Aller au contenu principal

Commerce mondial
Le maïs européen menacé par l´argentin

Un prix mondial du maïs de 100 euros la tonne, un dollar faible et des droits de douane abaissés de 65 % : des céréales pourraient venir concurrencer celles de l´UE. Explications.


Avec un prix mondial du maïs de 100 dollars la tonne, un dollar faible à 1,30 euro, 65 % de réduction de droits de douane ainsi qu´un cours du fret peu élevé, le maïs argentin arriverait à Rotterdam à 121,4 euros/tonne. A ce prix, il peut concurrencer le maïs européen. C´est le scénario catastrophe. Heureusement, il a peu de chance de se réaliser car il faut que les quatre « variables », prix mondial, cours du dollar, baisse des droits de douane et prix du fret atteignent les valeurs indiquées simultanément.
Si les droits de douane baissaient fortement, les céréales pourraient entrer facilement en Europe. Le maïs est, a priori, le plus menacé, parce que, en général, moins cher que le blé. Dans l´UE, s´il rentre plus de maïs, c´est l´ensemble du marché des céréales qui sera touché. C´est pourquoi l´AGPB et l´AGPM ont fait des simulations : à quel prix arriverait le maïs en Europe, avec différentes hypothèses notamment des baisses des droits de douane qui pourraient être décidées à l´OMC.

Rappelons que depuis l´accord de Marrakech, en décembre 1994, l´UE ne peut taxer les importations de céréales que jusqu´à 155 % du prix d´intervention. Cela veut dire que le prix minimum d´entrée d´une céréale extracommunautaire dans l´UE est de 157 euros la tonne.
Des droits de douane consolidés de 94 euros la tonne
C´est donc par rapport à ce prix qu´il convient d´envisager les baisses tarifaires envisagées à l´OMC. Quatre niveaux de baisse des droits de douane ont été envisagés : 50, 55, 60 et 65 %. Ces taux ont été choisis en fonction des différentes propositions de baisse. Pour le maïs, les droits actuels sont de 94 euros la tonne soit 73,17 % de son prix de référence.
Le prix du maïs fob Argentine a été pris à 100 euros/tonne, soit la moyenne constatée sur les dix dernières années. Deux hypothèses de coût du fret entre l´Argentine et l´Union européenne ont été retenues : 15 et 30 euros/tonne.
Au final, le maïs arrive à Rotterdam entre 121,4 euros la tonne et 165,2 euros la tonne. Avec un dollar fort (parité euro/dollar de 1,1), quelle que soit la réduction tarifaire accordée, le marché européen reste protégé sauf en cas de fret réduit. En revanche avec un dollar faible (parité 1,3), le marché européen se trouvera en situation de perte de préférence communautaire dès 50 % de réduction tarifaire, même avec un fret élevé.

Heureusement, il ne suffit pas d´arriver à Rotterdam ou à Barcelone ! Il faut encore que le maïs arrive sur les lieux de consommation. Prenons du maïs du Gers, le coût de transfert, en camion, vers la région de Lerida (Espagne) est de 20 euros la tonne ; pour du maïs venant de pays tiers, arrivé à Barcelone, le coût d´approche est de 13 euros la tonne soit un avantage de 7 euros au maïs du Gers. Dans la pire des situations (65 % de baisse tarifaire, un dollar faible, un fret réduit), le prix d´entrée du maïs est de 121,4 euros la tonne ; le maïs français reste concurrentiel s´il part du Gers à 114,4 euros/tonne. Déduction faite des frais de séchage, on est quasiment au prix d´intervention. Le maïs français peut rester compétitif.
Un atout pour la France
La situation est toute différente pour du maïs qui part du Sud-Ouest par bateau (via Bordeaux) par aller à Lerida via Barcelone, ou vers le nord de l´UE (Rotterdam). Les frais d´approche sont identiques, 30 euros/tonne. Dans la pire des situations (entrée à 121,4 ?/t), le maïs du Sud-Ouest peut espérer rester concurrentiel s´il s´affiche au départ à 91,4 euros la tonne, desquels il faut déduire les frais de séchage. Dans une situation plus médiane (55 % de réduction tarifaire, fret réduit, dollar faible 1,2) avec un prix d´entrée de 138,1 euros/tonne, le maïs du Sud-Ouest peut espérer rester concurrentiel s´il affiche un départ Sud-Ouest à 108,1 euros/tonne. A 55 % de réduction tarifaire, les maïs français ne passeront plus sur les marchés espagnols ou du Nord de l´UE dès que le fret ou la parité euro/dollar sera défavorable.
Ces chiffres montrent bien quel est l´enjeu du niveau de baisse tarifaire.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
« Une rénovation de toiture avec du photovoltaïque pour un risque zéro »
Sylvain Pigeon, agriculteur à Mareuil en Brie (51), a changé la toiture de son bâtiment en développant un projet photovoltaïque…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
chargement d'un bateau au port céréalier de Rouen
Blé tendre : les exportations françaises menacée par la Russie sur l'Algérie
Selon Thierry de Boussac, du Synacomex, le cahier des charges de l'office d'Etat algérien, en charge des importations de blé…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures