Aller au contenu principal

CERTIFICAT D’OBTENTION VÉGÉTALE
Le Sénat légalise les semences de ferme

La proposition de loi donne un statut légal aux semences de ferme et généralise le principe d’une indemnité versée à l’obtenteur, comme celle qui existe déjà pour le blé.

Le Sénat vient d’adopter en première lecture une proposition de loi qui renforce le certificat d’obtention végétale (COV), la dernière loi sur le sujet datant de 1992. Cette loi permettrait de transposer en droit français la Convention internationale pour la protection des obtentions végétales datant de 1991, dite « convention UPOV ».

FIXATION DU MONTANT DE L’INDEMNITÉ

La grande nouveauté de ce projet de loi est de donner un statut légal aux semences de ferme, ce qui n’a jamais été le cas en France, hormis en blé tendre. Le texte précise que « les agriculteurs ont le droit d’utiliser sur leur propre exploitation, sans l’autorisation de l’obtenteur, à des fins de reproduction ou de multiplication, le produit de la récolte qu’ils ont obtenu par la mise en culture d’une variété protégée ».Mais, en contrepartie, « l’agriculteur doit une indemnité aux titulaires des COV dont il utilise les variétés ».
Le Gnis, représentant les semenciers, se félicite du vote du Sénat et espère que l’Assemblée nationale fera de même rapidement. « Ce texte sécurise le financement de la recherche » et « trouve un juste équilibre entre le droit des sélectionneurs à être rémunérés et le droit des agriculteurs utilisateurs de semences de ferme », souligne-t-il. La Confédération paysanne considère, au contraire, qu’il s’agit d’un « hold-up des industries sur les semences et que les droits des agriculteurs sont bafoués ». La proposition de loi reste en fait très imprécise sur le montant de l’indemnité, précisant seulement que si aucun contrat ou accord interprofessionnel n’est signé, les modalités de fixation du montant de l’indemnité seront établies par décret en Conseil d’État, et que ce montant devra rester « sensiblement inférieur » aux royalties perçues par l’obtenteur pour la même variété

Les plus lus

« Nous mettons à disposition des saisonniers une fiche de poste et des notes de service avec les règles de sécurité, comme l’interdiction de l’usage du téléphone sur la route, le respect de la limitation de vitesse, explique Nicolas Hubail. Le salarié s’engage à respecter les consignes et atteste qu’il a été sensibilisé aux risques du travail et au Code de la route. » © N. Hubail
Conduite d’engins agricoles : « Nous sensibilisons les salariés au Code de la route dès leur arrivée »
Formation des salariés, signature de documents de prévention, sanctions en cas de mauvais comportement : pour Nicolas Hubail,…
Moisson 2021 : une récolte de blé tendre en net rebond
Avec des rendements en blé tendre attendus autour de 75 q/ha, la moisson tricolore devrait renouer avec des volumes confortables…
L'indice des fermages pour les prochaines factures est de 106,48 © C. Baudart
Terres agricoles : hausse de l’indice des fermages 2021
Le nouvel indice du fermage vient de paraître au Journal officiel. Fixé à 106,48, il connaît ainsi sa troisième hausse en trois…
cartes agence bio surfaces 2020
Agriculture biologique : les surfaces continuent de croître en grandes cultures
Les surfaces certifiées bio ont continué d'augmenter en grandes cultures en 2020, mais les surfaces en cours de conversion…
« Pour l’implantation du colza, limiter au maximum le travail du sol pour maintenir la fraîcheur »
Le colza est une plante exigeante sur la structure du sol, surtout avec des semis effectués en plein été. Chargé d’études sur l’…
Moisson 2021 : vers une récolte abondante et historiquement tardive
En ce début juillet, le temps instable se poursuit et les pluies, même faibles, se succèdent, retardant les moissons. Les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures