Aller au contenu principal
Font Size

Le poids des consommations intermédiaires toujours plus grand

Intrants, énergie, lubrifiants, entretien du matériel et des bâtiments, les consommations dites intermédiaires coûtent de plus en plus cher. Ces charges, qui incluent également les autres biens et services, ont été alourdies de 19,4 % entre 2010 et 2013. Leur valeur diminue cependant de 2,1 % en 2014. Les consommations intermédiaires d’une branche d’activité sont les biens et services qui disparaissent dans le processus de production, soit par incorporation dans des produits plus élaborés, soit par destruction au cours de la période considérée. Le graphique compare la valeur de la production agricole à celle des consommations intermédiaires. La valeur de la production agricole est exprimée en prix de base. Cela veut dire qu’on ajoute au prix de marché les subventions attribuées aux produits, et qu’on retire les impôts reversés spécifiques aux produits.

 

Forte dépendance au cours du pétrole

 

On observe qu’à partir de 1983 la valeur des consommations intermédiaires commence à dépasser celle de la production et cette tendance se montre irréversible. L’écart tend à se creuser au fil des années même si l’on note une certaine évolution similaire entre les deux courbes… Les pics à la hausse interviennent en même temps en 1989 et en 2004. En 2008 et 2012, l’augmentation de la valeur des consommations intermédiaires se déroule peu après celles de la production. Le poste « énergie et lubrifiants » s’allège de 2,5 % en 2014 du fait du repli du prix du pétrole. En 2013, il avait déjà baissé de 1,6 % après quatre ans de fortes hausses (+ 15 % par an en moyenne). Les dépenses en engrais et amendements, quant à elles, chutent de 9,5 % en raison des prix des engrais orientés à la baisse. Cette tendance s’explique par la chute du prix du gaz naturel. Enfin, la baisse de la valeur de la production observée en 2006 et en 2010 est liée aux réformes de la PAC, qui ont eu pour effet le remplacement des subventions sur les produits par le paiement unique. La chute du cours du pétrole que nous connaissons en ce début d’année inversera-t-elle la tendance pour 2015 ?

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Récolte dans le nord de l'Eure-et-Loir. Le rendement national moyen de blé tendre est estimé à 6,83 t/ha par le cabinet Agritel, en baisse de près de 8 % par rapport à la moyenne olympique. © G. Omnès
Moisson 2020 : une récolte de blé française sous les 30 millions de tonnes
Les spécialistes du marché des céréales continuent de réviser leurs chiffres de récolte de blé tendre à la baisse. La production…
L'attaque de jaunisse constatée sur toute la zone de production française de production de betteraves pourrait conduire au plus bas rendement depuis quinze ans, selon la CGB, qui demande des mesures urgentes pour éviter l'effondrement des surfaces. © CGB
Alerte rouge à la jaunisse : les betteraviers demandent un plan d’urgence
La CGB craint une forte baisse des surfaces de betteraves en 2021 si aucune solution n’est apportée face à la jaunisse, avec un…
La collecte chute de 20 % en blé tendre et en orge d'hiver par rapport à la moyenne décennale à la coopérative Ile-de-France Sud. © Gutner archives
Moisson 2020 : le grand écart du rendement en Ile-de-France comme ailleurs
La récolte des orges d’hiver, colza et blé tendre a rendu son verdict en Ile-de-France : des résultats très hétérogènes avec…
Pour la CGB, la propagation du virus de la jaunisse ampute la production française de sucre de 600 000 à 800 000 tonnes. © CGB
Crise de la betterave: les élus régionaux montent au créneau
L’impact de l’épidémie de jaunisse sur betterave s’amplifie devant l’absence de solution technique autorisée. Les Régions…
La surface retenue dans la dernière publication officielle des services du ministère de l'Agriculture laisse présager une production française de blé tendre inférieure à 32 millions de tonnes, en baisse de 8 Mt sur un an.  © J.-C. Gutner
Moisson : les surfaces officielles de blé tendre plombent (un peu plus) la prévision de récolte française
Sur la base des estimations de surfaces officielles publiées début juillet, la récolte de blé tendre français pourrait s’établir…
Nouveau silo de Biocer dans l'Eure. Avec une collecte qui double tous les cinq ans, les organismes économiques doivent adapter leur infrastructure de stockage et de tri. © Biocer
Agriculture biologique : les céréales bio face au défi de la massification
La dynamique de croissance forte et régulière enclenchée depuis trois ans pour les céréales bio confronte la filière à de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures