Aller au contenu principal

Terminal céréalier de Pagny
Le fluvial pour développer les débouchés méditerranéens

Plusieurs coopératives de Bourgogne et Franche-Comté ont investi dans le terminal céréalier de Pagny pour développer un nouvel axe fluvial vers les marchés méditerranéens.


Le 23 août dernier, la « Macarena » est partie de Pagny dans le Val de Saône chargée de blé et a rejoint Fos-sur-Mer en moins de 48 heures. Cette péniche a symbolisé la naissance de l´union Bourgogne Céréales Stockage(1) sur son nouveau terminal céréalier et l´ouverture d´une porte maritime pour les céréales de la région Bourgogne Franche-Comté. « Nous sommes maintenant aux portes du bassin méditerranéen », s´est félicité Roger Raillard, président de l´union Bourgogne Céréales Stockage lors de l´inauguration officielle du 24 septembre en présence de François Patriat actuel président de la région Bourgogne et de Jean-Pierre Soisson, son prédécesseur. « Les installations maritimes des Tellines à Fos-sur-Mer manquaient d´un relais terrestre qui joue le rôle d´une plate-forme d´exportation pour la région », a-t-il souligné. Tous ont défendu tour à tour le projet initié en 1998.
Sur 3,75 millions de tonnes de céréales collectées, la région Bourgogne Franche-Comté a un potentiel moyen d´exportation d´1,4 million de tonnes. Essentielle à la compétitivité commerciale, la logistique a fédéré les collecteurs Dijon-Céréales, 110 Bourgogne, Beaune-Verdun-Seurre, Coopadou et la Société Bourgogne Espace Rural. Celles-ci ont investi conjointement sept millions d´euros dans une installation dont la première tranche a une capacité de stockage de 30 000 tonnes réparties en neuf cellules. Une capacité qu´il est prévu de doubler dans les deux à trois ans.
« Notre logistique s´appuie jusqu´ici très largement sur le camion et le train complet, souligne Robert Bilbot directeur de l´union Bourgogne Céréales. Nous allons pouvoir réorienter sur le fluvial une large par de nos volumes destinés à l´Italie, notre principal débouché extérieur. Pagny devrait également nous ouvrir un accès privilégié sur le Maghreb » poursuit-il.

Réduction de 30 % des coûts d´acheminement
L´Italie importe en moyenne sept millions de tonnes de blé, maïs et orge par an. Premier client de la France, elle est aussi une des destinations les plus disputées. On y croise la concurrence allemande et anglaise à laquelle s´est jointe celle des Peco et de la mer Noire. « Il y a dix ans nous allions seulement sur l´Italie du Nord par train et par camion. Mais face à la concurrence, nous avons développé les marchés du Sud dont l´accès est maritime par les ports de Rome, de Naples. » La région avait donc besoin d´une logistique fluviale pour conserver et élargir ses marchés extérieurs et gagner en compétitivité sur les coûts d´acheminement. Ce nouvel axe va permettre de réduire de 30 % les coûts d´approche vers la Méditerranée. Cette année, l´union Bourgogne Céréales devrait faire transiter 450 000 tonnes de blé et d´orge par les installations de Fos-sur-Mer dont 320 000 emprunteront la Saône depuis Pagny et 130 000 le réseau ferré. Destination l´export mais aussi « les bassins de consommation Rhône-Alpes et Paca, des débouchés en plein développement pour notre économie agricole », a également rappelé Roger Raillard.
(1) Cette structure a été créée en mai 2004 pour gérer l´activité du terminal céréalier de Pagny.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
chargement d'un bateau au port céréalier de Rouen
Blé tendre : les exportations françaises menacée par la Russie sur l'Algérie
Selon Thierry de Boussac, du Synacomex, le cahier des charges de l'office d'Etat algérien, en charge des importations de blé…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures