Aller au contenu principal
Font Size

CERTIFICAT D’OBTENTION VÉGÉTALE
Le Sénat légalise les semences de ferme

La proposition de loi donne un statut légal aux semences de ferme et généralise le principe d’une indemnité versée à l’obtenteur, comme celle qui existe déjà pour le blé.

Le Sénat vient d’adopter en première lecture une proposition de loi qui renforce le certificat d’obtention végétale (COV), la dernière loi sur le sujet datant de 1992. Cette loi permettrait de transposer en droit français la Convention internationale pour la protection des obtentions végétales datant de 1991, dite « convention UPOV ».

FIXATION DU MONTANT DE L’INDEMNITÉ

La grande nouveauté de ce projet de loi est de donner un statut légal aux semences de ferme, ce qui n’a jamais été le cas en France, hormis en blé tendre. Le texte précise que « les agriculteurs ont le droit d’utiliser sur leur propre exploitation, sans l’autorisation de l’obtenteur, à des fins de reproduction ou de multiplication, le produit de la récolte qu’ils ont obtenu par la mise en culture d’une variété protégée ».Mais, en contrepartie, « l’agriculteur doit une indemnité aux titulaires des COV dont il utilise les variétés ».
Le Gnis, représentant les semenciers, se félicite du vote du Sénat et espère que l’Assemblée nationale fera de même rapidement. « Ce texte sécurise le financement de la recherche » et « trouve un juste équilibre entre le droit des sélectionneurs à être rémunérés et le droit des agriculteurs utilisateurs de semences de ferme », souligne-t-il. La Confédération paysanne considère, au contraire, qu’il s’agit d’un « hold-up des industries sur les semences et que les droits des agriculteurs sont bafoués ». La proposition de loi reste en fait très imprécise sur le montant de l’indemnité, précisant seulement que si aucun contrat ou accord interprofessionnel n’est signé, les modalités de fixation du montant de l’indemnité seront établies par décret en Conseil d’État, et que ce montant devra rester « sensiblement inférieur » aux royalties perçues par l’obtenteur pour la même variété

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Récolte dans le nord de l'Eure-et-Loir. Le rendement national moyen de blé tendre est estimé à 6,83 t/ha par le cabinet Agritel, en baisse de près de 8 % par rapport à la moyenne olympique. © G. Omnès
Moisson 2020 : une récolte de blé française sous les 30 millions de tonnes
Les spécialistes du marché des céréales continuent de réviser leurs chiffres de récolte de blé tendre à la baisse. La production…
L'attaque de jaunisse constatée sur toute la zone de production française de production de betteraves pourrait conduire au plus bas rendement depuis quinze ans, selon la CGB, qui demande des mesures urgentes pour éviter l'effondrement des surfaces. © CGB
Alerte rouge à la jaunisse : les betteraviers demandent un plan d’urgence
La CGB craint une forte baisse des surfaces de betteraves en 2021 si aucune solution n’est apportée face à la jaunisse, avec un…
La collecte chute de 20 % en blé tendre et en orge d'hiver par rapport à la moyenne décennale à la coopérative Ile-de-France Sud. © Gutner archives
Moisson 2020 : le grand écart du rendement en Ile-de-France comme ailleurs
La récolte des orges d’hiver, colza et blé tendre a rendu son verdict en Ile-de-France : des résultats très hétérogènes avec…
La surface retenue dans la dernière publication officielle des services du ministère de l'Agriculture laisse présager une production française de blé tendre inférieure à 32 millions de tonnes, en baisse de 8 Mt sur un an.  © J.-C. Gutner
Moisson : les surfaces officielles de blé tendre plombent (un peu plus) la prévision de récolte française
Sur la base des estimations de surfaces officielles publiées début juillet, la récolte de blé tendre français pourrait s’établir…
Nouveau silo de Biocer dans l'Eure. Avec une collecte qui double tous les cinq ans, les organismes économiques doivent adapter leur infrastructure de stockage et de tri. © Biocer
Agriculture biologique : les céréales bio face au défi de la massification
La dynamique de croissance forte et régulière enclenchée depuis trois ans pour les céréales bio confronte la filière à de…
Aymeric et Margot Ferté, Gilles Lancelin, Romaric Paucellier : trois expériences du bio en grandes cultures. © DR/C. Baudart
Bio en grandes cultures : la nouvelle génération de convertis bouge les lignes
Une exploitation de grandes cultures qui passe en bio ? C’est désormais banal. Partout, des conversions s’engagent, souvent par…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures