Aller au contenu principal

Aménagement parcellaire : des sites web au service du regroupement des îlots

Deux plateformes en ligne proposent d’échanger des parcelles agricoles. Ces outils permettent de rentrer en contact avec des voisins d’une parcelle éloignée ou de faire des échanges en cascade.

Echangeparcelle.fr met en relation des agriculteurs qui manifestent chacun leur souhait d’échanger une parcelle tandis que labonneparcelle.safer.fr s’appuie sur le besoin d’un agriculteur et la connaissance du parcellaire de tous les agriculteurs du territoire. © C. Baudart
Echangeparcelle.fr met en relation des agriculteurs qui manifestent chacun leur souhait d’échanger une parcelle tandis que labonneparcelle.safer.fr s’appuie sur le besoin d’un agriculteur et la connaissance du parcellaire de tous les agriculteurs du territoire.
© C. Baudart

Et si nous étions à la veille d’une simplification massive et radicale des parcellaires ? Un remembrement d’un autre genre ? La Safer Grand Est vient de lancer un site d’échange de parcelles gratuit, baptisé labonneparcelle.safer.fr, disponible sur PC, tablette et smartphone. Il sera proposé sur l’ensemble de la France dès le début d’année prochaine. « Dans les Ardennes, plus de 50 % des agriculteurs ont des îlots à plus de 15 kilomètres de leur siège d’exploitation, observe Stéphane Martin, directeur général de la Safer Grand Est. L'outil labonneparcelle.safer.fr permet de rapprocher les îlots de la ferme, évite les déplacements inutiles et limite les coûts d’exploitation. C’est un gain de temps et une source d’économie évidente. »

Une fois les données des parcelles enregistrées, un algorithme identifie les échanges optimaux. « Par sa puissance de calcul, cet outil peut proposer une chaîne d’échanges complexe », précise Stéphane Martin. Soucieuses de la sécurité des automobilistes, les collectivités locales appuient ces initiatives : la région Grand Est a soutenu le développement de Labonneparcelle à hauteur de 30 %, pour 80 000 euros.

Un site précurseur pour les échanges de parcelles créé par un agriculteur

Les échanges de parcelles sur Internet existaient déjà grâce au site echangeparcelle.fr. Créé en 2016 par un agriculteur de la Marne et un développeur informatique sur le principe des sites de rencontre, il a mis en relation quelque 1 700 agriculteurs, qui ont échangé 2 500 parcelles correspondant à 5 200 hectares.

Le succès a donné des idées.  « Connaître tous les agriculteurs voisins d’une parcelle éloignée du siège d’exploitation est toujours compliqué. Echangeparcelle.fr met en relation des agriculteurs qui ne se connaissent pas mais qui rencontrent la même problématique : ils passent du temps sur la route pour cultiver leurs parcelles », explique Mickael Jacquemin, cogérant du site. Dès lors, l’échange est profitable à tous. « C’est du gagnant-gagnant. »

Principale distinction entre les deux sites : echangeparcelle.fr met en relation des agriculteurs qui manifestent chacun leur souhait d’échanger une parcelle tandis que labonneparcelle.safer.fr s’appuie sur le besoin d’un agriculteur et la connaissance du parcellaire de tous les agriculteurs du territoire.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

L’érosion du revenu en grandes cultures depuis vingt ans est impressionnante, si l'on en juge par les statistiques officielles du Rica. © G. Omnès
Revenu : peut-on encore gagner sa vie en grandes cultures ?
Peut-on encore gagner sa vie en produisant des grandes cultures ? La question n’est plus déplacée au regard des résultats…
Le puceron (ici Sitobion avenae) n'occasionne pas de dégâts directs mais transmets des virus aux céréales © Christian Gloria
Insecticides : faut-il traiter contre les pucerons sur céréales maintenant ?
Le risque JNO est à nouveau élevé cet automne. Devant la douceur prolongée des températures, Arvalis recommande aux producteurs…
 © Réussir
Les énergies renouvelables à la ferme en 5 graphiques
Bien que le dernier recensement précis des activités de production d'énergie renouvelable à la ferme remonte à 2015, le constat…
Thierry Maillier est agriculteur dans les Yvelines. "Les rendements du sorgho atteignent parfois les 100 quintaux/hectare." © C. Baudart
Thierry Maillier, dans les Yvelines : « En 2021, je sèmerai dix-huit hectares de sorgho grain »
Il est l’initiateur de la culture du sorgho grain sur son territoire, à la croisée entre les Yvelines, la Normandie et la région…
Plafonnement des rendements du blé du fait des hautes températures et difficulté d'implantation des colzas font partie des signes avant-coureur du changement climatique. © G. Omnès
Changement climatique : ce que les grandes cultures devront affronter ces 30 prochaines années
D’ici à 2050, les cultures subiront des conditions plus chaudes et plus sèches au printemps et en été, accroissant le risque d’…
Un résultat courant en céréales et oléoprotéagineux sous la moyenne des autres secteurs depuis 2013Résultat courant avant impôts (charges sociales de l'exploitant déduites) par unité de travail non salarié, en euros courants © Source : Rica.
Le revenu en grandes cultures expliqué en 3 graphiques
Privilégiés, les producteurs de grandes cultures ? L'étude des chiffres montre que leurs revenus se situent plutôt en-dessous de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures