bois plaquette." © C. Gloria
Les haies, des atouts agronomiques et une source de revenu
Au-delà de l’intérêt environnemental et agronomique, deux producteurs de grandes cultures de l’Orne valorisent économiquement…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures