Aller au contenu principal

Le coup de gueule des agriculteurs méthaniseurs

Une rentabilité difficile à atteindre. C'est ce qui ressort d'une étude économique sur le fonctionnement des unités de méthanisation agricoles. Les agriculteurs méthaniseurs dénoncent des contraintes excessives.

Excédent brut d’exploitation, coûts constatés, frais généraux, capacité à rémunérer le travail des exploitants, tout y passe… L’association des méthaniseurs de France (AAMF) a réalisé une étude pour mettre en garde contre certains communiqués trop optimistes, déplorer une rentabilité difficile. La complexité de la réglementation et la fiscalité inappropriée, font aussi partie des écueils. Les provisions indispensables pour reconstituer la trésorerie, pour anticiper le remplacement de matériel et pour constituer des stocks de matières semblent souvent sous-estimées. « Les conclusions de l’étude font apparaître des résultats nets quasiment nuls, on ne fait que payer le salarié. C’est très préoccupant", s’inquiète Philippe Collin, responsable du groupe économie de l’AAMF. Pour Alain Guillaume, président, "si le digestat ne trouve pas de statut, le plan EMAA n’a aucun avenir ». Les digestats ont actuellement le statut de déchet mais l’association demande une reconnaissance. Les digestats belges sont homologués et épandus sur les terres françaises sans contraintes de plan d’épandage.

« S’il n’y a pas d’amélioration des conditions, nous n’encouragerons pas nos collègues agriculteurs à se lancer », confie Philippe Meinrad, agriculteur méthaniseur en Alsace. La fiscalité aussi est pénalisante : les taxes foncières et la cotisation foncière des entreprises sont calculées en fonction du montant des immobilisations. « C’est une aberration, nous n’amortissons pas nos installations sur la même durée que le font les industriels mais sommes soumis à la même fiscalité », conclut Odile Deshayes de l'AAMF. 
En dernier lieu, on note des incohérences comme la non prise en compte dans le calcul du tarif de rachat, de la valorisation de chaleur en remplacement de chauffage électrique, ou si la chaleur vient fournir un besoin nouveau. Si le gouvernement veut atteindre son objectif de 1 500 méthaniseurs en 2020, il va falloir que les choses changent !

Les plus lus

Les exploitations laitières et ovines/caprines verraient leurs aides directes (paiements directs et ICHN) augmenter en moyenne de 2 % sur la période à venir, contre -3 à 4 % pour les bovins allaitants, et une stabilité en grandes cultures et polyculture-élevage. © S. Leitenberger
Réforme de la PAC : grandes cultures, élevage, zones intermédiaires... qui sont les gagnants et les perdants ?
Le ministre de l'Agriculture Julien Denormandie a présenté le 21 mai les premiers arbitrages du plan stratégique national, qui…
En non-labour, la dose maximale autorisée de glyphosate (360 gma) passe à 3 litres/ha/an © C. Baudart
Le crédit d’impôt glyphosate de 2 500 € est opérationnel
La Commission européenne vient d’accepter le crédit d’impôt glyphosate de 2 500 euros, inscrit dans la loi de finances pour 2021…
betteraves bio dans une usine Cristal Union
Cristal Union annonce un prix de la betterave « à 30 €/t dans les toutes prochaines années »
Arguant des effets positifs de la restructuration accomplie au sein du groupe et de la fermeté du marché mondial du sucre, le…
En bio, passée juste avant la moisson, l’écimeuse (ici, la Selac de Bionalan) évite de récolter de la matière verte qui pénalise la conservation et la pureté, impliquant des efforts de triage importants. © Bionalan
Désherbage : l’écimage, solution de secours contre les adventices
Le recours à l’écimeuse se développe, y compris en conventionnel. Certains modèles offrent une grande marge de manœuvre pour…
Achats de matériel agricole : « J’autofinance au maximum mes investissements »
Fabien Varoquier exploite 200 hectares à Dommartin-sous-Hans dans la Marne. Pour diminuer ses charges de mécanisation et les…
L'adaptation des dispositifs actuels est indispensable pour faire face à la multiplication des aléas climatiques, à commencer par la sécheresse, estime le député Frédéric Descrozaille. © G. Omnès
Assurance récolte : comment le rapport Descrozaille veut sauver la multirisque climatique
Face au changement climatique, le rapport du député Descrozaille propose la réarticulation de l’intervention de l’État et de l’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures