Aller au contenu principal

Rencontre JA d’Ile-de-France et Michel Barnier sur la Pac
« Le ministre s’est engagé à ne pas toucher aux 11 % d’aides restantes »

Le 10 mars, les Jeunes Agriculteurs d’Ile-de-France avaient obtenu un rendez-vous avec Michel Barnier suite à leur altercation avec le Ministre de l’Agriculture lors du Salon de l’Agriculture. Ils l’avaient interpelé en insistant sur le rôle que pouvaient avoir les céréaliers d’Ile-de-France dans les élections européennes. Ils sont ressortis satisfaits de leur entretien.

Selon Damien Greffin, président des JA d’Ile-de-France, « le ministre s’est engagé devant nous à ne pas utiliser les 11 % d'aides » supplémentaires encore en suspens. « Il a assuré qu'on en resterait là, a-t-il poursuivi. C’est comme cela que l’on a compris ». En clair, le bilan de santé version française prévoit, par l’article 63, un découplage de la totalité de l’aide couplée des grandes cultures (25 % des aides totales). Puis une part (l'équivalent de 14 % des aides totales) sera prélevée afin de financer une aide à l’herbe et un DPU pour les pommes de terre et les légumes. Une fois ce prélèvement appliqué, il est prévu que le solde (correspondant à 11 % des aides totales) soit restitué au secteur des grandes cultures sous forme d’aide découplée en faisant éventuellement en sorte, selon le ministre, de « procéder à des rééquilibrages ». Cette question devait être mise en débat dans les groupes de travail prévus à cet effet.
Michel Barnier aurait donc changé d’avis et les 11 % seraient reversés en tenant toujours compte des références historiques départementales. « Cela a été dit très clairement. Il a expliqué que si cela était mis en débat, il avait la crainte que l’on s’entre-déchire », a ajouté Fabien Pigeon, adhérent des JAIDF présent à l’entretien. « Il a pris acte que ces 11 % de prélèvement supplémentaire serait le coup de grâce pour nos exploitations », a insisté Pierre Bot, administrateur.

Solidarité ou pas

Pourtant, le 3 mars dernier, lors de la séance de questions au gouvernement à l’Assemblée nationale, le ministre répondait à Rémi Delatte, Député de Côte d’Or, qui l’interpelait sur la problématique des zones intermédiaires. Le ministre a répondu qu’il y a une « marge de flexibilité que nous pouvons saisir dans les prochaines semaines, puisque nous n’avons pas réparti la totalité des aides qui sont découplées dans les grandes cultures en 2010. Il reste à peu près 550 millions et j’ouvre avec cette filière une négociation et nous verrons si la solidarité peut jouer ou va jouer, comme je pense que c’est souhaitable, entre les territoires les plus productifs et ceux qui ont un potentiel plus faible »

DJA majorée en zones périurbaines

Les JA d’Ile-de-France ont argumenté sur les difficultés spécifiques que rencontraient les agriculteurs en zone périurbaine. « Le ministre nous a assuré que la dotation jeune agriculteur majorée en zone périurbaine va se poursuivre alors qu’elle était remise en cause, poursuit Damien Greffin. Sans rien promettre, il a été séduit par l’idée de reconnaître le handicap périurbain du fait que l’on a des contraintes sur le foncier, le logement, la main d’œuvre, les déplacements ». Michel Barnier a aussi souligné, selon les JAIDF, que l’aide aux protéagineux sera revalorisée de 100 euros à 150 euros par hectare.

(1) Le prélèvement intègre la modulation supplémentaire, l’article 68 et l’article 63.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

[vidéo] Julien Denormandie : « La transition agroécologique impose de créer de la valeur. »
Interrogé par les parlementaires, le ministre de l’agriculture a estimé que peu de secteurs peuvent se prévaloir des efforts…
L’érosion du revenu en grandes cultures depuis vingt ans est impressionnante, si l'on en juge par les statistiques officielles du Rica. © G. Omnès
Revenu : peut-on encore gagner sa vie en grandes cultures ?
Peut-on encore gagner sa vie en produisant des grandes cultures ? La question n’est plus déplacée au regard des résultats…
Le puceron (ici Sitobion avenae) n'occasionne pas de dégâts directs mais transmets des virus aux céréales © Christian Gloria
Insecticides : faut-il traiter contre les pucerons sur céréales maintenant ?
Le risque JNO est à nouveau élevé cet automne. Devant la douceur prolongée des températures, Arvalis recommande aux producteurs…
 © Réussir
Les énergies renouvelables à la ferme en 5 graphiques
Bien que le dernier recensement précis des activités de production d'énergie renouvelable à la ferme remonte à 2015, le constat…
Thierry Maillier est agriculteur dans les Yvelines. "Les rendements du sorgho atteignent parfois les 100 quintaux/hectare." © C. Baudart
Thierry Maillier, dans les Yvelines : « En 2021, je sèmerai dix-huit hectares de sorgho grain »
Il est l’initiateur de la culture du sorgho grain sur son territoire, à la croisée entre les Yvelines, la Normandie et la région…
Un résultat courant en céréales et oléoprotéagineux sous la moyenne des autres secteurs depuis 2013Résultat courant avant impôts (charges sociales de l'exploitant déduites) par unité de travail non salarié, en euros courants © Source : Rica.
Le revenu en grandes cultures expliqué en 3 graphiques
Privilégiés, les producteurs de grandes cultures ? L'étude des chiffres montre que leurs revenus se situent plutôt en-dessous de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures