Aller au contenu principal

Le port de Nogent entre dans le réseau Haropa

Haropa, le GIE regroupant les ports de Rouen, le Havre et Paris, a signé un accord de partenariat avec le port de Nogent-sur-Seine.

Depuis le 12 avril, Haropa, le GIE créé il y a un an et regroupant les ports de Paris Seine-Normandie, étend son hinterland (zone d'approvisionnement) jusqu'à Nogent-sur-Seine, dans l'Aube. La création d'un partenariat avec les ports de Nogent-sur-Seine repose sur un intérêt mutuel.

Pour Haropa, il s'agit de consolider son attractivité et avoir une visibilité européenne en élargissant sa zone d'influence. Pour le port de Nogent-sur-Seine, le partenariat permet de bénéficier d'une effet de levier pour soutenir son développement commercial et sa promotion. Les dirigeants peuvent aussi bénéficier d'un partage de l'information sur la logistique. Le port de Nogent, grâce à sa situation géographique privilégiée, est particulièrement dynamique dans le transport du vrac sur les filières céréales et métallurgie, et souhaite développement le transport en conteneurs, d'où une bonne complémentarité avec Haropa.

Le trafic fluvial d'Haropa a connu une hausse de 3 % en 2012 avec un trafic de conteneurs en progression (+1 % en tonnage et + 6 % en unités en 2012). « En 2013, l'ouverture de nouvelles lignes (Nogent-sur-Seine avec Soufflet, ou vers Bruyères-sur-Oise depuis décembre 2012) et l'amélioration continue au niveau des services devrait favoriser l'essor de ces trafics », précise Haropa. Des opérateurs de poids interviennent sur le port de l'Aube comme l'Union nogentaise de manutention (UNM) qui gère le port, mais aussi la vile de Nogent, le groupe Soufflet, Vivescia et Saipol, filiale de Sofiprotéol.

Haropa ne compte pas s'arrêter là et souhaite élargir son offre de partenariat à d'autres ports de l'axe Seine-Normandie.

Les plus lus

Au stade cotylédon, le gel se traduit par un noircissement qui se généralise et détruit le pied de betterave. © F. Franzetti
Gel : betteraves, céréales, colzas... quelles conséquences pour les cultures ?
Outre des dégâts spectaculaires en vigne et en arboriculture, le gel a aussi été destructeur pour les grandes cultures, à…
 © Groupe Safer
Les terres agricoles, toujours objet de convoitise
Agriculteurs, promoteurs, investisseurs… La terre agricole reste convoitée. Malgré l’arrivée sur le marché de parcelles liée aux…
Dans de nombreuses régions, les niveaux élevés d’évapotranspirations affectent déjà les potentiels. © Jérôme Chabanne
Sécheresse  agricole : le mal est-il déjà fait pour les cultures ?
Le déficit de pluviométrie est d’ores et déjà critique pour les cultures en place dans le sud de la France et dans les terres…
Gel/betteraves : Cristal Union fournira gratuitement les semences des ressemis pour préserver les surfaces
Le groupe coopératif Cristal Union fournira gratuitement les semences pour ressemer les parcelles de betteraves détruites par le…
Les engrais minéraux représentent 40% des émissions de gaz à effet de serre d’origine agricole.  © C. Baudart
Loi Climat : une nouvelle taxation des engrais pour 2024 ?
Parmi les mesures phare du projet de loi « Climat et résilience » : la taxation des engrais azotés. Cette dernière est envisagée…
Sur céréales, l'intensité des dégâts est lié à l’espèce, au stade et à l’exposition. © C. Baudart
Gel : des pertes autour de 10 % en colza et betterave
Les dégâts liés à l’épisode de gel qui a frappé les campagnes françaises à partir du 12 avril commencent à être chiffrés en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures