Aller au contenu principal

UKRAINE
Le réveil d'un géant du côté de la Mer noire

Encore cette année, la production céréalière ukrainienne va peser sur les marchés mondiaux. Bien que ce pays ait été fortement secoué par la crise économique, les Ukrainiens sont persuadés qu'ils peuvent conquérir le monde.

Incontestablement l’Ukraine redeviendra le grand grenier à blé mondial qu’il a été par le passé. Alors que son histoire est étroitement liée à celle de la Russie — Ukraïna veut dire en Russe « à côté du pays » —, la terre des cosaques a joué ce rôle pendant des siècles au cours des périodes tsariste puis soviétique. D’ailleurs, son drapeau jaune et bleu symbolise un champ de blé mûr sous le ciel oriental. Puis la chute du mur de Berlin a profondément désorganisé son économie. « Le niveau de production ukrainien est deux fois inférieur à celui de la France, mais la modernisation de l’agriculture est en cours, même si le rythme est lent. Nous sommes sur la bonne voie », se réjouissait Youri Federovitch Melnik, ministre de la Politique agraire en mai dernier (1). Chaque rencontre avec les acteurs du monde agricole ukrainien dégage le même sentiment puissant : celui que l’avenir leur appartient et une formidable envie de conquérir le monde. « La dynamique est là », résume le ministre. « Le pays a le soutien de la Berd (2) et de la Banque mondiale. L’agriculture représente 17 % du produit intérieur brut, et génère 4 à 5 milliards d’euros de solde de commerce extérieur. C’est un secteur sur lequel l’État, mais surtout les opérateurs économiques misent beaucoup » souligne Jean-Jacques Hervé, conseiller auprès du gouvernement ukrainien pour les questions agricoles.

LA CRISE ÉCONOMIQUE SÉVIT

Pourtant, les difficultés sont nombreuses et sembleraient même insurmontables à la majorité des occidentaux. La crise économique est vécue douloureusement. « Le milieu d’affaires ukrainien avait à peine commencé à avoir recours au financement bancaire, cinq ou six ans, quand la crise financière est intervenue », souligne Dimitro Kuchnir, chef de secteur agroalimentaire de la mission économique de l’Ambassade de France en Ukraine. « Conséquence : depuis la crise, il n’y a plus de financement et les taux d’intérêt sont très élevés, supérieurs à 20 %. » Parfois de 35 %. Avec les emprunts adossés à la monnaie locale, le hryvnia(3), les Ukrainiens ont subi de plein fouet la dévaluation de près de 50 % de la monnaie fin 2008. La crise a particulièrement affecté le marché du machinisme agricole, en progression de 60 % jusqu’à début 2008. Les constructeurs locaux sont durement touchés. On en prend notamment conscience en déambulant sur le site « fantôme » de l’usine de Nickolaïev, déserté par les salariés au chômage technique depuis cinq mois. Mais tout cela n’arrête pas les agriculteurs ukrainiens car les structures moyennes avaient peu recours à l’emprunt. Faute de liquidités, ces dernières ont tout de même dû réduire leurs achats d’intrants, notamment en ayant recours aux semences de ferme.

CAPACITÉ DE REBONDIR

Quant aux très grandes structures agricoles de plus de 50000 hectares, appelées agro-holdings, les banques ne peuvent les abandonner sans prendre le risque de perdre leurs propres créances. Par ailleurs, le Fonds monétaire international (FMI) a débloqué 16,5 milliards de dollars (un des montants les plus élevés dans le monde) pour venir en aide au pays et au système bancaire ukrainien particulièrement désorganisé. « C’est la crise, mais l’Ukraine rebondira plus vite qu’ailleurs », souligne Olivier Dufour, importateur de vin français dans ce pays.

LES TRADERS AUX AGUETS

Les entreprises agricoles subissent aussi l’instabilité extrême des cours. Ici, pas de DPU pour sécuriser le revenu. « Le soutien public total se limite à 15 dollars par hectare et par an », comptabilise Jean- Jacques Hervé. Pas plus de filet de sécurité pour garantir un prix minimum au producteur. « Comme il n’y a aucune régulation du marché, la marge est inéquitablement répartie entre les producteurs et les traders », poursuit-il.Ainsi, en 2008, la récolte a été abondante. Les prix intérieurs ont plongé dès septembre à 350 hyrnivias la tonne (46 !/t) pour le maïs contre 1 000 hyrnivias (130 !/t) deux mois plus tôt et 600 (78 !/t) pour le blé au lieu de 1 700 (220 !/t). Ce qui à permis aux grands négoces internationaux, qui ont tous pignon sur rue au grand port d’Odessa, d’être d’autant plus agressifs sur les marchés pays tiers. La crédibilité mondiale de ce grand pays de tradition céréalière passera nécessairement par la reconstruction de son système logistique.

DES SILOS EN RUINE

Le manque de silos a des conséquences lourdes sur la qualité de la récolte. L’an passé, alors que la moisson était pléthorique, une grande partie a été stockée dans de très mauvaises conditions, par exemple dans des bâtiments d’élevage désaffectés. « Sur les 600 silos en Ukraine, trois ou quatre ont une traçabilité totale, la moitié est opérationnelle et le reste, ce sont des ruines », lâche Dominique Dupont, directeur régional CEI des malteries Soufflet. Le phénomène s’amplifie car la productivité augmente plus vite que la hausse des capacités de stockage. L’État ukrainien en a conscience et offre, avec ses petits moyens, des avantages fiscaux aux opérateurs qui investissent dans la modernisation des silos. Cet été, plusieurs agroholdings ont eu recours aux big-bags et aux tunnels de polyéthylène pour pallier ce manque avec des coûts limités.

ENTRÉE DANS L’OMC

Quant à 2007, les agriculteurs n’ont pas tiré profit de la hausse des prix mondiaux du fait de l’embargo total sur les exportations. Même si cela a engendré une perte de devises potentielle d’un milliard de dollars, le ministre de l’Agriculture considère que cette mesure était indispensable du fait de la sécheresse afin de nourrir en priorité sa population. Un interventionnisme d’État qui ne sera plus possible en raison de leur entrée dans l’OMC l’an passé, au grand regret des Ukrainiens. Des agriculteurs français aussi.

Nicole Ouvrard

(1) Lors d’une rencontre avec des journalistes français de l’association française des journalistes agricole (Afja) à Kiev.

(2) Créée en 1991, la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (Berd). Son rôle est de favoriser la transition vers une économie de marché dans les pays d’Europe centrale et orientale et de la Communauté d’États indépendants (CEI).

(3) La monnaie locale, le hryvnia (prononcer grivnia) s’abrège en UAH.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

[vidéo] Julien Denormandie : « La transition agroécologique impose de créer de la valeur. »
Interrogé par les parlementaires, le ministre de l’agriculture a estimé que peu de secteurs peuvent se prévaloir des efforts…
L’érosion du revenu en grandes cultures depuis vingt ans est impressionnante, si l'on en juge par les statistiques officielles du Rica. © G. Omnès
Revenu : peut-on encore gagner sa vie en grandes cultures ?
Peut-on encore gagner sa vie en produisant des grandes cultures ? La question n’est plus déplacée au regard des résultats…
Le puceron (ici Sitobion avenae) n'occasionne pas de dégâts directs mais transmets des virus aux céréales © Christian Gloria
Insecticides : faut-il traiter contre les pucerons sur céréales maintenant ?
Le risque JNO est à nouveau élevé cet automne. Devant la douceur prolongée des températures, Arvalis recommande aux producteurs…
 © Réussir
Les énergies renouvelables à la ferme en 5 graphiques
Bien que le dernier recensement précis des activités de production d'énergie renouvelable à la ferme remonte à 2015, le constat…
Thierry Maillier est agriculteur dans les Yvelines. "Les rendements du sorgho atteignent parfois les 100 quintaux/hectare." © C. Baudart
Thierry Maillier, dans les Yvelines : « En 2021, je sèmerai dix-huit hectares de sorgho grain »
Il est l’initiateur de la culture du sorgho grain sur son territoire, à la croisée entre les Yvelines, la Normandie et la région…
Un résultat courant en céréales et oléoprotéagineux sous la moyenne des autres secteurs depuis 2013Résultat courant avant impôts (charges sociales de l'exploitant déduites) par unité de travail non salarié, en euros courants © Source : Rica.
Le revenu en grandes cultures expliqué en 3 graphiques
Privilégiés, les producteurs de grandes cultures ? L'étude des chiffres montre que leurs revenus se situent plutôt en-dessous de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures