Aller au contenu principal

Fret céréalier
Le trafic fluvial devrait doubler en dix ans

La signature d´un accord entre l´Onic et Voies navigables de France fait suite aux huit propositions de la filière présentées en juillet dernier.


Le 13 mars 2002, l´Onic a signé un accord cadre avec Voies navigables de France (VNF), établissement public chargé de la gestion du réseau navigable français. Alors qu´on a laissé le camion s´imposer jusqu´à représenter 75 % des acheminements de céréales, les deux parties s´engagent à ouvrer pour relancer le transport fluvial des céréales, notamment sur les flux d´approche des régions productrices vers les ports d´exportations ou les sites de transformation. Objectif : accroître la part du fret céréalier confié au fluvial de 10 % aujourd´hui à 20 % d´ici 2010. C´est-à-dire passer de 12 à 24 millions de tonnes transportées par an.
« Cet objectif est relativement modeste, si l´on regarde les résultats que nous avons déjà obtenus grâce à la création du terminal des Tellines à Fos-sur-Mer qui fait basculer plus de 400 000 tonnes de fret céréalier vers Marseille alors qu´il était auparavant acheminé vers les ports du Nord par camion », a commenté François Bordry, président.

Massif, peu polluant et économique
Les deux parties sont intéressées à plus d´un titre par cet accord dans lequel elles s´engagent réciproquement : Performance du réseau et de la cale contre contractualisation de volumes à transporter. « Le transport des céréales représente encore aujourd´hui 20 % du trafic fluvial. Inutile de dire que c´est pour nous un secteur stratégique », a rappelé François Bordry.
Pour la filière céréalière, représentée par l´Onic, le coût de transport d´une marchandise, qui a perdu la moitié de sa valeur avec la baisse des prix organisée par la réforme de la Pac, devient une variable stratégique. « Ce mode de transport massif est économique et peu polluant. Le réseau fluvial couvre plus des deux tiers de la collecte française.»


Une instance de concertation
Les grands axes de travail concerneront le rétablissement du réseau dit Freycinet (moins de 350 tonnes) et le renouvellement de la cale naviguant sur celui-ci, la mise au gabarit de mille tonnes sur tout l´axe Seine amont ainsi que le développement du transport fluvio-maritime sur l´axe Rhône-Saône. Il sera créé une instance de concertation VNF-filière céréalière pour la définition d´un plan d´investissement et de remise en état d´infrastructures (embranchements fluviaux notamment).
Est également prévue la signature d´un contrat de croissance avec les bateliers, premiers concernés, dans le but en particulier d´améliorer la programmation du fret et la traçabilité de la marchandise. « Dans le transport de céréales, le souci n´est pas la rapidité. Il faut seulement que les cargaisons arrivent à l´heure. »
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
« Une rénovation de toiture avec du photovoltaïque pour un risque zéro »
Sylvain Pigeon, agriculteur à Mareuil en Brie (51), a changé la toiture de son bâtiment en développant un projet photovoltaïque…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
chargement d'un bateau au port céréalier de Rouen
Blé tendre : les exportations françaises menacée par la Russie sur l'Algérie
Selon Thierry de Boussac, du Synacomex, le cahier des charges de l'office d'Etat algérien, en charge des importations de blé…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures