Aller au contenu principal

Ecophyto 2018 - pesticides
L’emploi des produits phytosanitaires demeure stable

Le nouvel indicateur de fréquence de traitement, ou IFT, fournit ses premiers enseignements sur les pratiques agricoles en termes d’utilisation des produits phytosanitaires

On met souvent en avant la baisse des volumes commercialisés de matières actives en France depuis une quinzaine d’années. Pourtant, le nombre de traitements à pleine dose (fractionnés ou non) a peu évolué entre 1994 et 2006. C’est ce que montre le calcul de l’indice de fréquence de traitement ou IFT, le nouvel indicateur issu d’Écophyto 2018. Celui-ci mesure l’intensité du recours aux pesticides en comptabilisant le nombre de doses homologuées apportées sur une parcelle de grandes cultures pendant une campagne agricole. En « équivalent pleines doses », le recours aux produits phyto a diminué de 2 % entre 2001 et 2006 alors que, dans le même temps, les tonnages vendus de substances actives (hors cuivre et soufre) ont baissé de 20 %. Les molécules récentes s’utilisent en effet à des grammages de plus en plus faibles.

POMME DE TERRE 

Les chercheurs se sont servis des enquêtes culturales réalisées par le Scees(1) pour évaluer l’IFT en France. Sans surprise, la grande culture ayant l’IFT le plus important est la pomme de terre (16,6) suivie de loin par le colza (6,1). Les cultures ayant le plus faible IFT sont le maïs (1,9) et le tournesol (2,1). Ces résultats correspondent aux données annuelles de 2006. « Il ne faut pas chercher à comparer l’IFT des cultures entre elles car elles n’ont pas la même sensibilité aux parasites », met en garde Laurence Guichard, ingénieur de recherche à l’Inra dans l’unité agronomie de Grignon, qui a contribué à sa mise au point. « De la même façon, l’IFT n’est pas un indicateur de risque de pollution. » Pour cela, il faudrait utiliser d’autres indicateurs qui restent à inventer. !

Nicole Ouvrard

(1) Service de la statistique agricole.

 

Repère N°1 

Usages : L’IFT herbicides est assez homogène entre cultures car le désherbage se raisonne à l’échelle pluriannuelle, contrairement aux fongicides et aux insecticides. Si on raisonne en doses totales apportées, 80 % des fongicides sont appliqués sur trois cultures (blé, orge, pommes de terre) qui couvrent 59% des surfaces. La sole en pomme de terre ne représente qu’1 % de la surface totale, mais reçoit 14 % des fongicides. Le colza consomme à lui seul 53 % des doses pleines d’insecticides pour seulement 12 % de la surface.

Repère N°2 

Régions : L’IFT moyen national cache une grande variabilité des pratiques entre régions. Sur blé, cette variabilité est avant tout le fait de la dispersion des traitements fongicides. Ainsi, l’IFT sur blé hors herbicides en 2008 se situe en moyenne à 3,5. Les valeurs les plus hautes se retrouvent logiquement dans la moitié Nord de la France : 4,8 en Nord- Pas-de-Calais ; 4,5 en Picardie et en Île-de-France. Les valeurs les plus faibles se situent en Alsace (2,1), Midi-Pyrénées (1,9) et Aquitaine (1,6).

Repère N°3 

Calculez votre IFT : Selon Laurence Guichard de l’Inra, l’analyse de l’IFT doit permettre à chaque agriculteur de mieux évaluer sur quelles pratiques agricoles il peut agir et quelles sont les marges de progrès. « Il sera impossible de diminuer de moitié le recours aux phytosanitaires si les agriculteurs ne modifient pas leur rotation et leurs pratiques agronomiques, considère-t-elle. Cela leur ferait courir des risques économiques. » La feuille de calcul de l’IFT: http://agriculture.gouv.fr/section s/thematiques/environnement/p revention des pollutions/produits -phytosanitaires6167.

 

Les plus lus

Les exploitations laitières et ovines/caprines verraient leurs aides directes (paiements directs et ICHN) augmenter en moyenne de 2 % sur la période à venir, contre -3 à 4 % pour les bovins allaitants, et une stabilité en grandes cultures et polyculture-élevage. © S. Leitenberger
Réforme de la PAC : grandes cultures, élevage, zones intermédiaires... qui sont les gagnants et les perdants ?
Le ministre de l'Agriculture Julien Denormandie a présenté le 21 mai les premiers arbitrages du plan stratégique national, qui…
En non-labour, la dose maximale autorisée de glyphosate (360 gma) passe à 3 litres/ha/an © C. Baudart
Le crédit d’impôt glyphosate de 2 500 € est opérationnel
La Commission européenne vient d’accepter le crédit d’impôt glyphosate de 2 500 euros, inscrit dans la loi de finances pour 2021…
betteraves bio dans une usine Cristal Union
Cristal Union annonce un prix de la betterave « à 30 €/t dans les toutes prochaines années »
Arguant des effets positifs de la restructuration accomplie au sein du groupe et de la fermeté du marché mondial du sucre, le…
En bio, passée juste avant la moisson, l’écimeuse (ici, la Selac de Bionalan) évite de récolter de la matière verte qui pénalise la conservation et la pureté, impliquant des efforts de triage importants. © Bionalan
Désherbage : l’écimage, solution de secours contre les adventices
Le recours à l’écimeuse se développe, y compris en conventionnel. Certains modèles offrent une grande marge de manœuvre pour…
Avec ce coup de chaud, les parcelles superficielles risquent de décrocher. Les parcelles profondes ou irriguées peuvent passer le cap sans trop de dégâts.
Coup de chaud sur les blés : faut-il craindre une chute de rendement ?
Les jours à venir s’annoncent très chauds. Par endroits, la pluviométrie de mai est déjà consommée par les plantes et le risque…
Achats de matériel agricole : « J’autofinance au maximum mes investissements »
Fabien Varoquier exploite 200 hectares à Dommartin-sous-Hans dans la Marne. Pour diminuer ses charges de mécanisation et les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures