Aller au contenu principal

Le coup de gueule des agriculteurs méthaniseurs

Une rentabilité difficile à atteindre. C'est ce qui ressort d'une étude économique sur le fonctionnement des unités de méthanisation agricoles. Les agriculteurs méthaniseurs dénoncent des contraintes excessives.

Excédent brut d’exploitation, coûts constatés, frais généraux, capacité à rémunérer le travail des exploitants, tout y passe… L’association des méthaniseurs de France (AAMF) a réalisé une étude pour mettre en garde contre certains communiqués trop optimistes, déplorer une rentabilité difficile. La complexité de la réglementation et la fiscalité inappropriée, font aussi partie des écueils. Les provisions indispensables pour reconstituer la trésorerie, pour anticiper le remplacement de matériel et pour constituer des stocks de matières semblent souvent sous-estimées. « Les conclusions de l’étude font apparaître des résultats nets quasiment nuls, on ne fait que payer le salarié. C’est très préoccupant", s’inquiète Philippe Collin, responsable du groupe économie de l’AAMF. Pour Alain Guillaume, président, "si le digestat ne trouve pas de statut, le plan EMAA n’a aucun avenir ». Les digestats ont actuellement le statut de déchet mais l’association demande une reconnaissance. Les digestats belges sont homologués et épandus sur les terres françaises sans contraintes de plan d’épandage.

« S’il n’y a pas d’amélioration des conditions, nous n’encouragerons pas nos collègues agriculteurs à se lancer », confie Philippe Meinrad, agriculteur méthaniseur en Alsace. La fiscalité aussi est pénalisante : les taxes foncières et la cotisation foncière des entreprises sont calculées en fonction du montant des immobilisations. « C’est une aberration, nous n’amortissons pas nos installations sur la même durée que le font les industriels mais sommes soumis à la même fiscalité », conclut Odile Deshayes de l'AAMF. 
En dernier lieu, on note des incohérences comme la non prise en compte dans le calcul du tarif de rachat, de la valorisation de chaleur en remplacement de chauffage électrique, ou si la chaleur vient fournir un besoin nouveau. Si le gouvernement veut atteindre son objectif de 1 500 méthaniseurs en 2020, il va falloir que les choses changent !

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
La production mondiale tous blés (hors Chine) est stable par rapport à l'an passé, écartant le risque de bilan mondial très déficitaire.
[Marché] Blé tendre : les prix peuvent-ils monter en 2020-2021 ?
La bonne récolte mondiale 2020 de blé tendre permettra d’alimenter la demande sans pour autant regonfler les stocks assez bas des…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures