Aller au contenu principal

Le poids des consommations intermédiaires toujours plus grand

Intrants, énergie, lubrifiants, entretien du matériel et des bâtiments, les consommations dites intermédiaires coûtent de plus en plus cher. Ces charges, qui incluent également les autres biens et services, ont été alourdies de 19,4 % entre 2010 et 2013. Leur valeur diminue cependant de 2,1 % en 2014. Les consommations intermédiaires d’une branche d’activité sont les biens et services qui disparaissent dans le processus de production, soit par incorporation dans des produits plus élaborés, soit par destruction au cours de la période considérée. Le graphique compare la valeur de la production agricole à celle des consommations intermédiaires. La valeur de la production agricole est exprimée en prix de base. Cela veut dire qu’on ajoute au prix de marché les subventions attribuées aux produits, et qu’on retire les impôts reversés spécifiques aux produits.

 

Forte dépendance au cours du pétrole

 

On observe qu’à partir de 1983 la valeur des consommations intermédiaires commence à dépasser celle de la production et cette tendance se montre irréversible. L’écart tend à se creuser au fil des années même si l’on note une certaine évolution similaire entre les deux courbes… Les pics à la hausse interviennent en même temps en 1989 et en 2004. En 2008 et 2012, l’augmentation de la valeur des consommations intermédiaires se déroule peu après celles de la production. Le poste « énergie et lubrifiants » s’allège de 2,5 % en 2014 du fait du repli du prix du pétrole. En 2013, il avait déjà baissé de 1,6 % après quatre ans de fortes hausses (+ 15 % par an en moyenne). Les dépenses en engrais et amendements, quant à elles, chutent de 9,5 % en raison des prix des engrais orientés à la baisse. Cette tendance s’explique par la chute du prix du gaz naturel. Enfin, la baisse de la valeur de la production observée en 2006 et en 2010 est liée aux réformes de la PAC, qui ont eu pour effet le remplacement des subventions sur les produits par le paiement unique. La chute du cours du pétrole que nous connaissons en ce début d’année inversera-t-elle la tendance pour 2015 ?

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

L’érosion du revenu en grandes cultures depuis vingt ans est impressionnante, si l'on en juge par les statistiques officielles du Rica. © G. Omnès
Revenu : peut-on encore gagner sa vie en grandes cultures ?
Peut-on encore gagner sa vie en produisant des grandes cultures ? La question n’est plus déplacée au regard des résultats…
Le puceron (ici Sitobion avenae) n'occasionne pas de dégâts directs mais transmets des virus aux céréales © Christian Gloria
Insecticides : faut-il traiter contre les pucerons sur céréales maintenant ?
Le risque JNO est à nouveau élevé cet automne. Devant la douceur prolongée des températures, Arvalis recommande aux producteurs…
 © Réussir
Les énergies renouvelables à la ferme en 5 graphiques
Bien que le dernier recensement précis des activités de production d'énergie renouvelable à la ferme remonte à 2015, le constat…
Thierry Maillier est agriculteur dans les Yvelines. "Les rendements du sorgho atteignent parfois les 100 quintaux/hectare." © C. Baudart
Thierry Maillier, dans les Yvelines : « En 2021, je sèmerai dix-huit hectares de sorgho grain »
Il est l’initiateur de la culture du sorgho grain sur son territoire, à la croisée entre les Yvelines, la Normandie et la région…
Plafonnement des rendements du blé du fait des hautes températures et difficulté d'implantation des colzas font partie des signes avant-coureur du changement climatique. © G. Omnès
Changement climatique : ce que les grandes cultures devront affronter ces 30 prochaines années
D’ici à 2050, les cultures subiront des conditions plus chaudes et plus sèches au printemps et en été, accroissant le risque d’…
Un résultat courant en céréales et oléoprotéagineux sous la moyenne des autres secteurs depuis 2013Résultat courant avant impôts (charges sociales de l'exploitant déduites) par unité de travail non salarié, en euros courants © Source : Rica.
Le revenu en grandes cultures expliqué en 3 graphiques
Privilégiés, les producteurs de grandes cultures ? L'étude des chiffres montre que leurs revenus se situent plutôt en-dessous de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures